Connexion
/ Inscription
Mon espace

L’UBP, confiante dans le potentiel des petites et moyennes capitalisations européennes

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

L’équipe Actions Européennes de l’UBP, dont la stratégie de stock-picking est fondée sur la génération de thèmes d’investissement, considère que les petites et moyennes capitalisations recèlent un fort potentiel de valeur dans l’environnement de marché actuel.

Les atouts de l’univers des « smid-caps » européennes sont structurels et tiennent autant aux fondamentaux de ce segment de marché qu’au profil de ces entreprises. Du fait même de leur taille plus modeste, ces entreprises affichent une croissance généralement plus forte que leurs homologues de grande capitalisation, grâce à un effet de base favorable. Elles sont aussi, le plus souvent, issues de secteurs particulièrement dynamiques.

Les petites et moyennes valeurs européennes représentent un vivier de 1 500 sociétés dont les capitalisations s’établissent de 200 M à 5 Mds€. Le territoire des petites et moyennes compagnies est encore relativement peu exploré par les analystes et gérants d’actifs. « Pour les spécialistes de ce segment, c’est un avantage compétitif. Il est possible de trouver des pépites encore peu connues de l’ensemble du marché » estime Charles Anniss, Gérant de portefeuille Petites et moyennes capitalisations, qui vient de rejoindre UBP pour y lancer un nouveau fonds consacré à ces valeurs.

Si le profil, la santé ou le business-model de ces entreprises sont évidemment disparates, l’univers d’investissement des smid-caps semble se prêter plus facilement à la génération de valeur. « Cet univers d’investissement compte beaucoup d’entreprises évoluant dans des secteurs de niche, capables d’imposer du pricing power grâce à leur savoir-faire industriel, leurs produits exclusifs ou leurs innovations. Ces caractéristiques sont des gages de visibilité sur la croissance bénéficiaire de l’entreprise » explique Charles Anniss. C’est notamment le cas dans les secteurs manufacturier, des services technologiques ou de la santé, en Suède ou en Allemagne, où le tissu des petites et moyennes entreprises est dense.
« Nous pensons qu’il existe un momentum sur les résultats des smid-caps européennes en 2016 et 2017. Leur croissance devrait être dans l’ensemble supérieure à celle des grandes capitalisations, dont les résultats sont plus impactés par les difficultés du secteur bancaire » ajoute-t-il.

Opérations de M&A, grandes tendances démographiques et mutations industrielles sont des thèmes attrayants
Quelques écueils sont toutefois à éviter. Plus que dans d’autres compartiments des marchés actions, la sélectivité des titres reste précieuse. « C’est un univers particulièrement réservé aux stock-pickers, car plus qu’ailleurs la liquidité et la volatilité peuvent représenter des obstacles. Une approche titre par titre permet d’éviter la dispersion des performances ». Pour ce faire, l’équipe d’UBP concentre son analyse sur les catalyseurs intrinsèques et exogènes des entreprises : d’un côté, la qualité du bilan de la société et de ses cashflows, de sa structure opérationnelle, de son management, sa culture d’entreprise ou encore sa capacité à structurer ses coûts, de l’autre, des critères relatifs à son environnement économique et sectoriel.

En termes de choix d’investissement, l’équipe cible aujourd’hui non seulement des entreprises dont la croissance est stable et visible (elles constituent environ 65% de l’exposition aux smid-caps dans les portefeuilles d’UBP), mais aussi des entreprises dont les résultats sont en forte progression après une phase de retournement, de restructuration ou d’évolution de leur business-model. Ces dernières peuvent afficher des points d’entrée intéressants en bourse.

Historiquement, Charles Anniss a toujours détenu entre 50 et 60 positions, conservées entre 24 et 36 mois, dans son portefeuille petites et moyennes capitalisations. « En ce moment, nous sommes particulièrement attentifs aux marchés français, irlandais ou espagnol, que nous jugeons intéressants » détaille-t-il. « Nous identifions quelques opportunités. Les compagnies faisant l’objet d’opérations de M&A - c’est notamment le cas dans les secteurs des services aux entreprises ou de la logistique - sont susceptibles de bénéficier d’une appréciation en bourse. Nous apprécions aussi les sociétés du secteur de la santé, en mesure de tirer parti de grandes tendances démographiques comme le vieillissement de la population, ou issues d’industries en mutation, du secteur technologique, capables de bénéficier d’évolutions disruptives » conclut Charles Anniss.

Au sein des portefeuilles actions européennes de l’UBP, l’exposition aux smid-caps représentait ces dernières années entre 16 et 25%. Cette pondération devrait être augmentée dans les semaines à venir.

www.ubp.com

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...