Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les taux de la BCE n’iront pas plus bas, la Fed devrait agir en juillet

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Sans réelle surprise, la BCE n’a pas annoncé de mesures supplémentaires à l’occasion de son comité monétaire :  l’équipe de Quilvest AM analyse sa politique.

Le statu quo de la BCE est compréhensible, la banque centrale ayant probablement atteint un plancher concernant ses taux. Le positionnement de la BCE s’est révélé un peu moins accommodant au cours des 2 dernières réunions monétaires. « Il y a une corrélation entre la normalisation souhaitée par la Fed et le discours de la BCE, qui n’est plus aussi offensif qu’en début d’année. En fait, la BCE, toujours attentive à la compétitivité de sa devise, compte sur le raffermissement naturel du dollar qui est encouragé par la normalisation de la politique monétaire américaine. Ce mouvement dispense la BCE de baisses supplémentaires sur ses taux, déjà extraordinairement accommodants (taux directeur à 0%, taux de facilité de dépôt à -0,40%). Elle n’ira pas plus loin. En revanche de nouvelles décisions concernant son programme de rachats d’actifs, déjà élargi aux obligations d’entreprises, sont encore possibles au cours des prochains comités monétaires », estime Lieven Jacobs, Directeur de la Gestion chez Quilvest AM.

De l’autre côté de l’Atlantique, la Fed aussi ne changera probablement rien à sa politique, les 14 et 15 juin. Selon les enquêtes, le consensus de marché croit relativement peu à une hausse des taux directeurs de la Fed ce mois-ci. « La Fed a très envie de remonter ses taux, au regard de la bonne tenue des indicateurs conjoncturels outre-Atlantique. Nous pensons que ce nouveau rehaussement sera plutôt acté en juillet. La banque centrale est dans une logique de normalisation à long terme, pas dans celle d’un resserrement pentu et rapide »conclut Lieven Jacobs.

http://www.quilvestam.com/fr

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...