Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les Français "patrimoniaux" prêts à prendre des risques modérés pour accroitre leurs rendements

ER - Patrimoine et placements
ABONNÉS

Enseignement de l’édition 2016 de l’Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale : 44% de Français Patrimoniaux (FP) sont ouverts au risque.

Pour Paul Younès, directeur général de l’UFF, « les Français patrimoniaux sont aujourd’hui prêts à prendre des risques modérés pour accroitre leurs rendements ». Conjugué à l’actuel mouvement de taux bas, ce constat peut expliquer le « boom » 2016 de l’immobilier.


1/ La retraite inquiète les FP et guide leurs choix d’investissements.

50% citent la préparation de la retraite comme le principal objectif de leurs investissements. La retraite demeure ainsi, comme en 2015, l’objectif prioritaire devant laconstitution d’une épargne de précaution à 33% et l’avenir de ses enfants à 33% également.

Le financement des projets personnels progresse de 5 pointsà 21% et constitue un objectif aussi important que l’optimisation fiscale. Chiffre en hausse : 47% en 2014 et 49% en 2015. En dépit des réformes de 2010 et 2013, les FP sont clairement inquiets notamment sur les paramètres qu’ils ne maitrisent pas directement :
- 65% se déclarent préoccupés quant au montant qu’ils toucheront
- 56% s’inquiètent de l’âge, à partir duquel ils pourront prendre leur retraite à taux plein
- 52% se questionnent sur les efforts d’épargne nécessaires au financement de leur retraite.


2/ 81% ont pris des dispositions pour financer leur retraite : l’assurance-vie reste l’outil privilégié devant la réalisation d’un achat immobilier. 

Le nombre de FP ayant pris des dispositions financières en prévision de la retraite n’a jamais été aussi haut : 81% en 2016 contre 75% en 2014 et 74% en 2015).
- 85% ont souscrit à une assurance-vie, comme en 2015
- 72% ont réalisé un achat immobilier, contre 66% en 2015
- 59% ont souscrit à des produits financiers, 60% en 2015
- En bas de classement, l’épargne retraite et l’épargne salariale ne sont citées que par 42% et 49%, contre 43 et 46% en 2015.

1 FP sur 4 projette de prendre des dispositions en 2017. C’est plus qu’en 2015 à 20% mais moins qu’en 2014 à 34% et 2013 à 31%.


3/ 44% se déclarent ouverts au risque mais opteraient paradoxalement pour de l’immobilier locatif d’investissement et des produits à capital garanti.

3 critères prévalent dans le choix d’un investissement :
- La disponibilité des fonds : 57% contre 61% en 2015
- Le niveau de rendement : 54% contre 55% en 2015
- Le niveau de risque : 47% contre 44% en 2015

44% se déclarent ouverts au risque contre 39% en 2015 (+ 5 points en 1 an : l’un des scores les plus élevés de l’histoire du baromètre). Mais, ce sont les produits moins risqués qui semblent l’emporter :
- 69% misent sur l’immobilier locatif d’investissement, 57% en 2015
- 64% sur les produits à capital garanti, 62% en 2015


4/ La disponibilité des fonds demeure le principal critère de choix des FP devant le niveau de rendement et le niveau de risque.

Top 5 des critères de décision :
- La disponibilité des fonds : 57%
- Le niveau de rendement : 54%. Dans le détail, la disponibilité des fonds est privilégiée par les investisseurs prudents à 65%  alors que investisseurs ouverts aux risques sont plus sensibles au niveau de rendement 71%.
- Le niveau de risque : 47%
- La régularité de la performance : 44%
- Les avantages fiscaux associés au produit : 42%


5/ 37% déclarent que l’évolution de la conjoncture a modifié leurs comportements de placements sur les 12 derniers mois, contre 30% en 2015.

Le nombre des FP poussés à modifier leurs comportements de placement en lien avec l’évolution de la conjoncture repart assez nettement à la hausse en 2016 : 19% déclarent avoir « significativement modifié leur comportement de placements » soit +5 points.
L’impact spécifique du Brexit est limité même s’il apparait non négligeable : 25% déclarent que cet événement les a incités à modifier leurs décisions et 84% déclarent faire davantage preuve de vigilance pour leurs investissements ou placements. Comme en 2015 :
- 65% déclarent s’impliquer plus largement dans la gestion de leur épargne
- 59% affirment s’informer de façon plus régulière quant à l’actualité financière
- 57% se sont tournés vers des produits moins risqués.

