Connexion
/ Inscription
Mon espace

Un trader averti en vaut deux

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Nicolas Chéron, Stratégiste pour CMC Markets

Brexit oblige, les risques qui planent au-dessus des bourses européennes pourraient continuer à déstabiliser les marchés au cours des prochaines semaines. À moins que l’intervention des banques centrales et de bonnes statistiques américaines ne viennent rassurer des investisseurs fébriles.

Les conséquences potentielles du Brexit agitent les marchés et attisent logiquement la nervosité des investisseurs. Depuis août 2015, nous sommes entrés dans un marché baissier en Europe qui connaît des périodes de stress plus ou moins marquées. À court terme, l’aversion au risque est remontée (hausse de l’or et du yen, baisse des marchés actions) sans que l’on puisse parler de véritable peur. Il n’y a pas de situation de krach dans la mesure où la baisse des indices européens de lundi à mercredi a suivi et annulé une partie de la hausse de la semaine précédente. Cependant, les investisseurs doivent bien avoir à l’esprit les risques qui pèsent actuellement, comme une épée de Damoclès, au-dessus des marchés : le pétrole commence à vaciller sous les 50 dollars, les valeurs bancaires sont reparties en forte baisse. Une inquiétude qui concerne en particulier les banques italiennes. Le système bancaire italien est très vulnérable en raison de son exposition à des créances douteuses massives. La Banca Monte dei Paschi di Siena (BMPS), troisième banque italienne et plus vieil établissement bancaire au monde encore en activité, a vu son titre chuter de plus de 45% depuis le 23 juin.

Pour endiguer cette décrue boursière, les autorités ont été amenées à prononcer l’interdiction de vente à découvert sur les valeurs bancaires comme en 2008 mais ce type de mesures a une efficacité limitée. En attendant, l’incertitude liée au Brexit a déjà entraîné le gel de plusieurs fonds exposés à l’immobilier britannique, soulignant la gravité potentielle de la situation créée par les résultats du référendum. Ainsi, Standard Life lundi ; Aviva Investment et M&G mardi ; Henderson Global Investors, Columbia Threadneedle et Canada Life mercredi ont décidé de geler leurs transactions sur leurs fonds immobiliers. Le gel des avoirs de ces fonds intervient dans un contexte de bulle. Les prix de l’immobilier à Londres se sont envolés au cours des dernières années. Depuis 2007, les prix ont augmenté en moyenne de 36% dans la capitale britannique contre une hausse de 18% dans la capitale française mais la crainte du Brexit pourrait marquer un coup d’arrêt spectaculaire à la frénésie spéculative qui s’est emparée du marché londonien.

Les marchés attendent des actes. Dans ce contexte, à quelles lueurs d’espoirs se raccrocher ? Les investisseurs seront peut-être tentés de tester la zone de support des 3 900 / 4 000 points pour le CAC 40 au cours des prochaines séances. La baisse des indices boursiers européens, si elle se poursuit, devrait pousser les banques centrales à intervenir. Ces dernières restent un facteur de soutien malgré la réduction des marges de manœuvre depuis le lancement du Quantitative Easing (QE) par la BCE au 1er trimestre 2015. Ceci étant, les marchés attendent des actes et pas seulement des paroles rassurantes. Une augmentation du QE pourrait être décidée cette année si les indices enfoncent leurs supports actuels (sous 3 900 points pour le CAC 40).

Autre motif d’espoir, les dernières statistiques en provenance des États-Unis (confiance des consommateurs, ISM manufacturier) ont été particulièrement bonnes. Si les chiffres mensuels de l’emploi aux États-Unis qui seront publiés vendredi sont bien orientés (créations supérieures à 150 000 postes), ils pourraient également constituer un catalyseur appréciable pour les marchés alors que la saison des résultats trimestriels des entreprises américaines va commencer dans une dizaine de jours.

http://www.cmcmarkets.fr/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....