Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les malheurs du Brexit: les effets sur l’économie

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Stefan Kreuzkamp, Directeur des Gestions de Deutsche AM

Selon Stefan Kreuzkamp, Directeur des gestions de Deutsche AM, « le comportement du marché face à cet évènement est représentatif de réactions qui pourraient survenir plus fréquemment dans le futur : un évènement politique est sous-estimé par le marché, provoquant de graves perturbations ».
Si les indices boursiers se sont rétablis rapidement, les répercussions de cet évènement sur les cours boursiers sont, d’un point de vue sectoriel, divergentes et plus profondes. De leur côté, les marchés obligataires réagissent comme toujours : l’incertitude incite à anticiper une politique monétaire encore plus accommodante. Deutsche AM intègre pleinement ces observations dans ses perspectives d’investissement.

Stefan Kreuzkamp ajoute : « Bien que nous prévoyons une accélération de la reprise économique en 2017, nous envisageons également une augmentation des risques politiques qui, potentiellement, pourrait impacter les marchés financiers. Quoi qu’il en soit, les banques centrales devraient continuer à soutenir les marchés afin d’éviter toute dislocation majeure. »


Les « perspectives » en 9 points-clés :

Focus : l’augmentation des balances TARGET 2 témoigne de nouvelles tensions potentielles au sein de la zone euro. La BCE peut seulement aider à désamorcer ces tensions. Les dirigeants politiques doivent agir pour mettre en place des réformes structurelles.

Macro : le vote en faveur du Brexit va probablement ralentir la croissance, non seulement au Royaume-Uni, mais aussi en Europe. Après un début d’année fébrile, l’économie américaine se raffermit, bénéficiant d’un momentum favorable. En Chine, le ralentissement économique se poursuit.

Matières premières : en début d’année, les cours des matières premières étaient encore en plein marasme. Depuis, les matières premières énergétiques et les métaux précieux se sont appréciés. En particulier le pétrole, qui a profité d’une reprise des cours. Le cours de l’or devrait quant à lui bénéficier de la recrudescence des risques politiques.

Marchés obligataires : compte tenu des conséquences futures du Brexit, la plupart des banques centrales devraient mener des politiques monétaires encore plus accommodantes, en Europe et ailleurs. La BCE est sous une pression croissante pour agir encore davantage. Cela devrait générer des opportunités pour les investisseurs.

Devises : les marchés de devises ont rapidement digéré le vote en faveur du Brexit. Le dollar US semble en mesure de se renforcer plus tard dans l’année. Nous considérons le yen comme une alternative de diversification du risque, parmi l’ensemble des classes d’actifs.

Actions : les actions font preuve d’une certaine résilience face aux turbulences politiques. Toutefois, les investisseurs restent nerveux. Grâce aux banques centrales, les marchés pourraient passer un cap, une situation dont nous souhaitons tirer profit.

Immobilier : les signaux quant aux risques macro militent en faveur des actifs immobiliers : l’immobilier délivre des performances égales ou supérieures à la moyenne sur la plupart des marchés. Comparés aux obligations, les rendements immobiliers sont supérieurs aux niveaux historiques et devraient continuer à faire preuve de stabilité. 

Diversifiés : dans l’environnement d’investissement actuel - qui se caractérise par de faibles  rendements et une volatilité élevée - nous pensons qu’il faut se concentrer sur une allocation d’actifs tactique, une approche sélective des actifs, titre par titre, et la gestion du risque.

Gestion systématique et quantitative : les entreprises ont rarement connu une période aussi longue de stagnation de leurs revenus. Jusqu’à présent, les marchés d’actions ont fait preuve d’une surprenante résilience, avec des variations limitées entre les zones régionales.  

CIO-View-Online: https://deutscheam.com/thought-leadership/cio-view

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...