Connexion
/ Inscription
Mon espace

Russie, Turquie et Iran : la région de la mer Caspienne n'est pas le Triangle des Bermudes des affaires

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Selon Eulers Hermes, la région de la Mer Caspienne - qui englobe le Caucase (Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie), l'Asie Centrale (Kazakhstan, Kirghizistan, Tadjikistan, Turkménistan, Ouzbékistan), l'Iran, la Russie et la Turquie - devrait connaitre en 2016-2017 une nouvelle période de ralentissement économique. Eulers Hermes estime que la croissance de la région sera limitée à +2,6% en 2016-2017. « La performance économique de la région de la Mer Caspienne a été lourdement impactée par la montée des risques géopolitiques, la grave récession en Russie et l’effondrement des prix des matières premières », explique Ludovic Subran, Chef économiste d’Euler Hermes.


Trois grandes turbulences secouent l’équilibre de la région…


1/ Un climat d’incertitudes géopolitiques pesant

Depuis plusieurs années, la région est fortement soumise à la montée des risques géopolitiques, émanant particulièrement de trois pays. Tout d’abord, la Russie et l’Iran, qui subissent, en plus de la chute des prix des matières premières, de lourdes sanctions économiques occidentales. « L’Iran est entrée en récession en 2012-2013, mais la levée partielle des sanctions en 2016 pourrait doper la croissance, attendue à +3% en 2016 et à +4,5% en 2017 », développe Ludovic Subran. « En cas d’assouplissement des sanctions en 2017, la situation russe pourrait aussi s’améliorer : après une sévère contraction constatée en 2015 (-3,7%), l’impact des mesures devrait s’affaiblir en 2016 (-0,9%), et nous anticipons une reprise modeste en 2017 (+1%). »

La Turquie, quant à elle, est soumise à d’importantes perturbations politiques, en témoigne le coup d’Etat militaire avorté en juillet 2016. Les perspectives économiques du pays en pâtissent directement. « La baisse de l’investissement étranger et domestique, découlant de cette période d’incertitudes politiques, affecte l’économie turque. Par conséquent, nous avons revu notre prévision de croissance à la baisse pour 2017, à seulement +3% », confirme Ludovic Subran.

2/ Une contagieuse récession russe

Par ailleurs, la crise économique traversée par la Russie affecte directement les autres pays de la région de la Mer Caspienne. « Plusieurs économies de la région dépendent fortement des importations russes. Et en 2014, lorsque le ralentissement de la Russie s’est accéléré, les exportations de l’ensemble de la région se sont effondrées », expose Ludovic Subran. La chute la plus brutale a été observée en Arménie, dont les exportations vers la Russie représentaient 23% du total des exportations en 2013.

Les pays de la région profitent aussi des transferts de fonds des travailleurs émigrés en Russie. Ils sont particulièrement importants pour le Tadjikistan, où ils représentaient 49% du PIB en 2013, le Kirghizistan (28%) et l’Arménie (14%). La récession russe a eu pour effet immédiat la chute des transferts de fonds depuis la Russie vers ces pays.

3/ Une faiblesse durable du prix des matières premières

La région de la Mer Caspienne est une grande exportatrice de matières premières : dans 7 des 11 économies caspiennes, les exportations de matières premières représentent au moins 75% des exportations totales ; dans 2 autres pays, cette part est de l’ordre de 50% ; et dans les 2 derniers, elle est d’environ 30%.

« Les pays les plus impactés par la faiblesse durable du prix des matières premières sont indiscutablement les pays producteurs de pétrole. A +5,5% entre 2010 et 2013, leur croissance moyenne a ralenti à +3,7% en 2014-2015. En ce qui concerne les importateurs nets d’énergie, le cours du baril ayant chuté plus fortement que celui des autres matières premières, leur croissance a été moins exposée (de +5,5% sur 2010-2013 à +4,1% sur 2014-2015) », assure Ludovic Subran.


… Mais des perspectives encourageantes subsistent

Malgré ce contexte peu favorable, de réelles opportunités de développement pour les entreprises de la région existent, et elles seront encore plus importantes une fois que les turbulences évoquées se seront estompées.

Le climat des affaires en constante amélioration

L'enquête annuelle « Doing Business » de la Banque mondiale montre en effet une amélioration de la perception des conditions d’affaires dans quasiment tous les pays de la région de la mer Caspienne au cours de la dernière décennie. La plupart des pays se classent aujourd'hui au-dessus de la moyenne mondiale, ce qui devrait contribuer à rassurer les investisseurs et permettre d'attirer plus d'investissement direct étranger, particulièrement lorsque l'incidence des perturbations susvisées se sera dissipée.

De la Russie à l’Iran, une diagonale à redécouvrir

Autre motif d’espoir, l’éventuelle mise en place d’un couloir de transport Nord-Sud, reliant la Russie à l’Inde, en passant par l’Iran. L’objectif est de réduire les coûts de transports, et de stimuler le commerce dans les zones desservies. « Ce projet sous-entend un investissement considérable, qui sera certainement profitable à la région. L’Iran et l’Azerbaïdjan seront aux premières loges, et peuvent par exemple espérer une amélioration de leurs infrastructures de transports », conclut Ludovic Subran.

Plus d’information: www.eulerhermes.com



 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...