Connexion
/ Inscription
Mon espace

Analyse de la vulnérabilité financière des Français

ER - Patrimoine et placements
ABONNÉS

Selon le résultat de l’Observatoire 2016* Audencia - Banque Populaire sur la vulnérabilité financière des Français, si les Français qui se trouvent souvent en difficulté budgétaire sont bien renseignés sur leurs dépenses, ils doivent améliorer leur culture financière.


La situation financière des Français reste tendue
46% affirment avoir connu une baisse de revenu au cours des 24 derniers mois et 19% déclarent avoir dépensé un peu d’épargne pour couvrir les dépenses courantes. Une fois le loyer, l’électricité, les impôts, le remboursement de crédit et les charges diverses payés, 52% subissent des difficultés pour faire face aux besoins de la vie quotidienne (se nourrir, se vêtir, se déplacer, se soigner). 37% citent quelques difficultés, 15% beaucoup de difficultés.

Une anxiété plus marquée chez les 18 à 24 ans
Les Français sont toujours aussi inquiets (58% en 2015 et 2016) pour leur situation financière. La proportion est nettement plus marquée chez les 18-24 ans (68%) et significativement moins chez les 65 ans et plus (43%). Cette anxiété est accompagnée d'un sentiment de culpabilité pour 54% des Français et pour 66% des 18 à 24 ans.

La culture financière des Français laisse à désirer… surtout chez les jeunes
Alors que le taux de mauvaises réponses des Français sur le calcul d’intérêts simples dans leur ensemble est de 35%, 51% des 18-24 ans se trompent.
39% des 25-34 ont donné la mauvaise réponse, ainsi que 39% des 35-49, 30% des 50-64 ans et seulement 28% des 65 ans et plus. Cela montre que les jeunes ne disposent pas d’assez outils, ni de confiance pour reprendre le contrôle de leur situation financière. Ce constat se manifeste également par des niveaux d’anxiété financière plus élevés.
L’Observatoire souligne que l’anxiété financière est très nettement liée à des niveaux de connaissances financières très faibles. Le taux de mauvaises réponses passe de 35% pour la population dans son ensemble, à 41% chez les personnes présentant de l’anxiété financière.

Le risque de dérapage budgétaire fortement corrélé au niveau de connaissances financières
En moyenne 35% répondent mal à une question sur la rémunération d’un livret d’épargne. Cette proportion passe à 50% chez les personnes ayant eu au moins une fois un dépassement de découvert dans les 24 derniers mois, et même à plus de 55% chez les personnes qui reportent avoir souvent dépassé leur limite autorisée par la banque.
De même, la proportion de mauvaises réponses parmi les personnes reportant « ne plus s’en sortir pour faire face à leurs dépenses mensuelles » est beaucoup plus élevée que la moyenne nationale (46% contre 35% en moyenne). Ces chiffres montrent que le manque de compétences en gestion budgétaire est beaucoup plus marqué chez les personnes en difficulté avec leurs finances.

Des différences générationnelles dans la gestion budgétaire
Comme en 2015, 90% des Français déclarent avoir conscience de leurs dépenses mensuelles. Parmi ceux qui disent savoir exactement ce qu’ils dépensent par mois, on voit émerger des profils particuliers. Ainsi, cette connaissance budgétaire est plus répandue chez les seniors (65 ans et plus : 61%).
Les jeunes se montrent moins rigoureux (33% des 18-24 ans et 33% des 25-34 ans). Lié sans doute à la dématérialisation de la gestion financière chez les plus jeunes, ce manque de rigueur peut accroitre les risques de vulnérabilité.

L’isolement, facteur aggravant de vulnérabilité financière
51% des personnes interrogées préfèrent ne parler à personne de leurs problèmes financiers. Un chiffre en hausse par rapport à 2015 : 45%. Ces données suggèrent que ce comportement d’isolement couplé à d’autres facteurs (mauvaise gestion d’un budget, recours aux crédits comme substitut de revenus, manque d’épargne de précaution) pourrait être source d’une situation de vulnérabilité financière.

