Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Le crédit corporate de Muzinich & Co au 30 septembre 2016

États-Unis : Les performances des marchés obligataires américains ont été mitigées au cours du mois, le segment high yield et les loans ayant généré une performance positive en ligne avec les coupons, tandis que les obligations d’entreprises du segment investment grade ont été en baisse. Les marchés obligataires ont été influencés par l’action et les discours des banques centrales. En début de mois, le manque d’indications claires de la BCE quant à l’avenir de son programme d’assouplissement quantitatif a déçu les marchés. Et plus tard au cours du mois, la Fed a annoncé, une fois de plus, qu’elle ne relèverait pas ses taux. Cependant, alors que dans les récentes réunions un vote unanime avait privilégié le statu quo, il est intéressant de noter que trois votes se sont écartés du consensus. Cela laisse penser que la Fed se dirige vers une normalisation des taux. La Fed a déclaré qu’en l’absence de chiffres négatifs, elle relèverait sans doute les taux avant la fin de l’année. L’environnement économique n’étant pas comparable aux cycles de resserrement précédents, nous anticipons un rythme de hausse des taux plus lent. Sur le segment high yield, on a observé des flux techniques dans les deux sens au cours de la période. En début de mois, les investisseurs inquiets à propos de la Fed sont sortis du marché, avant d’y revenir une fois la politique accommodante confirmée

Europe : Entraînées par le segment high yield, les obligations d’entreprises européennes ont décliné ce mois-ci, sur fond d’inquiétudes concernant l’évolution de la politique des banques centrales. La BCE a déçu les investisseurs en début de mois suite à l’absence d’annonce d’un changement des règles existantes qui aurait permis la poursuite de son programme d'assouplissement quantitatif au rythme actuel sur une période allant au-delà de mars 2017. Plus tard dans le mois, la Fed américaine et la Banque du Japon (BoJ) ont fait des déclarations confirmant la poursuite de leurs politiques monétaires accommodantes, tout du moins (dans le cas des États-Unis) à court terme. La performance globale des obligations d’entreprises européennes a enregistré un rebond dans la deuxième quinzaine du mois, dans un contexte de rallye des marchés de taux (baisse des rendements) et de stabilité des spreads. En septembre, le volume d’émissions du segment high yield européen a atteint son second plus haut niveau historique (JP Morgan). Malgré cet excellent mois pour les nouvelles émissions, le volume annuel cumulé des émissions sur ce segment accuse un recul d’environ 30% par rapport à l’année dernière (JP Morgan). Les nouvelles émissions sur le marché européen des leveraged loans ont enregistré un niveau record.

Marchés Émergents : Portées par le segment high yield, les obligations d’entreprises des marchés émergents ont dégagé une performance positive ce mois-ci. Le marché cherchant à déceler si et quand la Fed relèvera ses taux, la performance globale de ces actifs a été principalement liée aux mouvements des bons du Trésor US. (Commentaires sur la Fed au 1er paragraphe). Au sein des marchés émergents, l’Europe de l’Est a surperformé tandis que l’Amérique latine a décliné. Le recul de l’Amérique latine est dû à des ventes massives de dette mexicaine causées par des sondages favorables à Donald Trump tout au long du mois de septembre. Au plan sectoriel, le pétrole et le gaz ont bien réagi à la baisse de la production annoncée par l’OPEP. La Turquie a sous-performé après la baisse surprise de sa notation au niveau high yield par Moody’s (désormais en phase avec S&P), que le marché n’anticipait pas avant octobre.

http://www.muzinich.com/


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation