Connexion
/ Inscription
Mon espace

Si PDVSA* chute, c’est le Venezuela qui s’effondre dans la minute

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

* PDVSA : Petróleos de Venezuela SA, compagnie pétrolière appartenant à l’État vénézuélien, l’un des plus gros exportateurs de pétrole au monde.

L'analyse de Christopher Dembik, Economiste chez Saxo Banque

La question n’est pas de savoir si le Venezuela va faire défaut, mais plutôt de savoir quand cela va se produire. Le contexte interne, marqué par une hyperinflation à trois chiffres, une baisse des rentrées fiscales du fait de l’effondrement du prix du baril de pétrole et une crise politique entre l’Assemblée et le gouvernement, laisse peu d’espoirs sur la capacité de l’Etat à honorer le paiement de sa dette. D’ici à 2020, le pays doit rembourser 30% de la dette extérieure arrivant à échéance au cours des 23 prochaines années. Un défi digne des douze travaux d’Hercule.

L’allié chinois se dérobe

L’Etat possède essentiellement trois moyens principaux pour se financer :
emprunter directement sur les marchés internationaux ce qui implique pour l’Etat de payer une prime de risque de plus en plus prohibitive liée à la crainte croissante des investisseurs d’un défaut de paiement ;
emprunter auprès de la Chine via le fonds Chine-Venezuela où ont transité près de 60 milliards USD depuis 2009. Dans le cadre de ce fonds, la Chine prête de l’argent au Venezuela en échange de l’envoi de pétrole à tarif préférentiel. C’est notamment par ce biais que l’Etat a remboursé les emprunts souverains arrivant à échéance l’an dernier. Ce mécanisme fonctionnait tant que le prix du baril de pétrole était élevé et que la situation politique au Venezuela était à peu près stable. L’intérêt de la Chine est désormais de s’approvisionner sur le marché international, notamment auprès de l’Iran, plutôt qu’auprès de Caracas. Le changement stratégique opéré par Pékin est  manifeste : lorsque le Venezuela a demandé un délai de grâce de deux ans à la Chine pour rembourser ses prêts…il n’a obtenu qu’un an. Le gouvernement ne peut donc pas compter sur une nouvelle aide chinoise pour surmonter les échéances de prêts qui vont tomber cet automne, ce qui augmente sensiblement la probabilité de défaut de paiement à moyen terme;
emprunter indirectement via la compagnie pétrolière nationale PDVSA qui est la principale source de revenus et d’accès aux devises étrangères du pays. Le montage financier est simple : PDVSA emprunte en USD sur le marché américain via sa filiale Citgo Petroleum Corporation. Comme les obligations émises sont en droit américain, et non en droit vénézuélien, ce qui offre des voies de recours plus aisées pour les investisseurs en cas de non-paiement, les taux d’emprunt sont plus abordables. Les montants levés sont transférés ensuite à PDVSA et permettent de financer le budget de l’Etat. C’est actuellement le moyen le moins coûteux pour l’Etat d’emprunter.


PDVSA à court d’argent

Cependant, cette mécanique est remise en cause par les difficultés financières croissantes de PDVSA. Elles remontent à 2003-2004 lorsque le président Hugo Chavez a décidé de transférer la majorité des recettes de PDVSA vers le budget de l’Etat afin de financer les missions sociales bolivariennes, plutôt que d’investir pour garantir la compétitivité de l’appareil productif de l’entreprise. L’insuffisance d’investissements ne remettait pas en cause la viabilité financière à moyen terme de PDVSA tant que le prix du baril de pétrole était élevé, au-dessus de 100 USD.  Le coût de production d’un baril au Venezuela, qui est parmi les plus importants au monde, autour de 23,50 USD contre environ 10 USD dans les pays de la péninsule arabique, était largement couvert. La baisse du prix du baril à partir de mi-2014 a entraîné une baisse de la production massive dans le pays et une réduction des marges de l’entreprise qui s’est répercutée directement sur la capacité d’intervention budgétaire de l’Etat.

Jusqu’à présent, PDVSA continue de payer rubis sur l’ongle ses détenteurs d’obligations, c’est pourquoi 80% d’entre eux en rachètent lorsqu’elles arrivent à échéance. D’ailleurs, la compagnie a confirmé cette semaine le paiement des intérêts pour les obligations arrivant à échéance en 2021, 2024, 2026 et 2035. L’entreprise continue d’entretenir l’illusion de sa bonne santé financière, mais c’est trompeur. Elle est  à court de liquidités. Elle continue de rembourser les détenteurs d’obligations afin de ne pas couper le flux de financement de l’Etat vénézuélien mais est incapable de payer les entreprises prestataires étrangères auxquelles elle fait appel.

Pour repousser le problème à plus tard, depuis 2015, PDVSA a recours massivement à divers instruments financiers, notes de crédit et papier commercial, pour solder les factures en suspens avec les entreprises étrangères, comme General Electric. Ces instruments sont peu liquides et comportent deux avantages principaux. Pour PDVSA, ils offrent à l’entreprise un répit supplémentaire pour rembourser ses créanciers, pouvant aller jusqu’à six ans. Pour ses créanciers, ils peuvent faire valoir leurs droit en cas de non-paiement auprès d’une organisation internationale indépendante, la Chambre de commerce internationale, dont le secrétariat se trouve à Paris, et qui peut décider d’une saisie des biens de PDVSA.

Toutefois, une décote de ces titres parait inévitable à terme. Ils ont été émis à hauteur de 310 millions de dollars en 2015. Cette année, PDVSA prévoit de négocier avec des banques européennes pour émettre des notes de crédit pour un montant de 1,5 Mds$ à échéance 3 à 5 ans. Le recours de plus en plus important à ces instruments financiers est le signe incontestable de la dégradation rapide de la santé financière de PDVSA. L’entreprise a en fait déjà fait défaut, au moins vis-à-vis de ses partenaires industriels. Si PDVSA chute, c’est le Venezuela qui s’effondre dans la minute. En phagocytant et en malmenant l’appareil productif de l’entreprise, l’Etat a détruit la seule industrie capable d’assurer l’avenir économique du Venezuela. Bien qu’il possède les premières réserves prouvées de pétrole au monde, il y a une probabilité très élevée que le pays soit en défaut de paiement avant la fin de l’année.

http://fr.saxobank.com/

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...