Connexion
/ Inscription
Mon espace

La décision de l'électorat britannique de quitter l’UE est inattendue

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Réactions des gérants d'Henderson Global Investors

Sur l'immobilier britannique 

Guy Barnard, co-directeur de la gestion actions internationales de l'immobilier : « Pour le marché de l'immobilier britannique, l'impact du Brexit est double. Tout d'abord, sur la demande des investisseurs. Compte tenu de l'incertitude accrue, la demande est susceptible de baisser significativement à court terme avec pour conséquence un ajustement des prix à la baisse, vers un nouveau niveau, tout comme d'autres classes d'actifs. Bien que potentiellement importante, nous ne prévoyons pas une chute des prix aussi importante au Royaume-Uni que ceux atteints au cours de la crise financière. En effet, l’effet de levier est beaucoup plus faible dans le secteur immobilier aujourd'hui et nous avons un système bancaire plus fort. Nous pouvons de plus compter sur le soutien de la banque centrale et sur des rendements obligataires toujours très bas. Par ailleurs, une livre sterling plus faible peut attirer des investisseurs internationaux, comme cela a été le cas après la crise financière. L’autre impact du Brexit est celui sur la demande locative. La croissance des loyers est fortement corrélée à la croissance économique, de sorte que nous nous attendons à assister à un affaiblissement de la demande causée par l'incertitude économique qui devrait exercer une pression sur les loyers. Le marché des bureaux de Londres devrait être le plus exposé étant donné que la demande locative des sociétés financières et des multinationales devrait s’affaiblir en fonction de l’impact du Brexit sur leur business model en Europe et de leurs décisions pour l'avenir. »


Sur le marché actions UK

Ben Lofthouse, Gérant Actions Internationales à fort rendement : « La décision de l'électorat britannique de quitter l’UE est inattendue, et génère une forte volatilité des marchés. À court terme, cette décision aura peu de conséquences pratiques au niveau des entreprises. Le Royaume-Uni, à un moment donné, commencera à négocier avec les pays de l’UE, mais entre-temps les entreprises continueront normalement leurs activités à travers l'Europe. Le plus grand impact à court terme sur les entreprises est susceptible d'être l'effet de la fluctuation des devises. Le point positif : l’affaiblissement de la livre sterling permettra d'améliorer la compétitivité des exportations du Royaume-Uni, et les revenus des travailleurs expatriés seront revus à la hausse. Le point négatif : les augmentations de coûts auront une incidence sur certaines industries. En bourse, les meilleures opportunités pour les investisseurs à court terme peuvent provenir d'entreprises internationales, cotées au Royaume-Uni et en Europe, qui sont aujourd’hui vendues en même temps que l’ensemble du marché, mais dont les activités opérationnelles ne seront pas touchées par le Brexit et qui pourront profiter de la faiblesse de la livre sterling. Il devrait y avoir de la volatilité sur la valorisation de ces titres à court terme, mais nous pouvons nous attendre à un rattrapage par la suite. »  


Sur les actions asiatiques (hors Japon)

Andrew Gillan, Head of Asia ex-Japan Equities :Our view was that ‘Remain’ would win but that it would be a close call. Our portfolios are relatively defensively positioned - not specifically for Brexit - but rather weaker global growth generally. Our strategic shift in the last few months has been to overweight consumer staple stocks in Taiwan, India and to a lesser extent the Philippines. Our other most significant overweight is to the technology sector and this includes Indian IT services companies, Chinese internet stocks, and technology hardware companies including TSMC and Samsung Electronics. Our view is that these companies can grow earnings despite the weaker global growth outlook. We reduced our exposure to banks across the region particularly in ASEAN as we still see sluggish revenue growth and the increasing likelihood of higher bad loan provisions through the second half of this year and into 2017. CK Hutchison is one of our holdings which we have maintained that is most exposed to Brexit, but generally the direct exposure to the UK is not high in our Asian Growth portfolios. The impact is more the uncertainty and repercussions for Europe. This will all add to the existing concerns on global growth.

Suivre les prochaines réactions des gérants via:
www.henderson.com/frpa/brexit


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation