Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les actifs des leaders mondiaux de la gestion de fonds en recul pour la première fois depuis 2011

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

En 2015, l’encours sous gestion des 500 plus importants gestionnaires d’actifs au monde a reculé pour la première fois depuis 2011, selon une étude menée par Pensions & Investments, magazine financier américain de premier plan, et Willis Towers Watson.

Le montant total de l’actif géré s’élevait à 76 700 Mds$ US à la fin de l’année 2015, contre 78 100 Mds$ US à la fin de l’année précédente, soit une baisse de 1,7%.

L’étude révèle que l’actif sous gestion des sociétés nord-américaines atteignait 44 000 Mds$ US à la fin de l’année 2015, en recul de 1,1% par rapport à l’année précédente, tandis que l’actif géré par les gestionnaires européens, y compris ceux basés au Royaume-Uni, affichait une baisse de 3,3%, s'établissant à 25 100 Mds$ US. L’encours des sociétés britanniques totalisait 6 600  Mds$ US, soit une diminution de 2 %. 

Pierre Wendling, consultant senior chez Willis Towers Watson, explique : « Le déclin des actifs mondiaux est révélateur de l'impact qu'ont les conditions d'investissement difficiles et les fluctuations des devises sur les gestionnaires du monde entier. En 2014, nos recherches avaient montré un très net ralentissement de la croissance, mais les actifs gérés par les 500 plus importants gestionnaires mondiaux avaient tout de même progressé d'un peu plus de 2%. En 2015, il n’en a pas été ainsi. Le ralentissement économique a pesé sur les performances des investissements. En parallèle, les gestionnaires d'actifs repensent leurs modèles économiques, les plus grands internalisant leurs capacités de gestion et ceux de taille plus modeste se regroupant, ce qui n'est pas sans incidence sur les flux de capitaux dans le secteur. Cette tendance continuera d'influer sur les résultats, exigeant des gestionnaires d'actifs qu'ils s'adaptent encore et toujours à un environnement exigeant et en constante mutation. »

Les actifs faisant l'objet d'une gestion active, qui constituent encore aujourd'hui la majorité des actifs (78,3%), ont également reculé de 2,8% en 2015, et que les actifs en gestion passive ont décliné encore plus rapidement, au taux de 5,5%.
Si les actifs des 20 premiers gestionnaires ont décliné de 1%, passant de 32 500 Mds$ à 32 100 Mds$ US, leur part dans le total des actifs s'est légèrement accrue, passant de 41,6 à 41,9%.

Les actifs classiques que sont les actions et les obligations représentent toujours la plus grosse part des portefeuilles (78,2% : 45,4% d'actions, 32,8% d'obligations), même s'ils ont accusé un déclin de 7,1% au cours de l'année 2015. La seule catégorie d'actifs qui s'est démarquée par sa croissance en 2015 est celle des actifs alternatifs, avec un taux de +25,1%.

Selon Pierre Wendling, « L'augmentation des actifs alternatifs prouve que dans un contexte de rendements atones et d'incertitude accrue, les investisseurs se doivent de trouver d'autres sources de diversification et de rendement supérieur. Ce changement de stratégie n'est pas seulement souhaitable, il est essentiel si le secteur de l'investissement souhaite s'adapter et répondre aux défis qui se posent et se poseront à lui. Cependant, l'univers des placements alternatifs étant beaucoup plus complexe que celui des actions et obligations classiques, les investisseurs qui s'y intéressent devront avant tout faire valoir des compétences, une démarche holistique de gestion des risques et une grande capacité de mise en œuvre ».

Au cours des 10 dernières années, la proportion de gestionnaires d'actifs provenant des États-Unis parmi les 500 premiers gestionnaires mondiaux a fortement progressé, passant de 41,9 à 52,5%. Parmi le Top 20 en 2015, 12 étaient basés aux États-Unis et représentaient 69% des actifs (contre 11 à la fin de 2014 totalisant 65,5% des actifs). Le reste des actifs était géré par des sociétés européennes.

Les actifs des 20 premières sociétés de gestion des États-Unis ont gagné 1,2% pour atteindre plus de  22 000 Mds$ US en  2015, tandis que les actifs de leurs homologues européennes ont reculé de 3,3%, représentant un peu moins de 10 000 Mds$ US sur la même période.

Parmi les sociétés ayant le plus progressé au classement des 50 plus grands gestionnaires d'actifs (par le biais de fusions-acquisitions notamment) au cours des 5 dernières années, on trouve :

- Aegon Group : +38 [de la 63eà la 25 eplace]
- New York Life Investments : +28 [de la 67eà la 39eplace]
- Dimensional Fund Advisors : +25 [de la 74eà la 49eplace]
- Sumitomo Mitsui Trust Holdings : +22 [de la 55eà la 33eplace]
- Standard Life : +21 [de la 71eà la 50eplace]

https://www.willistowerswatson.com/


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...