Connexion
/ Inscription
Mon espace

Pétrole : vous reprendrez bien un peu de volatilité...

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Thomas Page-Lecuyer, stratégiste CPR AM

En l’espace de 4 séances, le baril de Brent a progressé de 10%, mais non sans avoir reculé, puis rebondi en l’espace de 72 heures. Finalement, nous sommes désormais habitués à voir l’or noir chauffer suite à une annonce importante, puis redégonfler dans la foulée devant le doute sur la véracité de cette information ou sur la pérennité de la dite annonce

Tout a commencé mercredi quand, en marge du Forum International de l’Energie à Alger, les pays de l’OPEP ont annoncé un accord au sujet du gel de leur production. Les investisseurs ont été surpris et ont donc salué l’annonce. Grande surprise en effet au regard des discours du ministre iranien du pétrole quelques jours auparavant au cours desquels il rappelait l’ambition iranienne d’atteindre une production de 4 millions de barils par jour (contre 3,64 pour le moment) avant de la geler. D’autre part, l’ensemble des protagonistes de cette affaire ont annoncé avoir besoin de temps pour de plus amples consultations, et qu'un accord pourrait éventuellement être trouvé lors de la réunion de l'OPEP à Vienne le 30 novembre. Quoiqu’il en soit, le gel a pris de l’avance, et surpris les marchés.

Toutefois, il ne faut trop vite crier victoire, et encore moins lorsqu’il s’agit de l’OPEP. Il n’a fallu que quelques heures aux investisseurs pour redescendre sur terre et voir le baril reculer, sans avoir grandement approché le seuil psychologique des 50$. En effet, il convient de rester prudent sur les modalités de gel et sur le respect de l’accord, sachant qu’il faudra attendre le sommet du 30 novembre pour en savoir plus. D’autre part, en marge de cette annonce, aucune nouvelle de la Russie qui a, pour mémoire, augmenté substantiellement sa production pour atteindre plus de 10% de la production mondiale en septembre à 11 millions de barils par jour. 


Alors, à quoi s’attendre ? Faut-il vraiment croire à une progression pérenne du prix baril de pétrole ? 

Les menaces et désillusions ne sont pas à ignorer en effet, d’ailleurs la volatilité du baril est là pour en attester. Nombreux sont les facteurs baissiers sur ce marché, mais il faut aussi souligner la possibilité de progression du prix, au-delà de 50$.

En Russie, les autorités ont rouvert d’anciens puits datant de l’ère soviétique et presqu’obsolètes, leur efficacité est mise en doute à moyen terme, au point qu’ils devraient arrêter de produire dans les prochains mois. Dans ces conditions, a fortiori, il y a peu de doute quant à l’alignement russe sur le point du gel, et cette annonce pourrait même donner un nouveau coup de fouet au baril dans les semaines à venir, son rallye pourrait alors trouver un second souffle.

Quant aux risques d’un échec de l’accord dans 2 mois à cause du souhait de l’Iran d’atteindre les 4 millions de barils par jour, il demeure faible car le pays en produit déjà 3,64, un rythme soutenu au regard de ses infrastructures, infrastructures qui ne permettent d’ailleurs probablement pas d’accélérer la production à l’heure actuelle. C’est un accord gagnant gagnant, qui devrait soutenir le baril à court terme, qu’il s’agisse du facteur russe ou du facteur iranien. Donc, d’ici début décembre, entre les annonces russes (de gel ou de réduction) et la confirmation de l’accord, le prix du baril de pétrole devrait continuer de progresser jusqu’à dépasser les 50$ pendant quelques temps.

Mais, à plus long terme, l’équation est bien différente. Rappelons que la baisse de production serait de l’ordre de 200 000 à 700 000 barils par jour alors même que l’augmentation de production depuis de le début de l’année atteint 930 000 barils par jour…quoiqu’il en soit, à ce rythme, l’offre demeurera excédentaire jusqu’à fin 2017, au moins. De plus, gardons en mémoire que la discipline n’a jamais été la qualité première des pays producteurs de pétrole, rien ne garantit le respect des quotas de production, et d’éventuels écarts pourraient repousser d’autant la date d’équilibre entre offre et demande.
D’autre part, si le baril montait durablement au-dessus de 50$, la reprise des forages nord-américains notamment ferait pression et l’excès d’offre pèserait une nouvelle fois sur le prix.  D’ailleurs la pression est déjà présente, il faut noter la récente augmentation du nombre de puits exploités aux Etats-Unis depuis mai dernier, depuis que le baril flirte avec les 50$. De près de 1600 en octobre 2014, ils ont chuté à un peu plus de 300 suite à la dégringolade du prix du baril. Mais depuis 4 mois maintenant, les puits rouvrent, plus d’une centaine ont été relancés.

Pour mémoire, selon le rapport de septembre de l’AIE, la croissance de la demande mondiale de pétrole pour 2016 est revue en baisse à cause de la moindre demande chinoise et indienne, par rapport aux anticipations. La consommation mondiale d'or noir devrait donc croître de 1,3 mbj à 96,1 mbj cette année, contre une précédente estimation de 1,4 mbj. De plus, pour 2017, la demande ralentirait encore puisqu’elle ne serait en hausse que de 1,2 mbj à 97,3 mbj.

A ce rythme, la date du rééquilibrage du marché risque de s’éloigner et de décevoir encore les investisseurs. Le déclin risque d’être aussi douloureux que le rebond fut surprenant.

En bref, d’ici la fin de l’année, attention, beaucoup de volatilité en vue pour le baril et les valeurs qui lui sont liées.

http://www.cpr-am.fr/


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...