Connexion
/ Inscription
Mon espace

Agritel estime la production de blé européenne 2016 à 143 Mt

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Si la France accuse des rendements en blé au plus bas niveau depuis plus de 33 ans, elle n’est pas la seule à enregistrer une baisse de sa production au sein de l’UE. Selon Michel Portier, directeur général d’Agritel : « Nous estimons en 2016, la production européenne tous blés à 143 Mt, soit un repli de 11% par rapport à l’année 2015. Ce chiffre va très nettement affecter le niveau des exportations européennes vers les pays tiers que nous évaluons à 24 Mt, en repli de plus de 30 % ».

La contraction des disponibilités des blés dans l’UE n’est aujourd’hui pas suffisante pour entraîner une nette hausse des cours.« En effet, malgré cet accident de production en Europe, la moisson chez les 8 principaux exportateurs internationaux est estimée en hausse de +8,5 Mt par rapport au niveau déjà record de 2015 » analyse Michel Portier.

Au sein de l’UE, la situation reste très hétérogène entre les pays du Nord et de l’Ouest et ceux du Sud et de l’Est du continent.

- La Pologne et l’Allemagne, touchées respectivement par une sécheresse et des pluies excédentaires devraient enregistrer une baisse de -7% sur 1 an.
- Au Royaume Uni, la récolte pourrait se replier de -10% et revenir à un niveau moyen quinquennal.
- La France, pays le plus touché (blé dur + blé tendre) chute de -30%.

A l’inverse, sont en hausse :

- l’Espagne : +25% 
- l’Italie : +10%        
- la Roumanie : +9%

Par ailleurs, Agritel estime que la baisse des stocks de blé européen sera limitée par l’abondance de la production mondiale et que ceux-ci ne se replieront qu’à un niveau moyen de 12,8 Mt contre un volume élevé de 15,7 Mt l’année passée.

http://www.agritel.com/fr/ 


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...