Connexion
/ Inscription
Mon espace

Après plusieurs mois de performance, la prudence s’impose sur le marché du high yield

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Gilles Frisch, responsable de la gestion Asset Opportunities de Swiss Life AM

Porté par la remontée des cours du pétrole, le marché du high yield (haut rendement) a bien performé depuis février mais la prudence est de rigueur à court terme. Ce marché pourrait marquer une pause d’ici la fin de l’année.

En février, nous avions considéré que le marché du high yield offrait des opportunités réelles. Le marché nous a donné raison, dorénavant nous préconisons la prudence à court terme. A l’époque, nous avions estimé que la correction avait été particulièrement sévère sur le marché américain et notamment pour les entreprises pétrolières et gazières qui avaient subi de plein fouet la chute des cours du pétrole et du gaz. Elles peuvent expliquer jusqu’à la moitié de la volatilité constatée. Dans ce contexte les rendements moyens que doivent offrir les émetteurs high yield avaient bondi à des niveaux très élevés, à 10% en moyenne sur le marché américain et 6,4% sur le marché européen. En effet, la chute des cours du pétrole menaçait de faillite un certain nombre de sociétés qui ne peuvent dégager de bénéfices avec un baril en deçà de 40 dollars. En conséquence, la prime de risque liée à ces sociétés s’est envolée.

Avec la remontée des cours du baril, les rendements délivrés par les émetteurs de ce segment du marché obligataire ont été poussés à la baisse au cours des semaines suivantes. La valorisation moyenne du high yield américain a rebondi de 21% entre février et fin août tandis que le high yield européen progressait sur la même période de 12%. Début septembre, le rendement du marché américain atteignait ainsi 6,5% contre 3,5% en Europe.

Des facteurs politiques et économiques qui créent de l’incertitude

Pour autant, la prudence s’impose à court terme. Il est probable que la dynamique du marché high yield marque une pause alors que le calendrier économique et politique est chargé d’incertitudes. Les élections américaines restent très indécises et devraient entretenir la volatilité des marchés d’ici début novembre. La communication hésitante de la Fed sur le calendrier du resserrement monétaire ne contribue pas à rassurer les investisseurs. Par ailleurs, la liquidité va baisser d’ici la fin de l’année à mesure que les banques réduisent leurs books et mettent leur bilan en ordre. Les ajustements de portefeuille vont devenir plus couteux et plus difficiles.
Cette prudence que nous conseillons aux investisseurs devrait toutefois leur permettre de bénéficier de meilleurs points d’entrée au cours des prochains mois. A moyen terme, nous restons positifs sur ce marché du haut rendement et nous continuons à privilégier le high yield américain par rapport au high yield européen. Les bons fondamentaux des entreprises américaines présentes sur ce marché justifient in fine la poursuite de la baisse des rendements.

Aujourd’hui, nous détenons dans nos portefeuilles obligataires haut rendement : 60% de high yield US, 30% de high yield européen et 10% de cash, preuve de notre prudence actuelle.

www.swisslife-am.com


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...