Connexion
/ Inscription
Mon espace

[Analyse] Les pays émergents, des marchés pas chers et qui rapportent

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

L’analyse de Leslie Sita, Gérante et Spécialiste produit - gestion obligataire à pondération fondamentale chez Lombard Odier IM

Après une traversée du désert rythmée par la forte baisse du prix des matières premières et le ralentissement de l’économie chinoise, les marchés émergents font leur retour en 2016 à +6,29% YTD pour le MSCI Emerging Markets et +13,10% pour le JPM GBI-EM Global Diversified, au 29 avril 2016. Cette remontée ne passe pas inaperçue après 3 années décevantes et dans l’environnement actuel de taux historiquement bas, d’inflation quasi-inexistante dans les pays développés et de devises émergentes sous-évaluées. Les investisseurs sont désespérément à la recherche de rendement et doivent désormais regarder en dehors des marchés développés pour atteindre leurs objectifs.

Alors que banques centrales poursuivent leurs actions, force est de constater que les investisseurs ne semblent pas avoir réellement tiré des leçons du passé. En effet, le Titanic financier de 2008 semble être tombé aux oubliettes tandis que les prises de position des gérants se ressemblent de plus en plus, donnant naissance au « herding » - ce phénomène de mimétisme qui a tendance à se traduire par des portefeuilles « benchmarkés » aux indices traditionnels, créant ainsi des accidents de liquidité à la moindre secousse sur les marchés. Une illustration de ces accidents est l’écartement des spreads de crédit (corporates et souverains) en février dernier qui a poussé les investisseurs à se ruer vers la porte de sortie en vendant leurs positions in extremis.

Ces indices par capitalisation boursière qui dominent le paysage financier depuis des décennies visent à allouer aux émetteurs en fonction de la quantité de dette émise. C’est ainsi qu’ils vont, de par leur méthodologie de construction, récompenser les émetteurs les plus endettés et ainsi concentrer le risque sur une poignée d’émetteurs. Dans le monde émergent, cela signifie donner de l’importance aux pays avec une dette élevée et donc ne pas tenir compte de la qualité des émetteurs.

Or, on ne peut ignorer que des différences structurelles se sont creusées au sein des marchés émergents ces dernières années, mettant en évidence deux catégories : les bons et les mauvais élèves.

Marchés émergents et situation macro-économique – exemples de bons et de mauvais élèves (source: Base de données mondiale World Economic Outlook du FMI, Avril 2016) 
Prenons l’exemple de l’Inde qui est sans doute le grand gagnant des émergents, avec une amélioration de ses fondamentaux macroéconomiques ces cinq dernières années : une accélération de sa croissance qui atteint 7,3% du PIB sur l’exercice 2015, une réduction de son déficit budgétaire (-4,8% à -3,9% du PIB en 2015) et une baisse de sa dette publique de 4,2 points de PIB par rapport à 2011.
A l’opposé, le Brésil, qui suscite actuellement beaucoup d’intérêt auprès des investisseurs et se retrouve plongé dans une crise économique et politique avec pour dénominateur commun le chiffre 10 : 10% d’inflation, 10% de déficit public et 10% de côte de popularité pour la présidente Dilma Rousseff, qui vient juste d’être destituée de son poste.

D’autre part, ces fameux indices traditionnels ne prennent pas en compte la Chine et l’Inde qui représentent plus de 50% du PIB de la zone émergente. Si la Chine soulève toujours des inquiétudes, ces dernières nous semblent quelque peu excessives. Celle qui est devenue la première puissance économique mondiale en 2014 dispose aujourd’hui d’une balance commerciale excédentaire, de réserves de change de 3,330 Mds$ en 2015 et d’une croissance du PIB stabilisée autour de 6,7% au 1er trimestre 2016. Selon nous, la Chine est suffisamment armée pour éviter une éventuelle crise financière.

On constate donc qu’il est devenu indispensable d’intégrer ces différentes dynamiques dans tout investissement sur les marchés émergents.  Une approche à pondération fondamentale qui considère chaque pays en fonction de son mérite et pas de la quantité de dette émise permet de construire des portefeuilles de qualité plus résistants aux éventuels chocs sur les marchés et offrant des rendements ajustés au risque supérieurs comparé aux approches traditionnels. Si la course au rendement devient plus qu’évidente dans le contexte actuel, celle-ci ne doit pas se faire au détriment de la qualité de crédit des émetteurs détenus en portefeuille.

https://www.loim.com/fr/home.html


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...