Connexion
/ Inscription
Mon espace

« Les obligations ‘investment-grade’ à 10 ans sont trop chères, nous leur préférons les maturités courtes du segment ‘cross-over’ »

ER - Patrimoine et placements
ABONNÉS

L’impact des mesures exceptionnelles de la BCE sur le marché des obligations d’entreprises réduit encore davantage les opportunités de rendement pour les investisseurs. Les maturités longues du compartiment investment-grade sont de plus en plus sensibles au risque de taux.

Deux mois après l’annonce de la BCE d’étendre son programme d’achats d’actifs aux obligations d’entreprises, les émetteurs continuent de se ruer sur le marché primaire européen. « Le fameux CSPP* de la banque centrale, qui n’entrera en vigueur qu’à partir du mois de juin, a dynamisé le marché obligataire primaire. Mais l’afflux des entreprises sur le marché se concrétise essentiellement par des émissions de maturité longue de 10, voire 15 ans, dans le compartiment investment-grade » remarque Emmanuel Petit, Responsable de la gestion obligataire chez Rothschild & Cie Gestion. « En tant qu’investisseurs, nous restons très prudents vis-à-vis de ces nouvelles émissions investment-grade » précise-t-il.

Déformation de la courbe de taux

L’initiative de la BCE a d’ores et déjà renforcé l’aplatissement de la courbe de taux corporate dans sa partie longue, dégradant ainsi le profil rendement-risque des titres. Les obligations du compartiment investment-grade sont en train d’emprunter la même trajectoire que celle des titres souverains au cours des dernières années, avec des rendements à 10 ans relativement faibles, pour une sensibilité au risque de taux de plus en plus élevée. « Avec 250 M€ d’achats d’obligations corporate par jour, la BCE aura les moyens d’envoyer les taux longs du marché du crédit au tapis. Les obligations investment-grade à 10 ans nous semblaient déjà trop chères avant que la BCE annonce ce programme, elles le sont encore plus aujourd’hui ».

La déformation de la courbe de taux à laquelle sont confrontés les investisseurs impose une gestion active des maturités, ainsi qu’une grande sélectivité dans le choix des titres. « Nous maintenons notre stratégie de désensibilisation au risque de taux. Nous cherchons à capter des primes de risque attrayantes sur des maturités 3/5 ans, en particulier dans l’univers cross-over » indique Emmanuel Petit.

*Corporate Sector Purchase Program : programme d’achats d’obligations d’entreprises

https://www.rothschildgestion.com/fr/


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Plongée dans l’univers des investissements des entrepreneurs les plus accomplis

La 5ème édition de l'étude « Entrepreneurs BNP Paribas 2019 » de BNP Paribas Wealth Management publie les investissements privés préférés des investisseurs fortunés - les Entrepreneurs « Elite » - et les tendances qui façonnent leurs choix en matière d'allocation de leur portefeuille. Extrait de l'étude 1/ Les actions sont le premier choix de portefeuille des entrepreneurs Élite : en réagissant avec enthousiasme à la hausse des marchés boursiers, ils ont davantage investi en actions...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Le Crédit Agricole lance « Trajectoires Patrimoine » : l’accès au conseil patrimonial, dès le 1er euro

En 3 ans, 2/3 des clients des Caisses régionales bénéficieront de ce conseil personnalisé, soit 14 millions de personnes. Le conseil réinventéLa démarche Trajectoires Patrimoine permet aux clients des Caisses régionales d'être accompagnés de façon globale, grâce à l'intégration des expertises financières et immobilières du groupe, et personnalisée par la co-construction de la proposition de valeur avec le conseiller. Une vision globale- de leur budget et de leur patrimoine : banque,...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Fonds patrimoniaux : notre sélection limite les dégâts

  Un gérant qui a une très longue expérience vient de déclarer qu'il n'a jamais vu une année comme 2018, avec de telles moins-values dans pratiquement toutes les classes d'actifs, le mouvement s'accélérant en fin d'année. Dans ces conditions, le repli trimestriel de 10,1 % enregistrée par notre liste de fonds patrimoniaux doit être relativisée.   Depuis la mise à jour du 4 octobre 2018, notre sélection patrimoniale a, notamment, été affectée par les reculs d'Amilton Global (particulièrement...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Petites capitalisations européennes, des opportunités selon RJAMI

Les petites capitalisations sont celles qui, l'an dernier, ont payé le plus lourd tribut à la baisse des marchés. Mais Louis de Fels et Edwin Faure, gérants des fonds Raymond James MicroCaps et Raymond James SmallCaps, deux des fonds de la gamme de Raymond James Asset Management International (RJAMI), ne jettent pas le bébé avec l'eau du bain !   Repricing du risque C'est essentiellement en raison de leur moindre liquidité et, aussi, parce que la pratique du small is beautiful a peut-être été...