Connexion
/ Inscription
Mon espace

Une année de records pour l'immobilier d'entreprise en Ile-de-France

A la Une - Brique par Brique
ABONNÉS

Des investisseurs particulièrement actifs ; un nombre record d’opérations sur des immeubles de bureaux de plus de 20 000 m² ;  une remarquable résilience des commerces physiques, malgré le terrorisme et le numérique : 2016 restera une année faste pour l'immobilier d'entreprise en Ile-de-France.  Les perspectives pour 2017 s'inscrivent dans le droit fil de l'année qui vient de s'écouler.


Le bilan 2016 et les perspectives 2017 de Knight Frank,
conseil en immobilier d’entreprise, principalement bureaux, commerces, bâtiments industriels ou logistiques.

 

1/ Marché locatif de bureaux : les très grands utilisateurs ont tiré le marché

Près d’une quinzaine de grandes entreprises ou de services publics ont déménagé leurs sièges dans Paris en 2016.  Ce phénomène de migrations a fait bondir de 62% le segment des très grands utilisateurs (superficies supérieures à 20 000 m²).
La pénurie d’offres est proche : Preuve de l’intensité de la demande, mais aussi de la raréfaction de l’offre, le taux de vacance a nettement régressé, tombant à 6,6% en moyenne régionale à la fin de l’année 2016. Les immeubles de Grade A (constitués des surfaces neuves ou restructurées livrées depuis moins de 5 ans), ne représentaient plus que 15% des disponibilités offertes aux entreprises en Ile-de-France à la fin de l’année dernière.
Loyers, stabilité dominante : En conséquence, des tensions haussières se sont dessinées sur les loyers des immeubles haut de gamme du QCA mais aussi du reste de Paris intra-muros. La hausse était certes modeste. Seulement, c’était la  première depuis 2013.

Perspectives 2017 : une demande toujours forte. Les besoins des entreprises en bureaux devraient rester importants cette année.


2/ Marché de l’investissement : un record historique a été frôlé

Avec 19,5 Mds€ attirés en Ile-de-France l’an dernier, l’activité investissements est restée sur ses lignes de crête. En progression de 3% sur un an, elle enregistre le deuxième meilleur résultat jamais observé.
Pour pallier le manque d’actifs cessibles et diversifier leur exposition en conservant un bon niveau de sécurité, les investisseurs s’ouvrent plus que jamais vers les commerces, avec un grand appétit pour les actifs mixtes, bureaux et boutiques en rez-de-chaussée dans des belles rues commerçantes.

Perspectives 2017 : l’instabilité ambiante plaide pour la pierre. Pour l’instant, la concurrence des rendements obligataires n’est pas d’actualité, mais cet aspect devra être surveillé en 2017.


3/ Les commerces restent attractifs

L’impact des attentats de 2015 a été fort sur le tourisme. Les enseignes ne se sont pas pour autant détournées du marché de la capitale. Simplement, elles se montrent ultra sélectives. Leur demande s’est clairement recentrée sur les emplacements dits « numéro un » - Champs Elysées, avenue Montaigne, Triangle d’or, Le Marais. 
La montée en puissance des ouvertures dominicales L’ouverture dominicale et l’élargissement de l’amplitude horaire des magasins entrent progressivement dans les mœurs, préfigurant un environnement favorable au commerce qui ne subit pas autant qu’on aurait pu le craindre l’essor de la vente en ligne.
Accalmie sur les loyers : si quelques loyers record ont été enregistrés aux meilleures adresses, notamment sur les Champs-Elysées, l’année 2016 s’est surtout caractérisée par une accalmie sur les valeurs locatives.

Perspectives  2017 : l’année s’ouvre sur des perspectives plutôt favorables en termes d’environnement économique et de confiance des ménages, augurant bien de la consommation domestique. La grande inconnue reste le moment du retour de la clientèle touristique.

www.knightfrank.fr

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation