Connexion
/ Inscription
Mon espace

Investir en Chine, l'année du coq

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

L'année du coq verra les investisseurs adroits trouver de belles perspectives de croissance à long terme au sein des actions chinoises.

Une analyse de l’équipe de Gestion Barings


Attendre pour voir

Ceux qui sont nés l'année du coq sont connus pour leur faculté à attirer les regards et les investisseurs en actions chinoises guetteront les faits et gestes de la nouvelle administration américaine. La position actuelle du président Donald Trump laisse présager de possibles différends commerciaux avec la Chine mais, en réalité nous sommes encore dans l’inconnu et l'attentisme est de mise. Cela ne change pas notre vision globale, à savoir que nous restons optimistes à l'égard du marché actions chinois. Toutefois, nous nous détournons des entreprises exportatrices le temps d'en savoir plus sur les orientations de la nouvelle administration américaine.
L'incertitude quant à la nature des relations commerciales futures avec les États-Unis a semé le doute sur le marché actions chinois, qui a fini l'année 2016 sur une note assez négative. L'indice MSCI China a cédé 8% au 4ème trimestre et stagne en ce début d'année 2017. Les « stock pickers » prudents comprendront que cela est en grande partie imputable à l'humeur des marchés et à la sensation que les chocs géopolitiques de l'année 2016 ont rendu les prévisions pour 2017 particulièrement hasardeuses. Ce que nous pensons, c'est que les fluctuations sur le marché des changes, les relations commerciales et les tensions géopolitiques seront autant de sources d'incertitude pendant l'année du coq.


Le sort réservé aux réformes

L'incertitude n'émane pas uniquement de sources externes : les affaires intérieures de la Chine y contribuent également. Le 19e congrès du Parti communiste, qui se déroulera au 4ème trimestre, pourrait donner lieu à l'intronisation d'une nouvelle équipe de dirigeants, ce qui augure potentiellement d'une remise en cause des réformes économiques de Xi Jinping. Les dernières réformes en date sont celles du tissu productif et des entreprises détenues par l’Etat, qui ont commencé par l'abolition de la politique de l'enfant unique au début de l'année 2016 et ont été déployées depuis. Ces initiatives devraient stabiliser et améliorer la croissance économique à long terme même si leur impact immédiat le plus flagrant sur la croissance du crédit et de l'emploi sera probablement éphémère. La baisse des coûts des entreprises, le désendettement et la réduction des capacités de production excédentaires ont également abouti à un rebond des bénéfices pour de nombreuses entreprises fin 2016. Reste à savoir si cette tendance et les avantages à plus long terme pour la croissance des entreprises sont pérennes.
L'ampleur de la relance monétaire sera probablement encore revue à la baisse cette année. Cela dit, le gouvernement continuera à injecter de l'argent dans l'économie, notamment au premier semestre, avec l'accroissement de la dépense publique, les émissions obligataires spéciales, ainsi que les projets d'infrastructure réalisés sous le régime du partenariat public-privé. De nombreux secteurs devraient continuer à en profiter avec le lancement de projets d'infrastructures qui stimulent la demande pour les secteurs des matériaux et de la construction. Nous avons toutefois conscience du fait que les tensions géopolitiques risquent de contrarier les efforts du président Xi Jinping concernant la mise en œuvre des réformes et le lancement de nouvelles initiatives.
Nous suivrons de près toutes ces questions et profiterons d'éventuels accès de volatilité pour sélectionner des titres présentant des perspectives de croissance favorable et une valorisation attrayante. L'incertitude peut engendrer des opportunités.


Parier sur la nouvelle économie sans négliger l’ancienne

Ces dernières années, nous avons mis l'accent sur les entreprises susceptibles de profiter de la mutation de l'économie chinoise et de l'essor du secteur des services. Toutefois, nous nous efforçons cette année de trouver le juste milieu entre ces entreprises et les secteurs cycliques plus traditionnels comme l'industrie et les matériaux, qui ont été prépondérants dans l'économie chinoise ces dernières années.
Nous avons déjà abordé les réformes de l'offre visant à résoudre les problèmes tels que la surcapacité. Conjugués à une politique budgétaire plus volontariste et au restockage, ces efforts devraient susciter un élan positif pour les industries du charbon, de la sidérurgie et du ciment. Le restockage en réponse aux nouveaux projets d'infrastructures intervient également dans divers domaines allant des matériaux de construction aux machines-outils à usage intensif. Nous surveillerons étroitement la situation pour voir si cet élan peut perdurer au second semestre car l’effet de base sera important et les pressions extérieures sur le marché chinois pourraient commencer à faire sentir leurs effets. Si la réussite des réformes de l'offre doit être évaluée à plus long terme, il est fort probable que les perspectives de croissance à long terme de ces entreprises s'en trouvent grandement améliorées. Voilà pourquoi nous sommes plus optimistes qu'il y a un certain temps à l'égard des secteurs cycliques comme l'industrie et les matériaux.
En outre, nous sommes toujours de fervents partisans de thèmes tels que les bénéficiaires de l'essor de la consommation et la tendance à la mise à niveau technologique et à l'automatisation industrielle en Chine. L'essor de la consommation domestique se poursuit, ce qui reste un atout pour les entreprises tournées vers la demande intérieure, et l'inflation devrait remonter quelque peu cette année, ce qui constitue une aubaine pour les entreprises disposant d'un pouvoir de fixation des prix. Toutefois, certains fleurons de la « Nouvelle Chine » pourraient avoir plus de mal à justifier leur valorisation actuelle sur un marché volatil, ce qui exige un niveau de croissance substantielle et durable. Néanmoins, une éventuelle correction du marché cette année créerait des opportunités dans les entreprises de qualité actuellement surévaluées.


Une stratégie pour relever les défis à venir

Nous allons devoir attendre pour voir quelle sera la position de Donald Trump en matière de commerce extérieur et pour savoir si les réformes de l'offre menées par le président Xi Jinping stabiliseront véritablement la croissance et stimuleront l'économie locale. Il faudra sans aucun doute composer avec la volatilité. Malgré tout, notre processus équilibré de sélection « bottom up » des titres a mis en évidence des opportunités en Chine, aussi bien dans la nouvelle économie que dans les secteurs cycliques traditionnels pour lesquels les prévisions de bénéfices sont en train de rebondir. Nous pensons qu'il est important de maintenir cet équilibre dans une période d'incertitude. Compte tenu du niveau raisonnable des valorisations, nous pensons que les entreprises dans lesquelles nous avons investi sont susceptibles de générer de très bons rendements à moyen/long terme.

http://www.barings.com/

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation