Connexion
/ Inscription
Mon espace

Une croissance du Shadow Capital entrainera une baisse des rendements des fonds de Capital-Investissement

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Selon le dernier Global Private Equity Barometer (enquête internationale auprès des acteurs du secteur du capital-investissement) de Coller Capital, les deux tiers des investisseurs (LP) sont convaincus qu’une croissance rapide du shadow capital dans le capital-investissement (private equity) (incluant les investissements directs des LP, les co-investissements et les comptes séparés) entraînera une baisse des rendements des fonds de capital-investissement.

L’Enquête explique également la popularité des co-investissements, une forme de shadow capital, utilisée par près de la moitié des investisseurs en capital-investissement : environ deux tiers des investisseurs (LP) déclarent que leurs co-investissements ont générés de meilleurs rendements que l’ensemble de leurs portefeuilles de participations en capital-investissement au cours de ces dernières années.
Les investisseurs pensent que le secteur de l’investissement devient de plus en plus difficile à appréhender : environ 70% des investisseurs (LP) déclarent que le caractère imprévisible de l’économie mondiale rend aujourd’hui les décisions d’investissement intrinsèquement plus compliquée. Ceci n’a toutefois pas réfréner leur enthousiasme pour le capital-investissement (private equity) puisque 88% des investisseurs (LP) ont l’intention de maintenir ou d’augmenter leur degré d’engagement dans les prochaines années.
« Les investisseurs ont la capacité de voir au-delà des fluctuations à court-terme du marché » a déclaré Jeremy Coller, le Directeur des investissements de Coller Capital. « Dans un monde où de nombreuses catégories d’actifs sont imprévisibles ou difficiles à gérer, ils sont persuadés que l’activité de capital-investissement continuera de fournir de bons rendements à long terme ».

Selon Francois Aguerre, associé chez Coller Capital, « nous observons actuellement un paradoxe car l'attrait confirmé de notre classe d'actifs pousse les investisseurs institutionnels à prendre des décisions remettant potentiellement en question les retours sur investissement finaux. »
Les investisseurs sont devenus plus perspicaces ces dernières années : 70% des investisseurs se déclarent moins loyaux envers les gérants (General Partners - GP) qu’ils ne l’étaient auparavant. Cela a intensifié la concurrence entre les investisseurs (LP) pour les fonds les plus populaires. L’intensification de la concurrence représente un défi pour certains investisseurs, particulièrement pour ceux de taille moyenne : environ 90% des investisseurs de taille moyenne déclarent difficile d’investir au niveau qu’ils souhaitent auprès des gestionnaires de leur choix.


Recrutement et rémunération des investisseurs
Les investisseurs en capital-investissement pensent que le talent en matière d’investissement est de plus en plus mobile dans leur secteur ; deux tiers des investisseurs (LP) pensent que les individus sont plus susceptibles de quitter leur poste pour rejoindre une autre institution de placement qu’il y a 5 ans.
L’opinion des investisseurs sur la façon dont ils sont rémunérés est intéressante dans ce contexte. Plus de la moitié des investisseurs (LP) pensent qu’une prime de performances devrait être rajoutée à leur rémunération, ou en constituer une partie plus importante.


Réputation du capital-investissement
La réputation de cette catégorie d’actifs s’améliore peu à peu selon les investisseurs. Aujourd’hui, deux tiers des investisseurs (LP) pensent que la réputation du capital-investissement n’est ni bonne ni mauvaise, voire bonne, en comparaison, ils représentaient 55% des investisseurs (LP) dans l’Enquête de l’été 2012. Aussi, 44% des investisseurs en capital-investissement pensent que le secteur mérite une meilleure réputation, ce qui est encourageant.


Engagements et retours sur investissement
Un quart des investisseurs (LP) prévoient de réduire l’allocation de leurs investissements dans les fonds spéculatifs. Il prévoit toutefois, d’augmenter leur exposition à d’autres types d’actifs alternatifs : environ un tiers des investisseurs prévoient d’augmenter le pourcentage de leurs investissements dans le capital-investissement, l’infrastructure et l’immobilier.
Les investisseurs (LP) continuent d’obtenir des rendements attractifs en capital-investissement : avec 87% des investisseurs (LP) ayant obtenu des rendements annuels nets de plus de 11% sur la durée de vie de leurs portefeuilles de participations en capital-investissement, et un cinquième ayant obtenu des rendements nets de plus de 16%. Un tiers des investisseurs (LP) ont enregistré des rendements nets supérieurs de 16% sur les fonds de rachats de sociétés aux États-Unis, et plus d’un quart des investisseurs (LP) ont enregistré des rendements similaires sur des fonds de rachats de sociétés européennes. Les investisseurs s’attendent à une baisse des rendements des fonds de crédit au cours des 3 à 5 prochaines années.


Perspectives des marchés développés et émergents du capital-investissement
Les investisseurs dans leur ensemble prévoient que les conditions du capital-investissement vont s’améliorer peu à peu au cours des prochaines années, avec 2017 attendue comme meilleure année que 2016 en Amérique du nord et en Europe. Les conditions en Amérique du nord cette année sont généralement perçues comme plus difficiles qu’en Europe, avec deux cinquièmes des investisseurs déclarant s’attendre à ce que 2016 soit une année inferieure a la moyenne dans cette région.
Les investisseurs mettent en œuvre des stratégies similaires en Amérique du nord et en Europe. Dans leur ensemble, ils prévoient de réduire légèrement leur exposition aux fonds de rachats de grandes entreprises, et d‘augmenter leur exposition aux fonds de rachats de petites et moyennes entreprises, aux fonds de capital de développement et aux fonds de dette privée.


Parmi les marchés émergents de capital-investissement, l’Asie est une destination appréciée des investisseurs. Plus de la moitié des investisseurs (LP) ont une exposition au capital-investissement chinois, et un quart d’entre eux prévoit d’augmenter leur engagement. Deux cinquièmes des investisseurs (LP) ont une exposition aux marchés de l’Asie du sud-est et à l’Inde, et 17% de ces investisseurs (LP) prévoient d’augmenter leur engagement dans chacune de ces régions. Bien que seul un dixième environ des investisseurs ait actuellement une exposition au capital-investissement en Afrique, un tiers d’entre eux prévoient d’augmenter leur engagement.

http://french.collercapital.com/

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 



Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....