Les Français comptent toujours parmi les plus gros épargnants d’Europe
Une situation souvent expliquée par des motifs d’ordre culturel. L’Observatoire 2016 montre que 88% des Français déclarent posséder un produit d’épargne. Pour la grande majorité, ils s’avèrent être des produits comportant moins de risques. Ainsi, 79% mettent leurs économies sur un Livret d’épargne et 45% alimentent une Assurance-vie.
Pour un Français, une bonne vision de ses comptes et de son épargne arrive en tête des solutions pour mieux gérer son budget. Ils sont 78% à faire le compte de toutes leurs dépenses fixes (loyer, charges, crédit, assurance…) pour améliorer la prévoyance financière. De plus, 67% évaluent régulièrement le niveau de leur épargne

Le prélèvement à la source comme nouvelle solution pour faciliter la gestion du budget
Pour 35% des Français, le prélèvement à la source serait une solution pour faciliter la gestion de leur budget, notamment au niveau de la compréhension de l’argent disponible pour les dépenses mensuelles (68%), de la planification de leurs dépenses sur l’année (67%) et donnerait une meilleure visibilité sur leur capacité à épargner (51%). Cela éviterait également de recourir à un crédit pour payer les impôts pour 18% des sondés. En revanche, 46% ne considèrent pas que cette mesure facilitera la gestion de leur budget.

Le digital encore à développer
Il faut également souligner que les pratiques des Français en matière de gestion de budget restent encore très traditionnelles bien que les solutions informatisées tendent à se démocratiser. Seulement 22% se servent des SMS dans leur gestion de budget (32% chez les 18-24 ans) et 32% d’un logiciel adapté (43% chez les 18-24 ans).

Autres solutions attendues par les jeunes
Stressés quand ils parlent de leurs finances (51% des 18 à 24 ans), ces jeunes recherchent des solutions pour améliorer cette situation. En effet, 74% des 18-24 ans accepteraient de mettre en place un virement automatique sur un compte bloqué pour épargner régulièrement. 53% de ces jeunes seraient prêts à suivre une formation, même payante, pour améliorer leur gestion budgétaire (contre 41% pour l’ensemble des Français).

*Réalisé auprès d’un échantillon de 1001 répondants représentatifs de la population française de 18 ans et plus, l’Observatoire est une initiative de la Chaire Banque Populaire d’Audencia Business School et de la Fédération Nationale des Banques Populaires. Au travers de 7 indicateurs (gestion du budget, épargne, crédits, culture financière, situation et anxiété financière, relation bancaire, capital social), l’Observatoire met en évidence les éléments constitutifs de la vulnérabilité financière des Français.

www.audencia.com


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Plongée dans l’univers des investissements des entrepreneurs les plus accomplis

La 5ème édition de l'étude « Entrepreneurs BNP Paribas 2019 » de BNP Paribas Wealth Management publie les investissements privés préférés des investisseurs fortunés - les Entrepreneurs « Elite » - et les tendances qui façonnent leurs choix en matière d'allocation de leur portefeuille. Extrait de l'étude 1/ Les actions sont le premier choix de portefeuille des entrepreneurs Élite : en réagissant avec enthousiasme à la hausse des marchés boursiers, ils ont davantage investi en actions...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
« European Sustainable Infrastructure Debt », investir dans la dette infrastructure

Lancé par NN Investment Partners (NN IP), le fonds NN (L) European Sustainable Infrastructure Debt* vient renforcer la gamme durable de NN IP et répond à la demande croissante d'investissement dans des actifs réels. La dette infrastructure est largement perçue par les investisseurs comme particulièrement attractive car elle offre des rendements convaincants, ajustés au risque, et présente par la même occasion des avantages sociaux, environnementaux et économiques, générés par les principaux...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Le Crédit Agricole lance « Trajectoires Patrimoine » : l’accès au conseil patrimonial, dès le 1er euro

En 3 ans, 2/3 des clients des Caisses régionales bénéficieront de ce conseil personnalisé, soit 14 millions de personnes. Le conseil réinventéLa démarche Trajectoires Patrimoine permet aux clients des Caisses régionales d'être accompagnés de façon globale, grâce à l'intégration des expertises financières et immobilières du groupe, et personnalisée par la co-construction de la proposition de valeur avec le conseiller. Une vision globale- de leur budget et de leur patrimoine : banque,...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Placements 2019 : l’immobilier et le non coté privilégiés ?

Une analyse d'Olivier Grenon-Andrieu, Président d'Equance L'année 2018 a été marquée par un net repli des marchés actions. Ce phénomène vient rappeler aux investisseurs à quel point il est utile de diversifier ses placements sur d'autres classes d'actifs, en particulier l'immobilier et le non coté, qui peuvent offrir des rendements élevés et décorrélés des marchés financiers.  Beaucoup d'investisseurs ont eu du mal à faire fructifier leur épargne au cours de l'année passée. En cause : le...