Connexion
/ Inscription
Mon espace

Or : le plus dur reste à faire

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Une analyse de Nicolas Chéron, Stratégiste pour CMC Markets

Un changement de paradigme sur l'or semble bien avoir eu lieu comme nous l'évoquions dans notre dernière analyse sur le métal jaune.
La performance de l'or depuis le 1er janvier de +20% (loin devant le CAC 40 -7%) est principalement due à l'aversion au risque qui pèse sur les marchés. D’autres facteurs ont accéléré le courant acheteur ces dernières semaines : le repli du dollar d'une part (qui s'est estompé depuis une semaine), la diversification des Hedge Funds d’autre part qui préfèrent pour certains d’entre eux un placement sur l'or sans rendement à des obligations à taux négatifs.

Goldman Sachs qui visait 1000 USD à 12 mois a relevé mardi 10 mai sa prévision à la hausse à 1 150$, la banque américaine n'entrevoyant pas de hausse supplémentaire et estimant que le dollar devrait s'apprécier dans les mois à venir (ils entrevoient 15% de hausse dans une note du 11 mai). Néanmoins, un investisseur qui anticiperait un dollar affaibli par une FED, peu convaincante sur la normalisation de sa politique monétaire à venir, pourrait penser l'inverse. En effet, au vue des derniers chiffres américains, le ralentissement redouté par les officiels de la FED pourrait avoir commencé. Après le retournement à la baisse de la confiance des consommateurs ces 6 derniers mois, les résultats et CA sont ressortis en moyenne en baisse de -2,1% sur le S&P 500 au 1er trimestre. Plus récemment, ce sont les chiffres du chômage publiés le 6 mai dernier qui se sont détériorés avec seulement 160 000 créations d’emplois au lieu des 203 000 attendues. Aussi, en cas de dégradation des fondamentaux américains de moyen terme, la FED se verrait dans l’incapacité de relever de nouveau ses taux ce qui à terme pourrait peser sur le dollar et ainsi profiter au métal doré.

A moyen terme, les acheteurs ont démontré leur présence depuis le début de l’année 2016. En engendrant la sortie par le haut d’un triangle de compression (en vert sous 1100) puis par la cassure des 1200 et le test de la résistance de moyen terme des 1300. Toutefois, le plus dur reste à faire. L’or évolue toujours dans un canal baissier descendant dont la borne haute se conjugue avec la résistance horizontale des 1300. Seule une cassure de ce cluster (conjonction de résistances) serait un signal haussier fort, permettant par la suite d’entrevoir le ralliement des résistances suivantes situées à 1345 et 1390/1400 dollars. A contrario, tant que les prix resteront bloqués sous ce seuil pivot, la latéralisation peut perdurer.

A plus court terme, l’appétit pour le risque des opérateurs sur les indices américains notamment ainsi que le rebond du dollar américain (sur le support moyen terme des 92 points sur le dollar index DXY) ont engendré un repli des cours sous les 1300 dollars. Dans cette unité de temps, nous constatons que la moyenne mobile exponentielle à 43 jours colle parfaitement aux récents plus bas et accompagne la hausse. Autrement dit, soit les cours réagissent juste avant ou prennent appui sur cette dernière afin d’attaquer de nouveau les plus hauts annuels, soit en cas de rupture les vendeurs pourraient engendrer une correction plus profonde en direction des 1220 voire des 1180/1200 zone de soutien majeur.

http://www.cmcmarkets.fr/


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...