Connexion
/ Inscription
Mon espace

Commentaires sur le Corporate Credit Market Snapshot de Muzinich & Co

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Etats-Unis : Suite au Brexit, la dynamique technique s’est poursuivie en juillet, soutenue par le retour des investisseurs sur les actifs risqués au cours de la première quinzaine du mois. Cette progression s’est toutefois interrompue dans la seconde moitié du mois. Le segment high yield a surperformé tous les autres segments du marché obligataire américain. L’afflux de capitaux au sein du segment high yield a entraîné la classe d’actifs à la hausse. Nous estimons que le segment high yield américain a profité d’investisseurs fuyant l’Europe (ceux que la réalité post-Brexit inquiète), ainsi que d’investisseurs à la recherche de rendements absolus plus élevés. Les banques centrales à travers le monde, et particulièrement la BCE, ont laissé entendre qu’elles étaient disposées à rester extrêmement accommodantes à l’issue du Brexit. Sur le plan technique du côté de l’offre, les émissions ont connu une forte accélération en fin de mois. Le prix du pétrole a baissé dans la deuxième quinzaine du mois dans un contexte de déséquilibre continu entre l’offre et la demande, ce qui a tiré à la baisse l’ensemble du marché high yield. Nous observons le pétrole avec attention, car le marché est entré dans une phase baissière.

Europe : Les marchés des obligations d’entreprises européennes ont été généralement positifs, alors que les investisseurs, rassurés par la réaction mesurée des actifs risqués au référendum du Royaume-Uni sur son non-maintien dans l’UE, anticipent la poursuite d’une politique monétaire accommodante. Ces éléments ont entraîné un resserrement des spreads et un affaiblissement supplémentaire des rendements des emprunts d’État. Le segment investment grade a aussi reçu le soutien de la publication par la BCE d’une liste des ISIN déjà achetés dans le cadre du CSPP (programme d'achats de titres du secteur des entreprises). Cela a confirmé l’ampleur des achats effectués jusqu’à présent, laissant entrevoir la possibilité que soient bientôt concernés des titres classés dans la catégorie spéculative. La BCE et la BOE se sont réunies au cours du mois et ont laissé leurs taux directeurs inchangés. La décision de la BOE a quelque peu surpris le marché. Alors qu’elle est intervenue seulement trois semaines avant la prochaine réunion de politique monétaire, et que son compte-rendu a indiqué une baisse des taux probable lors de la réunion à venir (en fonction des données économiques), elle n’a eu que peu d’impact. Le marché des nouvelles émissions a repris dans la deuxième quinzaine du mois, et un certain nombre de nouveaux émetteurs et d’émetteurs récurrents de titres high yield ont profité de la solidité du marché. Le marché primaire avait été calme au cours du mois précédent, et une vaste gamme d’émissions était en attente. Ces émissions ont concerné des émetteurs récurrents, des primo-émetteurs d’obligations high yield ainsi que des financements d’acquisitions menées par des sociétés d’investissement.

Marchés Emergents : En ce qui concerne les sociétés des marchés émergents, les titres aussi bien investment grade qu’high yield ont progressé ce mois-ci, profitant d’un contexte technique positif d’afflux record de capitaux dans les marchés émergents, principalement lié à la recherche de rendement et aux inquiétudes sur les marchés développés (Brexit). L’Amérique latine et l’Afrique, riches en matières premières, ont surperformé malgré la baisse du prix du pétrole dans la deuxième quinzaine du mois.
Les principales nouvelles qui ont émaillé les marchés émergents ont été la tentative ratée de coup d’État en Turquie. Le coup d’État a échoué du fait d’un manque de soutien de l’armée, des politiques locaux et de la population civile. Nous pensons que la Turquie pourrait évoluer vers un régime présidentiel, conférant davantage de pouvoirs au président Erdogan. Les tensions entre la Turquie et les États-Unis se sont renforcées suite à la demande d’extradition de la Turquie du prédicateur Gülen (qui serait, d’après le parti AKP d’Erdogan, à l’origine du coup d’État). 

http://www.muzinich.com/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...