De même, le niveau d’optimisme quant à l’évolution des marchés financiers pour les 6 prochains mois est similaire à celui observé en 2015 : 47% sont optimistes, contre 48% en 2015.


6/ L’immobilier séduit les FP en 2016

- 62% seraient prêts à investir dans l’immobilier dans l’ancien, contre 56% en 2015)
- 58% dans les résidences pour seniors ou retraités, 53% en 2015
- 50% respectivement dans les EHPAD, 43% en 2015
- 50% dans les résidences pour étudiants, la seule typologie de biens à perdre en intérêt puisque l’on observe un léger repli de 53 à 50% entre 2015 et 2016.

On constate une véritable appétence pour l’immobilier locatif d’investissement en Pinel, qui bondit de 41% à 49%. Dans le même temps, ce dispositif compris est bien appréhendé : 72% déclarent « très bien comprendre » la manière dont il fonctionne.
En outre, le LMP monte en puissance de 31 à 40%, tout comme le dispositif Malraux de 16 à 22% qui retrouve ses précédents niveaux.


7/ - Dans un futur proche, 47% seraient prêts à réaliser l’intégralité de leurs opérations financières en ligne mais ils expriment toujours un besoin de conseil.

53% estiment que le fait qu’un organisme financier propose des services en ligne est important 18% ou essentiel 35%, contre 27% en 2015.

47% seraient prêts à réaliser l’intégralité de leurs opérations financières en ligne contre 38% en 2015.Comme en 2015, 3 principales raisons sont avancées :
- réaliser des opérations n’importe quel jour et à toute heure 77%
- éviter de se déplacer ou de recevoir la visite d’un conseiller 44%
- réduire le montant de ses frais bancaires 40%.
Malgré ce constat, 61% souhaiteraient continuer à bénéficier d’un conseil en ligne 30% ou physique 31%.


8/ - 79% se fient au conseil humain plutôt qu’à une application, un algorithme ou un robot.  

54% pensent qu’à moyen long terme, le conseil en gestion de patrimoine sera majoritairement délivré aux clients à partir d’une application, d’un robot ou d’un algorithme, mais seulement 21% trouvent cela souhaitable.

https://www.uff.net/


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Plongée dans l’univers des investissements des entrepreneurs les plus accomplis

La 5ème édition de l'étude « Entrepreneurs BNP Paribas 2019 » de BNP Paribas Wealth Management publie les investissements privés préférés des investisseurs fortunés - les Entrepreneurs « Elite » - et les tendances qui façonnent leurs choix en matière d'allocation de leur portefeuille. Extrait de l'étude 1/ Les actions sont le premier choix de portefeuille des entrepreneurs Élite : en réagissant avec enthousiasme à la hausse des marchés boursiers, ils ont davantage investi en actions...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Fonds patrimoniaux : notre sélection limite les dégâts

  Un gérant qui a une très longue expérience vient de déclarer qu'il n'a jamais vu une année comme 2018, avec de telles moins-values dans pratiquement toutes les classes d'actifs, le mouvement s'accélérant en fin d'année. Dans ces conditions, le repli trimestriel de 10,1 % enregistrée par notre liste de fonds patrimoniaux doit être relativisée.   Depuis la mise à jour du 4 octobre 2018, notre sélection patrimoniale a, notamment, été affectée par les reculs d'Amilton Global (particulièrement...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Emergence sélectionne Inocap Gestion pour son 18ème investissement

Le fonds d'accélération de Place Emergence apporte son soutien au monde des PME et ETI innovantes à forte croissance et alloue 50 M€ au fonds Quadrige Europe Midcaps, géré par Inocap Gestion. Lancé en décembre 2015, Quadrige Europe Midcaps a pour objectif de rechercher une performance supérieure à l'indice Stoxx Europe Ex UK Small dividendes réinvestis sur une période recommandée de placement d'au moins 5 ans grâce à une sélection d'entreprises européennes qui placent l'innovation au cœur de...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Placements 2019 : l’immobilier et le non coté privilégiés ?

Une analyse d'Olivier Grenon-Andrieu, Président d'Equance L'année 2018 a été marquée par un net repli des marchés actions. Ce phénomène vient rappeler aux investisseurs à quel point il est utile de diversifier ses placements sur d'autres classes d'actifs, en particulier l'immobilier et le non coté, qui peuvent offrir des rendements élevés et décorrélés des marchés financiers.  Beaucoup d'investisseurs ont eu du mal à faire fructifier leur épargne au cours de l'année passée. En cause : le...