Connexion
/ Inscription
Mon espace

Bourse : l’attentisme prévaut, avant les turbulences ?

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Le point de vue de Nicolas Chéron, Stratégiste pour CMC Markets 

Les investisseurs naviguent à vue dans des marchés figés en attendant les échéances d’un mois de juin à haut risque, propice aux corrections boursières. Depuis le rebond boursier du 11 février au 10 mars dernier, les actions américaines et européennes traversent une séquence… de stagnation. Les cours sont confinés dans un « range horizontal » et capés. L’indice CAC 40 rencontre ainsi les plus grandes difficultés à progresser durablement au-delà des 4500 points.

Actuellement, l’attentisme prévaut sur les marchés actions. Cette situation s’explique par une conjonction de facteurs qui n’offre pas la visibilité espérée par les investisseurs. Le courant à l’achat qui accompagnait l’espoir de mesures monétaires exceptionnelles, de la part de la BCE, s’est comme souvent retourné une fois les annonces de la banque centrales actées. Surtout, les résultats trimestriels des entreprises européennes et américaines sont globalement orientés à la baisse, même s’ils s’avèrent un peu moins mauvais qu’attendus. Toujours modestes, les perspectives de croissance mondiale pèsent sur l’activité d’entreprises, qui par ailleurs ne profitent plus autant de l’atout « pétrole ». En effet, le raffermissement des cours du baril - même s’il est encore relatif, puisqu’essentiellement lié à des facteurs conjoncturels - a contribué à réduire les marges bénéficiaires des entreprises exportatrices et consommatrices d’or noir.

Un mois de juin détonant ?

L’attentisme est aussi influencé par d’importantes échéances à venir. Les investisseurs sont en position d’observation avant un mois de juin à haut risque. Les comités monétaires de la banque du Japon, de la BCE et de la Fed, le referendum sur le « Brexit », les élections législatives espagnoles et la poursuite des négociations en vue d’un accord sur la dette grecque peuvent constituer un cocktail détonant. Jusqu’ici, ces rendez-vous n’ont pas encore suscité assez d’aversion au risque pour que les investisseurs sortent des marchés. Mais à l’approche de ces évènements, les marchés devraient progressivement monter en pression, avec des corrections boursières assez probables dans les prochaines semaines. En attendant d’y voir plus clair, les investisseurs peuvent opérer sur d’autres marchés ou d’autres classes d’actifs, dans une optique de diversification.    

Sur le marché des changes, le dollar profite depuis le 3 mai d’un rebond face à l’euro. Les chiffres décevants des créations d’emploi aux Etats-Unis, publiés en fin de semaine dernière, n’ont pas perturbé ce mouvement. L’appréciation du billet vert semble indiquer une conviction forte chez les intervenants de marché (gérants de fonds, analystes, brokers) : visiblement, ils font le pari d’une remontée des taux directeurs de la Fed et d’une amélioration de l’environnement économique américain pour la seconde partie de l’année.

http://www.cmcmarkets.fr/


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...