Connexion
/ Inscription
Mon espace

La recherche de portage milite en faveur des marchés obligataires émergents

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

L’analyse de Denis Girault, Responsable de la gestion obligataire pays émergents chez UBP

Alors que les taux obligataires des marchés développés continuent de subir une importante pression baissière, le marché de la dette émergente représente à nouveau une solution de diversification attrayante.
Après avoir souffert ces dernières années, les économies émergentes sont entrées dans une phase de stabilisation structurelle, tandis que les principaux facteurs de risque sont déjà intégrés dans les cours des titres obligataires.

Il faut s’attendre à voir les taux obligataires des marchés développés poursuivre leur repli. La recrudescence d’incertitudes économiques et politiques incite les principales banques centrales à maintenir les taux sous pression. En zone euro, l’abondance de liquidité assurée par la BCE via son programme de rachats d’actifs entretient la baisse des rendements obligataires, si bien que le taux souverain allemand à 10 ans est négatif. De leur côté, à leurs niveaux actuels, les taux gouvernementaux américains ne reflètent plus la situation économique nationale, caractérisée aujourd’hui par une inflation et une croissance plutôt consistantes.

« La raréfaction des rendements sur les marchés développés nécessite plus que jamais d’autres alternatives. Dans ces circonstances, les flux d’investissement commencent à revenir sur la dette émergente, qui retrouve de son pouvoir d’attraction après plusieurs trimestres d’incertitudes », observe Denis Girault.

D’un point de vue macroéconomique, les pays émergents sont dans une phase de stabilisation structurelle, bon nombre de pays ayant rétabli l’équilibre de leurs comptes courants au cours des derniers mois. La stabilisation des prix des matières premières est aussi un catalyseur positif. « Ces tendances sont favorables aux marchés obligataires émergents. Malgré le rallye dont a bénéficié la classe d’actifs ces derniers mois, nous estimons qu’il existe encore un potentiel de compression des spreads, synonyme d’appréciation » affirme-t-il.


Une approche sélective des cas d’investissement

Le transfert récent des facteurs de risque vers l’Europe ne doit toutefois pas occulter les préoccupations relatives aux marchés émergents. Le principal risque aujourd’hui relève de la solvabilité fragile du secteur bancaire chinois. « Le marché pourrait être stressé en cas de ‘newsflows’ inattendus en Chine. Or, nous constatons que l’essentiel des risques est déjà bien identifié et ‘pricé’ dans le prix des obligations émergentes ». La réduction des risques passe notamment par la diversification des positions à l’échelle globale et une approche d’investissement sélective. L’équipe privilégie une stratégie de ‘bond-picking’, active et sans contrainte. « Nous analysons et sélectionnons les titres, nom par nom, au regard de leurs fondamentaux et de leur valorisation » conclut Denis Girault.

www.ubp.com


Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation