Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les meilleurs stratégies d’Aviva Investors pour 2017

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

L’équipe d’investissement d’Aviva Investor, chargée de développer des idées de stratégies pour leur gamme phare de fonds multi-stratégies, publie 5 idées d’investissements pour 2017.


1 - Position acheteuse sur les actions de petite capitalisation des marchés émergents

Pendant la majeure partie de la dernière décennie, les économies émergentes ont alimenté l’expansion économique mondiale. Malgré la menace d’une montée du protectionnisme à la suite de la victoire électorale de Donald Trump aux États-Unis, nous pensons que cette tendance va se poursuivre. La croissance devrait continuer à être soutenue par l’augmentation des revenus des ménages, l’essor des classes moyennes, l’accroissement rapide de la main d’œuvre, la hausse de la productivité et une inflation stable.

D’après la Banque mondiale, 800 millions de nouveaux consommateurs atteindront un revenu intermédiaire avant 2030, année à laquelle 90% de la classe moyenne mondiale devrait être située en Inde et en Chine. L’histoire nous enseigne qu’une fois que les besoins fondamentaux sont satisfaits, la demande évolue et favorise la croissance des secteurs des produits et des services de consommation, du logement, des infrastructures et de la santé.

Investir dans les actions de petites entreprises constituerait le meilleur moyen d’accéder à cette croissance. En effet, les petites entreprises sont plus exposées à leur économie nationale que les entreprises à forte capitalisation ; elles sont particulièrement sensibles à des secteurs qui sont susceptibles de tirer profit de l’augmentation des revenus des ménages, tels que la vente au détail, la santé et l’industrie.
Bien que les cours des actions émergentes se soient nettement redressés au second semestre 2016, celles-ci continuent d’être négociées à un niveau inférieur d’environ 30% par rapport aux actions des marchés développés et à leur propre performance historique. Du fait de la volatilité politique qui domine actuellement en Occident, la sagesse populaire qui voudrait que les marchés émergents méritent une prime de risque plus élevée et donc une évaluation inférieure à celle des marchés développés est de plus en plus contestée.
En ce qui concerne les marchés développés, il est vrai que les actions d’entreprises de petite capitalisation ont tendance à être considérées comme risquées, en partie parce que ces entreprises se concentrent souvent sur un seul secteur d’activité et que leurs actions sont généralement moins liquides. Historiquement, les investisseurs ont vu ce risque supplémentaire compensé au fil du temps par des rendements plus élevés.

Mais dans le cas des marchés émergents, c’est l’inverse que l’on observe : sur ces marchés, les petites capitalisations sont historiquement moins volatiles et offrent par conséquent de meilleurs rendements ajustés du risque. Cela est principalement dû au fait qu’une part relativement importante des actions émergentes de petite capitalisation est traditionnellement détenue par des investisseurs du même pays que les entreprises concernées. Les cours de ces actions sont donc moins influencés par les flux de capitaux extérieurs. Dans l’environnement actuel, cette caractéristique devrait les rendre moins sensibles à la hausse des taux d’intérêt américains.
Bien que ces actions soient souvent relativement peu liquides, un processus d’investissement solide axé sur la sélection d’entreprises de haute qualité pourrait présenter un potentiel significatif pour tout gestionnaire de fonds prêt à y consacrer le temps et les efforts nécessaires et à investir sur le long terme pour générer des plus-values grâce à la recherche primaire.

Les actions de petite capitalisation ont tendance à intéresser moins d’analystes que les grandes capitalisations, et ce phénomène s’observe également pour les marchés émergents. Beaucoup d’entreprises de petites capitalisations sont même totalement ignorées par les analystes, et la qualité des recherches sur celles qui sont suivies est généralement mauvaise. Cela donne une excellente occasion aux investisseurs d’identifier les inefficiences de marché, de découvrir de nouvelles possibilités d’investissement et de viser des rendements significatifs. De plus, le coefficient de corrélation du marché des actions étant actuellement très élevé, ces actions émergentes de petites capitalisations offrent une opportunité de diversification non négligeable.
Le risque principal lié à cette stratégie pourrait venir d’une appréciation rapide du dollar américain. Une telle situation forcerait probablement les Banques Centrales des pays émergents à augmenter leurs taux d’intérêts, ce qui étoufferait la croissance économique de ces pays.


Via le lien ci-dessous lire les 4 autres idées porteuses pour l'année à venir :
2 -
Tirer parti de la courbe des taux sud-coréenne
3 - Position acheteuse sur le dollar américain par rapport au yen japonais
4 - Position acheteuse sur les obligations américaines à haut rendement
5 - Position acheteuse sur les titres américains protégés contre l’inflation
https://www.avivainvestors.com/fr-fr/institutional/insights/multi-strategy/aviva-investors-top-trades-for-2017.html


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...