Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les Etats-Unis traversent un « méga-cycle » assez inédit

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Selon Lieven Jacobs, Directeur de la gestion de Quilvest AM, l’économie devrait même encore gagner en vigueur outre-Atlantique d’ici à 2019, stimulée par la politique de relance de l’administration Trump. Un objectif de 5% de croissance nominale est crédible.

Après avoir connu un léger trou d’air entre 2014 et l’été 2016, certains analystes ont d’ailleurs perçu cette parenthèse comme les prémices d’une récession, l’activité économique américaine a renoué avec une croissance dynamique depuis le troisième trimestre de l’année passée. L’amélioration de la conjoncture est désormais pleinement animée par la confiance du consommateur, qui profite d’un marché du travail proche du plein emploi et de la croissance des salaires.


La croissance nominale et réelle sera plus élevée

Alors que la croissance nominale s’établit actuellement à près de 3% outre-Atlantique, le programme économique de l’administration Trump devrait stimuler l’activité à moyen-long terme. « Les capacités de production aux Etats-Unis ont vieilli. L’environnement pro-croissance souhaité par Donald Trump, entre dépenses budgétaires, baisses d’impôts et investissement dans les infrastructures devrait être favorable à l’activité des entreprises et au renouvellement de leurs capacités » analyse Lieven Jacobs. Les dépenses publiques vont probablement creuser le déficit public américain de -3 à -5%.

Mais ce déficit plus important devrait générer assez rapidement des revenus. « On estime que 2 points de déficit supplémentaire représentent 2 points de croissance supplémentaire » poursuit-il. Pour les ménages, la baisse d’impôts promise par le nouveau gouvernement va soutenir la consommation. « Associée à la hausse des salaires, l’assouplissement fiscal aura un impact sur les revenus disponibles des consommateurs ».

Un objectif de 5% de croissance nominale est crédible à l’horizon de 18 mois. L’inflation conserve sa tendance haussière, mais la progression sera moins marquée dans les mois à venir. L’effet de base lié aux prix pétroliers va peu à peu s’atténuer, ce qui devrait conduire à une stabilisation des anticipations d’inflation. Dans ces conditions la croissance réelle sera plus élevée.


Le rallye boursier américain loin d’être épuisé

L’accélération de la croissance américaine va profiter à la croissance mondiale. « Les Etats-Unis ont traditionnellement un rôle moteur pour la croissance globale, la vigueur de l’activité profitera aussi aux marchés émergents et aux autres pays développés ». Et ces perspectives macroéconomiques sont de nature à soutenir la progression des marchés actions. « Nous anticipons une croissance bénéficiaire des entreprises américaines supérieure aux attentes dans les prochains trimestres » ajoute Lieven Jacobs. Le ratio de P/E (cours/bénéfices) actuellement élevé outre-Atlantique, excédant 20 fois les résultats sur le S&P 500, va mécaniquement se tasser avec le regain de croissance bénéficiaire des compagnies. « Le rallye boursier des marchés américains peut encore durer quelques années » avance-t-il.

Concernant les perspectives des marchés de taux américains, « la grande habileté de la Fed dans son relèvement très graduel des taux directeurs a dissipé tout risque majeur de krach obligataire ». L’équipe de Quilvest AM anticipe un niveau proche de 3,5% pour le taux obligataire souverain américain à 10 ans, à l’horizon du second semestre 2017.

En termes de choix d’investissement, Quilvest AM privilégie aujourd’hui les obligations high yield au compartiment investment-grade. « L’investment-grade est plus exposé au risque de taux, son comportement est similaire à celui du Bund. En revanche, le high yield offre encore un coussin de valorisation et présente des fondamentaux robustes, en témoigne la réduction des taux de défaut » note Lieven Jacobs. L’équipe continue également de privilégier les dettes subordonnées, les dettes financières et les obligations convertibles, notamment celles sensibles aux marchés actions d’une part et à la volatilité d’autre part.

http://www.quilvestam.com/


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

                       

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...