Connexion
/ Inscription
Mon espace

Le marché de l'épargne déstabilisé par le relèvement du plafond du Livret A

ABONNÉS

Le livret A et le LDD ont vu leurs encours progresser respectivement de 7 et 14 Mds€ sur le seul mois d'octobre. On n'avait pas vu de telle collecte depuis la « libéralisation » du livret A en janvier 2009. Cette fois-ci, c'est par un mouvement de transfert des livrets non règlementés vers les livrets A/LDD que la collecte s'est opérée tandis qu'on observait depuis deux ans une bascule de l'épargne financière (actions, OPCVM, assurance-vie en UC) vers les livrets fiscalisés. 

Ainsi, les encours d'épargne bancaire détenus sur des livrets fiscalisés ont fondu de plus de 12Mds€, l'équivalent de 10 mois de collecte.

Or, les exigences réglementaires à venir, liées à Bâle III, font de l'épargne des ménages une ressource incontournable pour les Banques désireuses de continuer à offrir des financements à leurs clients. Comme l'anticipait le rapport Duquesne, le relèvement du plafond du livret A déstabilise les Banques qui risquent « une perte de ressources liquides au bilan de l'ordre de 20 à 35 Mds€ ». En effet, l'argent récolté par les banques sur les livrets A et LDD est centralisé auprès de la Caisse des Dépôts à hauteur de 65%. Seuls 35% des avoirs collectés restent donc au bilan des Banques.

Les offres très agressives des purs players en ligne et l'apparition d'acteurs issus d'autres industries (Renault, Carrefour...) ont encore renforcé l'intensité concurrentielle sur les placements. Dès lors, certaines Banques amorcent une stratégie de différenciation pour sortir de la « guerre des taux » qui grève leur rentabilité. Le cabinet Ailancy, qui a mené récemment une étude sur l'offre d'épargne, estime que, malgré l'attractivité des livrets réglementés, le renouveau de la gamme constitue un enjeu capital pour les Banques. Celles-ci devront se démarquer par des solutions inventives et personnalisées en proposant de nouveaux bénéfices à leurs clients (partenariats avec de grandes enseignes, points de fidélité...) et sans doute en donnant plus au sens à l'acte d'épargne (épargner pour un projet précis ou pour contribuer au financement du tissu économique local...).

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Plongée dans l’univers des investissements des entrepreneurs les plus accomplis

La 5ème édition de l'étude « Entrepreneurs BNP Paribas 2019 » de BNP Paribas Wealth Management publie les investissements privés préférés des investisseurs fortunés - les Entrepreneurs « Elite » - et les tendances qui façonnent leurs choix en matière d'allocation de leur portefeuille. Extrait de l'étude 1/ Les actions sont le premier choix de portefeuille des entrepreneurs Élite : en réagissant avec enthousiasme à la hausse des marchés boursiers, ils ont davantage investi en actions...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
« European Sustainable Infrastructure Debt », investir dans la dette infrastructure

Lancé par NN Investment Partners (NN IP), le fonds NN (L) European Sustainable Infrastructure Debt* vient renforcer la gamme durable de NN IP et répond à la demande croissante d'investissement dans des actifs réels. La dette infrastructure est largement perçue par les investisseurs comme particulièrement attractive car elle offre des rendements convaincants, ajustés au risque, et présente par la même occasion des avantages sociaux, environnementaux et économiques, générés par les principaux...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Mark Rogers, Montanaro AM

3 questions à Mark Rogers, gérant des fonds Montanaro European Midcap Fund et back-up manager du Better World Fund Vous avez rejoint l'équipe de Montanaro il y a près de 5 ans. Quel est l'état d'esprit qui anime les équipes de gestion ? Chez Montanaro, rien n'est blanc ou noir, nous privilégions en permanence la nuance en misant sur l'innovation et la formation. Il s'agit pour nous d'une quête permanente de savoir-faire en matière de gestion. Ensuite, pour l'implémentation, c'est un...