Connexion
/ Inscription
Mon espace

La stratégie « alternative risk premia »* s’en sort plutôt bien

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Pierre-Yves Moix, co-gérant de la stratégie Alternative Risk Premia chez GAM, revient sur les performances générées par l’approche par primes de risque alternatives dans le contexte incertain du Brexit, prouvant une fois de plus son fort pouvoir de diversification et de neutralisation des effets de marché.

Dans le contexte de volatilité exacerbée du Brexit, les produits alternatifs ayant une approche par les primes de risque (produits risk premia) ont d’une manière générale généré de belles performances, entre 1,5 et 2,5% pour le mois de juin.

Le fonds GAM Star Alternative Risk Premia, investi dans une sélection de primes de risque portant sur différentes classes d’actifs, a généré une performance de près de 3% en juin et reste positif en juillet, avec une performance de 6,3% YTD (au 8 juillet 2016, net de frais de gestion). La contribution à la performance est bien répartie au sein du portefeuille, toutes les sous-catégories apportant leur tribut à la performance globale. La part dévolue à la sous-catégorie value a permis d’engendrer des gains de 1,47%, suivie par la sous-catégorie momentum (+1,23%) et enfin la sous-catégorie carry (+0,18%).

Des positions vendeuses en livres sterling et acheteuses en yens ont également permis de générer des gains substantiels, tout comme les positions longues en obligations d’Etats internationales et les positions spread de type value et sur des actions défensives.

Grâce à leur fort pouvoir de diversification, les portefeuilles composés d’alternative risk premia ont pu contourner la tourmente qui a agité les marchés financiers ces derniers mois. L’investissement en actions à faible volatilité et dans les portefeuilles actions Minimum - Variance s’est révélé particulièrement rentable, ces stratégies ayant notamment profité d’une fuite vers la qualité. Etant donné l’incertitude régnant sur les marchés actions mondiaux, cette performance devrait se maintenir. Dans l’univers obligataire, la stratégie momentum a bénéficié du même phénomène, ce qui a conduit à une compression des rendements, tandis que du côté des devises, l’approche momentum, bien que plus complexe à mettre en place, a pu tirer profit des fortes variations de cours. Les stratégies crédit et volatilité restent attractives car la volatilité implicite moyenne plus élevée et les spreads de crédit plus important permettent de trouver des points d’entrée intéressants. A mesure que nous avancerons et avec la mise à jour des séries de données, les algorithmes de trading vont graduellement s’ajuster aux mouvements de marchés et modifier dynamiquement l’exposition du fonds. Cela nous permettra de rester bien positionnés pour tirer profit de l’environnement actuel et futur.

Etant donné que les politiques monétaires divergent de plus en plus et que les différentes régions du monde se trouvent à des points différents de leurs cycles économiques respectifs, les opportunités qui se présentent pour les produits alternative risk premia sont nombreuses et variées. D’un point de vue politique et macro-économique, le degré d’incertitude va rester élevé encore un certain temps et l’on risque d’assister à une propagation des conséquences du Brexit à travers l’Europe.

Les importants mouvements de prix auxquels nous avons assisté cette année ont été profitables aux différentes expositions du fonds et cela se reflète dans la forte augmentation de la demande pour ce produit. Dans cet environnement « extraordinaire » fait de rendements obligataires historiquement bas voire négatifs, d’incertitude exacerbée pour les actions, de spreads de crédit faibles mais volatiles, les investisseurs sont plus que jamais à la recherche de rendements. Désabusés par des années de promesses d’alpha non tenues émanant des stratégies alternatives traditionnelles pourtant hautement chargées, les investisseurs se montrent intrigués par les perspectives prometteuses de l’approche par primes de risque alternatives, encouragés en ce sens par la forte composante académique, les frais de gestion raisonnables et un historique de performances attractif. Cette nouvelle stratégie d’investissement a trouvé échos auprès des investisseurs et les performances récentes obtenues dans un environnement pourtant compliqué sur les marchés actions ne font que conforter ce choix.

___________________________________________________

*Qu’est-ce que la stratégie alternative risk premia ?

Les approches par primes de risque alternatives sont des stratégies qui permettent de dégager une surperformance en prenant des risques systématiques sur des classes d’actifs ou sur des indices alternatifs. Le concept trouve ses origines dans l’industrie des hedge funds mais sans pour autant souscrire aux frais de gestion traditionnellement élevés et à la faible transparence inhérente au paradigme de la boîte noire que l’on retrouve souvent dans ce secteur. Les stratégies alternative risk premia offrent des rendements fondés sur des prises de risque systématiques différentes des primes de risque offertes par la gestion actions ou obligataire traditionnelle. Ces stratégies peuvent être systématisées grâce à une modélisation informatique mettant en œuvre des techniques de gestion bien connues dans l’industrie des hedge funds telles que la vente à découvert, l’arbitrage de spreads, l’utilisation de produits dérivés, le trading dynamique et l'effet de levier. Ces modèles d’investissement peuvent devenir investissables et adopter un format garantissant transparence, liquidité et frais de gestion limités.
L’équipe de GAM a lancé l’idée d’une approche par primes de risques alternatives dès 2004 et possède maintenant un historique qui vient démontrer le bienfondé de cette stratégie. L’étude des primes de risques alternatives systématiques est maintenant un champ de recherche bien documenté dans le monde académique. Ce socle théorique et l’historique des performances délivrées par ce type de stratégies ont encouragé les acteurs d’envergure internationale, notamment les grandes banques d’investissement et les courtiers, à entrer sur ce marché depuis quelques années.

https://www.gam.com/en/insights/


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...