Connexion
/ Inscription
Mon espace

Après le choc du « Brexit », le soulagement des banques centrales

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Une analyse de Michael Aflalo, Directeur des Gestions chez BFT IM

Rares étaient les voix à prédire une sortie du Royaume-Uni de l’UE. Les marchés qui avaient joué « le maintien » ont commencé par dévisser : Tokyo a perdu près de 8%, car le yen, valeur refuge, est fortement remonté face au dollar, tandis que la livre a fait le grand plongeon à -11%, touchant  1,32 $ (un point bas depuis 1985). De même les indices européens ont cédé près de 8%.

L’onde de choc du référendum britannique a continué de peser sur le moral des opérateurs, mais ils se sont raccrochés à l’espoir que les grandes banques centrales soutiendront les marchés si nécessaire. La Banque du Japon, celle de la zone euro et même la FED sont sur le qui-vive, prêtes à dégainer leur arsenal. Idem pour la Banque d’Angleterre, dont le gouverneur, Mark Carney, a évoqué, un possible assouplissement monétaire cet été. En Bourse, la réaction a été immédiate, tant sur le front des devises, la livre sterling tombant à son plus-bas depuis mars 2014, que sur celui des actions britanniques, qui ont accéléré leur hausse. Ces dernières ont aussi profité des habillages de portefeuille de fin de semestre.

Peu après, des menaces très concrètes sont apparues en Europe : la crainte d’une crise immobilière se profile en Grande-Bretagne et une déroute financière menace plusieurs banques italiennes, dont les bilans sont fragilisés par des montants importants de créances douteuses. Aux Etats-Unis, la publication du Beige Book de la Fed confirme la poursuite du redressement de la croissance à un rythme modeste. Toutefois, la réserve fédérale se laisse le temps d'observer les conséquences du Brexit.

C’est dans le contexte de la hausse des indices boursiers et de l'extrême complaisance des investisseurs face à des niveaux de valorisation important que Wall Street s’apprête à entrer dans la période des publications de résultats trimestriels, qui permettront de juger si les niveaux actuels de valorisation sont justifiés. En effet, le S&P 500 se situe actuellement à 17,3 fois les bénéfices attendus, contre une moyenne de 14,7 sur les 10 dernières années. Les actions européennes se traitent sur un multiple de 14,7x, contre une moyenne historique de 12,8x (depuis 2002). Constatant ces niveaux très élevés de valorisation, nombreux sont les investisseurs qui se tournent vers le crédit, qui a le grand avantage de bénéficier des mesures de soutien de la BCE et de son programme d’achats d’actifs, et où les spreads se sont récemment écartés (sans toutefois atteindre des niveaux de stress excessif.

La décollecte des fonds actions s’est accélérée post referendum britannique, avec un pic le lundi suivant, à -9,5 Mds$, soit la 7ème plus forte journée de rachats en 10 ans et a entrainé l’indicateur technique de Bank of America Merrill Lynch (le « Bull & Bear ») vers un signal d’achat sur les actifs risqués.

Enfin, l’aversion au risque a oscillé entre forte à normale depuis le 23 juin. Dans ce contexte, nous maintenons notre exposition prudente sur les actions et notre préférence pour le marché du crédit européen qui présente encore des opportunités grâce à l’intervention directe de la BCE sur le marché de la dette d’entreprises et un contexte macroéconomique plutôt favorable pour la situation financière des entreprises européennes.

Enfin, nous avons renforcé notre exposition au marché de taux pour équilibrer le risque de nos portefeuilles.

www.bft-im.com

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...