Connexion
/ Inscription
Mon espace

Brexit : pile je gagne, face tu perds!

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Daniel Gerino, président et directeur de la gestion de Carlton Sélection. Stratégiste d’Intersélection.

Le 23 juin, la Grande-Bretagne a rendez-vous avec l’histoire à l’occasion de son référendum sur son avenir au sein de l’UE.Si une sortie de l’Europe présente des risques, l’économie britannique pourrait largement surmonter le choc et même en profiter. Ouvert sur le monde, la Grande-Bretagne a suffisamment d’atouts pour s’en sortir. En revanche, ce référendum en dit long sur le manque d’attractivité du projet européen.

Qui sera le grand perdant à la sortie du référendum britannique ?

Voilà la question qu’il faut se poser. La Grande Bretagne ne faisant pas partie de la Zone Euro, elle bénéficie de conditions très avantageuses au regard d’autres pays la constituant. Sa contribution n’est cependant pas négligeable car elle participe à hauteur de 0,50% de son PIB au budget de l’UE. Son statut de 5ème puissance économique mondiale et 2ème puissance européenne lui confère une certaine impunité vis-à-vis de son appartenance ou non à l’UE. En d’autres termes, l’Europe ne peut se passer de la Grande Bretagne quelle que soit l’issue du vote.

Si le oui au Brexit l’emportait, la livre serait attaquée durant quelques semaines, voire quelques mois. Mais est-ce dramatique ? Les conséquences en seraient une remontée des taux, un coût des produits importés plus élevé et donc une remontée de l’inflation. Le niveau actuel extrêmement bas (0,50%) ne mettrait pas en péril son économie. Bien au contraire, cela pourrait être une aubaine à une époque où la plupart des grandes économies mondiale craignent régulièrement la déflation. En revanche la compétitivité des produits et services britanniques en serait grandement améliorés. Les Britanniques profiteraient ainsi de cette « guerre des devises » sans avoir à mener bataille…

Alors, les dangers mis en avant sont-ils réellement justifiés ?
- Hausse des taux d’intérêt sur les fonds d’Etat et les obligations corporates
- Chute de la bourse
- Perte d’attractivité pour l’implantation de sociétés étrangères etc…
Je ne crois pas à cela car l’Etat anglais dispose d’une des dettes d’Etat les plus longues (15 ans de vie moyenne contre 8 ans pour la France) lui permettant de laisser passer l’orage durant plusieurs années. La Bourse britannique reste fortement influencée par le secteur de l’énergie et des ressources de base. Or les matières premières sont en pleine reprise que ce soit l’énergie, les grains ou les métaux. Une perte d’attractivité ne me semble pas non plus à crainte car la Grande Bretagne a toujours été une terre d’accueil pour les entrepreneurs. Elle a toujours su mettre l’entreprise au cœur de son économie. De même, sa compétitivité fiscale est sans commune mesure avec d’autres pays européens (taux d’IS de 17% sous peu). La Grande-Bretagne dispose d’une économie totalement internationalisée et sans obstacle linguistique. L’accueil des entreprises du monde entier reste pour ce pays une seconde nature.

Grande-Bretagne : 16% du PIB européen !

Si le non l’emporte, les nouvelles conditions déjà accordées à la Grande-Bretagne la place déjà comme la plus privilégiée des nations de l’UE.

Quelle que soit l’issue du référendum, le vrai danger est pour l’Europe. La nature économique ayant horreur du vide, l’Europe ne pouvant rayer d’un trait de plume 16% du PIB européen (contre 15% pour la France) sera bien obligée de mettre en place des traités d’échange qui satisferont les Britanniques car il ne s’agit pas d’un poids négligeable ou marginale dans les échanges intra européens. Ceci ne changera donc rien à la situation actuelle. La Grande-Bretagne ne saurait être un simple participant au titre de l’OMC. Le pays ne pourra pas être relégué à quelques accords bilatéraux à l’instar du Canada ou de la Turquie.

Le vrai danger est bien pour l’Europe qui risque d’ouvrir la boîte de pandore avec à la clé des pays candidats aux mêmes conditions avantageuses obtenues par les Britanniques.

Mais c’est avant tout l’échec de l’Europe qui ne sait pas créer le grand élan d’optimisme et d’envie d’entreprendre, une Europe qui ne favorise pas l’échange entre ses différentes nations et ne sait pas fédérer les peuples sur des projets ambitieux alliant nos savoirs, notre créativité et notre génie. Chaque pièce du puzzle européen est une chance, chaque culture est un trésor mal exploité. Notre jeunesse a envie d’avoir envie mais il faut créer les conditions d’une vraie reprise en main. Au lieu de cela, l’Europe règlemente, pond des textes à n’en plus finir, asphyxie chaque jour un peu plus les entrepreneurs. Serons-nous les meilleurs artisans de notre propre perte ? L’Europe doit se réveiller avant qu’il ne soit trop tard, avant que tous les pays ne la quittent et que cette belle idée des nations unies dans plusieurs projets communs ne soit plus que la chronique d’une occasion manquée.

Brexit, Grexit ne sont que les incarnations de nos défaillances en matière de convergence européenne.

http://www.carltonselection.fr/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...