Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les marchés semblent déroutés face à l’inaction momentanée des banques centrales

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Michael Aflalo Directeur des Gestions chez BFT Investment Managers

A la différence de 2015, marqué par l’effondrement des places boursières chinoises, la période estivale aura été bien calme en bourse, cette année. Le mois d’août souvent redouté par les investisseurs s’est soldé par une parfaite stabilité, après que les marchés d’actions ont regagné près de 5%, en juillet.
Pas de records historiques pour les indices européens, à la différence de leurs homologues de Wall Street, même s’ils ont effacé les pertes déclenchées par le vote britannique en faveur du Brexit.

Fin août, le traditionnel symposium économique de Jackson Hole, aura permis à Janet Yellen de laisser entendre que la normalisation monétaire allait se poursuivre, avec une nouvelle remontée des taux, plutôt vers la fin de l’année selon nous. L’immobilisme de la BCE a empêché les indices de la zone euro d’atteindre de nouveaux plus hauts, les investisseurs espéraient en effet que cette dernière annoncerait le prolongement de son programme d’assouplissement quantitatif. Ce statu quo est cependant le signe que la politique de la BCE fonctionne et que la visibilité tend à s’améliorer. « La probabilité d’une déflation n’a pas augmenté », a affirmé Mario Draghi, qui a néanmoins laissé la porte ouverte à de nouvelles actions « si nécessaire ». Outre la politique monétaire, l’orientation des marchés financiers a, une nouvelle fois, été guidée par l’évolution des cours du pétrole.

L’annonce d’un accord de coopération entre l’Arabie Saoudite et la Russie a amplifié le rebond du Brent. Le prix du baril a grimpé de 5,5%, durant l’été et s’est rapproché du seuil des 50 $. La raison en a principalement été le recul aussi brutal qu’inattendu des stocks hebdomadaires de brut aux Etats-Unis qui se sont réduits de 14,5 millions de barils, soit la baisse la plus importante depuis 1999 !

Cet attentisme des marchés traduit aussi un manque de visibilité, d’autant que des échéances politiques majeures se profilent, dont notamment l’élection présidentielle américaine. L’écart dans les sondages entre les deux candidats est trop serré pour en estimer le résultat. De plus, la valorisation du marché américain, mesurée par le ratio cours sur bénéfices anticipés du S&P 500 est actuellement à 17, ce qui est assez sensiblement supérieur à sa moyenne de long terme qui est plutôt de l’ordre de 15 et expose le marché à un choc plutôt négatif. Coté flux, la tendance se poursuit négativement pour les actions européennes qui enregistrent désormais 30 semaines consécutives de décollecte, une des plus longue séries historiques tandis que le marché des obligations continue d’attirer les flux. L’aversion au risque des marchés reste cependant toujours basse retrouvant les niveaux enregistrés en septembre 2014.

Dans ce contexte, nous maintenons notre exposition prudente et diversifiée sur les actions et notre préférence pour le marché du crédit européen qui présente des opportunités, notamment suite aux écartements de spread récents et grâce à l’intervention directe de la BCE sur le marché de la dette d’entreprises qui a acheté environ plus de 25 Mds€ d’obligations d’entreprises (non-financières) depuis le 10 juin.

www.bft-im.com

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...