Connexion
/ Inscription
Mon espace

Outre-Atlantique, les conditions économiques militent en faveur d’une hausse des taux directeurs

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

La Fed a tout intérêt à relever ses taux directeurs en septembre et le fera probablement. Le rendez-vous annuel de la Fed, à Jackson Hole du 25 au 27 août, va sans doute permettre de lever le voile sur les intentions de la FED.La tonalité du discours de son gouverneur Janet Yellen, prévu ce vendredi, pourrait préempter une prochaine hausse des taux directeurs.

 

Lieven Jacobs, Directeur de la Gestion de Quilvest AM analyse la stratégie de la FED

Après avoir relevé ses taux directeurs en décembre 2015 de 0,25 à 0,50%, la FED a privilégié une attitude prudente au cours des réunions monétaires qui ont suivi. Malgré une dynamique économique globalement robuste aux États-Unis, le statu quo a prévalu, justifié par l’influence de risques macroéconomiques et politiques exogènes -  à l’image du vote en faveur du Brexit au Royaume Uni -  qui a généré des incertitudes sur les marchés financiers internationaux. Les politiques ultra-accommodantes des autres banques centrales (BCE et Banque du Japon) ont aussi encouragé la Fed à retarder la hausse de ses taux, pour assurer la stabilité du dollar.
Mais aujourd’hui, la Fed semble avoir toutes les cartes en main pour franchir sereinement un nouveau cap dans son processus progressif de normalisation monétaire. « La recrudescence des facteurs de risque à l’échelle mondiale n’est pas à négliger, toutefois les conditions économiques sont favorables aux États-Unis et justifient pleinement une nouvelle hausse des Fed funds de 25 points de base, dès le comité monétaire du 21 septembre. La croissance économique demeure robuste et les tensions salariales, longtemps attendues, se manifestent clairement. Le recul du chômage en deçà des 5%, le retour de l’inflation salariale estimée à 2,6% et l’amélioration du taux de participation à l’emploi, vont permettre une augmentation des revenus disponibles et donc consolider la consommation des ménages. C’est le bon moment pour acter la poursuite du resserrement monétaire » assure Lieven Jacobs.


Peu de risque de choc pour les marchés obligataires

Sur les marchés financiers, les investisseurs sont en mesure de comprendre les intentions de la Fed. La réunion de Jackson Hole pourrait permettre de sensibiliser, grâce à la tonalité du discours des membres de la banque centrale, à une prochaine évolution des taux directeurs. « Dans son discours, Janet Yellen devra distiller quelques messages pour préparer les marchés à une hausse des taux en septembre. Nous pensons qu’elle le fera de manière très rassurante et que les marchés ne devraient pas être déstabilisés » ajoute-t-il.
L’équipe de Quilvest AM anticipe le niveau des Fed funds à 1% d’ici fin 2017, après un relèvement très graduel des taux. Le risque d’une hausse rapide et significative des taux obligataires américains, synonyme de correction obligataire, est relativement faible. « Si les taux directeurs s’établissent à 1% à la fin du cycle de resserrement monétaire, un niveau modeste par rapport aux cycles passés, les taux obligataires américains n’iront pas beaucoup plus hauts que leur niveau actuel (le Treasury Bond US à 10 ans s’établit aujourd’hui à 1,58%). D’autant que la courbe des taux a tendance à s’aplatir en fin de cycle monétaire, le niveau des taux à 10 ans se rapprochant de celui des taux à 2 ans ! » conclut Lieven Jacobs.

http://www.quilvestam.com/fr/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation