Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les publications des résultats redonnent du souffle aux marchés actions

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Michael Aflalo, Directeur des Gestions chez BFT Investment Managers

Les valorisations restent cependant élevées, en particulier aux États-Unis. Nous recherchons du rendement, notamment sur les actions émergentes, tandis que sur les marchés obligataires nous privilégions le crédit européen.

Laissant le « yo-yo » des cours du pétrole au second plan, les investisseurs se sont focalisés ces dernières semaines sur les très nombreuses publications d'entreprises pour le 3ème trimestre de part et d'autre de l'Atlantique. L’influence de la bourse américaine a été soutenue par de solides résultats d’entreprises et par la perspective d’opérations de M&A, en particulier celle concernant AT&T et Time Warner. A ce stade, 80% des publications trimestrielles ont été supérieures aux attentes outre-Atlantique. Il faudra toutefois rester vigilant au cours des prochaines séances puisque les entreprises représentant 40% de la capitalisation totale du S&P doivent faire part de leurs résultats dans la semaine à venir.

Du côté des banques centrales, Mario Draghi a confirmé le maintien du programme de rachat d'actifs de 80 Mds€ par mois (en balayant ainsi les spéculations concernant une réduction des rachats massifs de dettes, du moins à brève échéance). Ses déclarations ont ramené l'euro sous 1,09 face au dollar, autre facteur de soutien pour les entreprises européennes. Le mouvement est, par ailleurs, conforté par la probabilité croissante (autour de 69% désormais) d'une remontée des taux d'intérêt de la FED en décembre, à la suite des récentes déclarations de ses dirigeants et des meilleures perspectives économiques outre Atlantique.


Les marges des entreprises américaines sont sur des plus hauts historiques

Concernant les marchés actions, si l’on part du principe d’un retour à la moyenne de long terme des profits, les actions américaines ne sont pas attrayantes, offrant un rendement réel annuel de l’ordre de 1% au cours des 10 prochaines années. Cela provient du fait que les marges sont actuellement sur des plus hauts historiques. Les actions britanniques et japonaises devraient offrir un rendement proche de 4%, ce qui correspond à la moyenne mondiale.

Pour trouver plus de rendement, il faut aller plus loin sur l’échelle des risques et regarder du côté des actions émergentes. Ces marchés ont connu plusieurs années de sous-performance et semblent retrouver une dynamique de croissance économique et des profits plus soutenus, même si certains facteurs de risque (Chine) ne sont pas totalement effacés.

Coté flux, la tendance se poursuit négativement pour les actions européennes qui enregistrent désormais 37 semaines consécutives de décollecte, une des plus longue séries historiques tandis que le marché des obligations continue d’attirer les flux. L’aversion au risque des marchés reste toujours basse, retrouvant les niveaux enregistrés en septembre 2014. Cependant le calendrier politique pourrait faire ressurgir un stress de marché dans les semaines qui viennent.


Une préférence pour le marché du crédit

Dans ce contexte, nous maintenons notre exposition prudente et diversifiée sur les actions et notre préférence pour le marché du crédit européen qui présente des opportunités, notamment suite aux écartements de spread récents et grâce à l’intervention directe de la BCE sur le marché de la dette d’entreprises qui a acheté plus de 35 Mds€ d’obligations d’entreprises (non-financières) depuis le 10 juin.

www.bft-im.com


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation