Connexion
/ Inscription
Mon espace

Déclaration du bon de capi à l’ISF : nouveau rebondissement

ER - Patrimoine et placements
ABONNÉS

Libre parole n°19 d'Olivier Rozenfeld, Président du Groupe Fidroit

- Est-ce que chaque contribuable dispose de la faculté de choisir les modalités de déclaration du contrat de capitalisation qu'il détient ?

- Peut-il les modifier chaque année notamment lorsque la valeur de rachat dudit contrat est inférieure à la valeur nominale en raison de rachats ?

- Peut-il le faire également en cas de baisse des unités de compte ?

La RM Frassa du 24 mai 2016 apporte un nouvel éclairage qui rompt avec la pratique actuelle… !

Depuis la mise en ligne du bulletin officiel des finances publiques (BOFiP) le 12 septembre 2012, le paragraphe 50 du BOI-PAT-ISF-30-50-20 précise que « les bons de capitalisation et les titres assimilés doivent être déclarés pour leur valeur nominale, à l'exclusion des intérêts courus ou non encaissés au 1er janvier de l'année d'imposition ». 

Or, depuis une mise à jour du 21 janvier 2014, les réponses aux questions écrites n° 2020 de l'Assemblée nationale ont été reprises. Dans ces réponses, il est précisé qu'il « est effectivement admis que les bons du Trésor, les bons de capitalisation et les titres assimilés, lorsqu'ils ne sont pas anonymes, soient déclarés pour leur seule valeur nominale, à l'exclusion des intérêts courus ou non encaissés au 1er janvier de l'année d'imposition ». 

Mais cela ne s’oppose pas à la déclaration du contrat pour une valeur inférieure au montant nominal dans l’hypothèse où le contrat a une valeur plus faible que le montant souscrit à l’origine. Ce qui, bien que favorable au contribuable, revient à dire que finalement c’est la valeur vénale qui est alors prise en compte et non plus le nominal ! Dans cette hypothèse uniquement.

Or, deux situations peuvent y contribuer : la baisse des UC ou des rachats.
Aussi bien la notice de déclaration à l’ISF que le TGI de Paris le 13 mars 2013 (11/13540) prévoient que la baisse des UC permet une déclaration de la valeur vénale. C’est donc ce qui est pratiqué aujourd’hui.

Voici maintenant quelques termes de la réponse ministérielle :

« Conformément aux dispositions de l'article 760 du code général des impôts (CGI), les créances à terme dues au défunt au moment de son décès doivent être incluses dans l'assiette des droits de succession. Cette règle d'évaluation s'applique aux bons ou contrats de capitalisation. Conformément aux dispositions de l'article 885 S du CGI, ces dispositions s'appliquent à la valorisation des bons ou contrats de capitalisation pour l'assiette de l’ISF. Le Conseil constitutionnel dans sa décision n°  2014-436 QPC a rappelé que ces créances sont évaluées, pour le calcul de l'assiette des droits de mutation à titre gratuit et de l'ISF, à leur valeur nominale et non à leur valeur estimative. 

Ainsi, lorsque le bon ou le contrat de capitalisation présente une valeur de rachat inférieure à la valeur nominale, seule cette dernière pourra être retenue pour la valorisation de la créance à l'ISF au 1er janvier de l'année d'imposition.Toutefois, il est admis que lorsque la valeur du bon ou du contrat de capitalisation devient inférieure à la valeur nominale suite à une opération de rachat partiel, la créance est déclarée à l'actif de l'ISF au 1er janvier de l'année d'imposition pour sa valeur nominale diminuée à proportion de la fraction de la valeur de rachat du bon ou du contrat qui a fait l'objet d'un rachat partiel ». 

Cette RM prévoit donc que le bon de capi soit déclaré au nominal même si sa valeur vénale est inférieure dans l’hypothèse où la situation est causée par une baisse des UC.


Les libres paroles d'Olivier Rozenfeld sont accessibles sur son blog via :
http://blog.fidroit.fr/blog-thematique-article/d%C3%A9bat

 

Soyez acteur de la finance responsable ! 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Plongée dans l’univers des investissements des entrepreneurs les plus accomplis

La 5ème édition de l'étude « Entrepreneurs BNP Paribas 2019 » de BNP Paribas Wealth Management publie les investissements privés préférés des investisseurs fortunés - les Entrepreneurs « Elite » - et les tendances qui façonnent leurs choix en matière d'allocation de leur portefeuille. Extrait de l'étude 1/ Les actions sont le premier choix de portefeuille des entrepreneurs Élite : en réagissant avec enthousiasme à la hausse des marchés boursiers, ils ont davantage investi en actions...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
« European Sustainable Infrastructure Debt », investir dans la dette infrastructure

Lancé par NN Investment Partners (NN IP), le fonds NN (L) European Sustainable Infrastructure Debt* vient renforcer la gamme durable de NN IP et répond à la demande croissante d'investissement dans des actifs réels. La dette infrastructure est largement perçue par les investisseurs comme particulièrement attractive car elle offre des rendements convaincants, ajustés au risque, et présente par la même occasion des avantages sociaux, environnementaux et économiques, générés par les principaux...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Mark Rogers, Montanaro AM

3 questions à Mark Rogers, gérant des fonds Montanaro European Midcap Fund et back-up manager du Better World Fund Vous avez rejoint l'équipe de Montanaro il y a près de 5 ans. Quel est l'état d'esprit qui anime les équipes de gestion ? Chez Montanaro, rien n'est blanc ou noir, nous privilégions en permanence la nuance en misant sur l'innovation et la formation. Il s'agit pour nous d'une quête permanente de savoir-faire en matière de gestion. Ensuite, pour l'implémentation, c'est un...