Connexion
/ Inscription
Mon espace

[Analyse d’Expert] L’inflation fera son retour d’ici à la fin de l’année

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Dans la seconde moitié de l’année, les investisseurs vont probablement assister à un phénomène qu’ils avaient presque totalement oublié, selon Stefan Kreuzkamp, Directeur des Gestions de Deutsche AM : « L’inflation va reprendre : exit donc, les craintes déflationnistes. Le point bas est derrière nous et nous allons bientôt voir réapparaître un 1 devant la virgule des décimales ».

Il anticipe en effet un retour modéré de la croissance sur le second semestre, une augmentation des taux d’intérêts outre-Atlantique et une stabilisation des prix des matières premières. Les politiques menées par les grandes banques centrales resteront ultra-accommodantes, malgré leurs impacts de plus en plus tangibles en matière de volatilité sur les marchés financiers. « Pour aller chercher du rendement, les investisseurs devront être préparés à un certain niveau de risque et accepter de prendre des positions tactiques de court terme. Le taux d’intérêt considéré comme “normal”, n’existe tout simplement plus », constate Stefan Kreuzkamp.

Les rendements qu’offrent aujourd’hui les marchés de taux sont à leurs plus bas historiques. Récemment, le rendement du Bund (taux à 10 ans des obligations d’Etat allemandes) est même passé en territoire négatif. Aujourd’hui, 79% des emprunts fédéraux allemands sont en effet en territoire négatif, et ce chiffre atteint même les 91% pour les titres suisses. Les obligations souveraines européennes (qui représentent aujourd’hui 8 000 Mds€) offrent elles aussi des rendements négatifs. « Si l’inflation fait son grand retour, la situation sera d’autant plus critique pour les investisseurs plus prudents : ceux-ci verront en effet les maigres profits tirés de leurs investissements sur le marché des obligations réduits à néant par l’inflation », avertit Stefan Kreuzkamp.

Selon Bill Chepolis, Directeur de la Gestion Taux pour la zone EMEA, « il reste des opportunités à saisir du côté des taux sur les segments investment grade et high yield. Une sélection pointue sur certains titres souverains d’Etats européens “périphériques” pourrait également être source de belles surprises ». Sur le marché des devises, il anticipe une poursuite de l’appréciation du dollar, même si la parité n’est pas atteinte.

Thomas Bucher, Stratégiste Actions, identifie plusieurs signaux de hausse potentielle sur le marché des actions : « sur le second semestre, les profits des entreprises sont attendus en hausse, tandis que les valorisations sont plutôt attractives d’un point de vue historique si l’on considère les récents décrochages subis par la classe d’actifs ». Il conseille toutefois aux investisseurs prudents de rester très attentifs aux risques pouvant peser sur les dividendes.

Stefan Kreuzkamp, a identifié quatre facteurs susceptibles de venir influencer fortement les marchés sur les mois à venir (et venant s’ajouter à la question de l’inflation et des effets des politiques menées par les banques centrales), à savoir :
- le niveau d’endettement croissant des entreprises chinoises,
- l’évolution du prix du pétrole,
- le caractère aléatoire des performances servies par les marchés émergents,
- et enfin, point crucial, la recrudescence des risques politiques : retour en force du nationalisme, du protectionnisme ou interrogations autour d’un potentiel Brexit.

En dépit de ces risques, Deutsche AM anticipe une croissance modérée de l’économie mondiale de l’ordre de 3,3%.

Aux Etats-Unis et en zone euro, tous les voyants de la reprise sont au vert, tandis qu’en Chine (où Deutsche AM croit qu’une croissance de l’ordre de 6,3% est encore possible), la dynamique de croissance semble être en passe de se stabiliser.
Les stratégistes tablent sur une croissance de 1,6% pour la zone euro, avec une économie américaine affichant pour sa part 1,8%. Ceci, conjugué aux chiffres de l’emploi qui se sont avérés plutôt solides sur les derniers mois outre-Atlantique, met la FED sous pression. Deutsche AM s’attend donc à voir la Fed réintervenir à deux reprises sur les taux d’intérêts d’ici à fin mars 2017.

https://deutscheam.com/Home

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...