Connexion
/ Inscription
Mon espace

L’Europe toujours en vedette en 2016

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Le Vieux Continent reste sous le feu des projecteurs cette année encore. La reprise économique européenne va s’intensifier, tandis que les enjeux sont nombreux, à l’image des incertitudes liées au Brexit. Les marchés actions devraient une nouvelle fois tirer leur épingle du jeu.


Être tactique devient stratégique

L’Europe tire parti de facteurs de soutien puissants, tels que le faible niveau de l’euro et des cours du pétrole, ou encore le maintien des taux au plancher. Tous les fruits n’ont pas encore été récoltés. Par ailleurs, les politiques fiscales conduites par les Etats se sont assouplies et les réformes mises en place permettent à la croissance de rebondir, y compris dans les pays périphériques. La consommation des ménages constituera l’un des moteurs majeurs de la reprise, portée aussi par les conditions de crédit qui continuent de se détendre. En 2016, nous tablons sur une croissance d’environ 1,5% en zone euro.

Sur le front monétaire, la BCE joue pleinement son rôle de gardien du temple. Dans la lignée de son célèbre « whatever it takes », son président, Mario Draghi, a annoncé au mois de mars dernier une nouvelle série de mesures d’envergure. Ainsi, l’institution débutera en juin le rachat d’obligations d’entreprises non-financières bien notées. Quatre nouveaux TLTRO (Targeted Longer Term Refinancing Operations ou opérations de refinancement ciblées à long-terme) à destination des banques vont également être mis en place à partir du mois prochain.

Si certains risques tendent à se réduire, comme en Grèce où un compromis semble se dessiner, d’autres peuvent émerger, invitant à la prudence et à déployer une gestion tactique. Si le Royaume-Uni devait choisir la voie du Brexit, le temps de la négociation pourrait être long et entretiendrait donc durablement l’incertitude. L’approche du référendum maintiendra une certaine nervosité sur les marchés. Les conséquences d’un tel événement restent difficiles à mesurer.
Les échéances politiques à venir de part et d’autre de l’Atlantique, la gestion de la remontée des taux aux Etats-Unis, les craintes entourant le ralentissement de la croissance américaine et chinoise ainsi que les tensions géopolitiques liées au pétrole peuvent être sources de déstabilisation des marchés.


Les actions Européennes conservent leur potentiel

Au regard des nombreux atouts que présente l’Europe et malgré la vigilance qui s’impose, les marchés actions affichent encore du potentiel en 2016. Les marges des entreprises de la zone euro vont continuer à progresser cette année, profitant en décalé des mouvements amorcés en 2015 (coût du travail faible, prix des matières premières au plus bas, amélioration de la fiscalité). La réduction de l’écart de rentabilité des entreprises européennes par rapport aux entreprises américaines devrait s’accompagner d’une surperformance de l’Europe par rapport aux Etats-Unis. D’une manière générale, les attentes en termes de progression de résultats d’entreprises sont faibles pour 2016, notamment en cette première partie d’année. Toutefois, nous pensons qu’elles seront revues à la hausse dans les mois qui viennent, en particulier en Europe continentale.

Les niveaux de valorisation restent raisonnables concernant les marchés actions européens. Le secteur des télécommunications offre des opportunités. Il bénéficie d’une baisse de la pression sur les tarifs d’interconnexion, d’une stabilisation des résultats, d’une génération de trésorerie restaurée, d’une visibilité retrouvée sur les dividendes qui pourraient augmenter. Certaines valeurs tirent également parti d’opérations de rapprochement. De son côté, Nokia, sanctionné par le marché en raison des inquiétudes liées au recul des dépenses d’investissements des opérateurs de télécommunications, mais dont le modèle d’activité s’est profondément transformé, présente une opportunité d’investissement attractive.

Au sein du secteur des « utilities » 1, nous nous attachons à sélectionner des valeurs régulées, telles que Terna et Snam en Italie, caractérisées par une importante visibilité et un rendement stable. L’aéronautique et l’automobile recèlent également quelques titres attractifs. Airbus affiche un carnet de commandes bien rempli, correspondant à 10 ans de production. La génération de cash-flow pourrait accélérer, en raison de coûts de développement moindres avec l’achèvement du renouvellement de la gamme. Quant à Peugeot, le Groupe bénéficie des effets d’un plan de restructuration efficace. L’accélération du mouvement de consolidation dans l’hôtellerie rend le secteur particulièrement attractif. Par exemple, Accor développe une stratégie ambitieuse et constitue un acteur majeur du mouvement de consolidation amorcé au niveau mondial, orchestré en partie par la Chine. Enfin, le secteur pharmaceutique offre plusieurs opportunités d’investissement, à l’image d’AstraZeneca, offrant une combinaison de rendement et de croissance.

http://www.edmond-de-rothschild.com/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...