Connexion
/ Inscription
Mon espace

Le marché immobilier de commerce sous tensions

A la Une - Brique par Brique
ABONNÉS

Les derniers chiffres du BODACC* révèlent un secteur du commerce à la peine.... A contre-courant, Capifrance enregistre des résultats en progression.

Les explications de David Messica, Directeur de la filière Commerce et Entreprise du réseau Capifrance.

Les chiffres du BODACC, établis du 1er janvier au 31 décembres 2015, viennent d'être publiés. De quoi s'agit-il exactement et quels sont les résultats mis en exergue cette année Le BODACC, baromètre des ventes et cessions de fonds de commerce, dont l’analyse annuelle est reconnue par les acteurs du secteur, vient souligner une baisse de 9% en volume et de 5% en prix sur le dernier trimestre 2015, révèle des résultats sur l'année plutôt mauvais :
- Transmissions : un peu moins de 40 000 activités ont changé de mains, soit
- 9,1% sur un an et -10% par rapport à la moyenne de ces 5 dernières années.
- Montant moyen de transactions également très bas : 179 874€. C’est la première fois depuis plus de 5 ans que les chiffres passent en dessous des 180 000€.
- Rachats de fonds de commerce également en baisse : 39 835 contre 43 799 l'an dernier et plus de 48 000 en 2002.


Quelle est votre explication de ce phénomène
 
?

Ces résultats peuvent trouver un effet de causalité dans la progression rapide du e-commerce. Les premiers commerces à en pâtir sont d'ailleurs les commerces de proximité, de plus en plus désertés par les consommateurs. Aujourd'hui une majorité des achats se fait en ligne : habillement, décoration, loisirs créatifs voire même les achats alimentaires. Bien que de nombreux commerces cherchent à innover ou à se réinventer, il y a par ailleurs une tendance de fond qui prend de l'ampleur sur notre activité : depuis quelques années, le métier de commerçant intéresse moins. Chez Capifrance nous le vérifions également en termes de recrutement : les commerçants de plus de 50 ans, préfèrent se tourner vers une structure avec moins de charges ou se reconvertir plutôt que de reprendre un nouveau fonds de commerce.


Peut-on également penser que ce sont là les répercussions directes des attentats de janvier et de novembre
 ?

Aujourd'hui, les seuls commerces qui sont encore  incontournables, de par leur rôle social (lieu de rencontre et d'échange) sont les brasseries /cafés / bars. Or, ces commerces sont quasiment les seuls à ne pas pouvoir être déclinés sur la toile. Mais malheureusement les événements qui se sont déroulés à Paris le 13 novembre dernier, ont particulièrement ciblés ces endroits fréquentés, et de nombreux établissements, cafés/bars y compris restaurants du 11ème arrondissement sont désormais à vendre. Et même si la probabilité que cela se reproduise au même endroit est faible, l'émotionnel a été touché. Ce climat de tension a également une incidence sur le tourisme parisien et de manière induite sur l'hôtellerie.


Quels sont justement les résultats concernant l'hôtellerie
 ?

Les réservations ont surtout été ralenties dans la capitale à la fin de l'année. Au global sur l'année 2015, la fréquentation des touristes étrangers en France a augmenté de 0,9% pour atteindre 84,5 millions. Finalement, la seule tendance qui pourrait vraiment déstabiliser le marché reste le phénomène de location de particulier. Location saisonnière, Chambres d'hôtes, phénomène airbnb... beaucoup s'essayent à tirer profit d'un marché assez disparate. D'ailleurs, ce secteur pourtant à la peine (836 transactions dans le secteur de l'hébergement pour l'année 2015), intéresse de plus en plus les fonds d'investissement qui achètent de l'hôtellerie très haut de gamme. Il faut en effet savoir que c'est un placement fiscal recherché.
 

Malgré ce contexte, la filière commerce de Capifrance est en plein développement. Comment expliquez-vous ce décalage ?

Nous enregistrons encore cette année une belle performance : +5% de CA acté, +8% en nombre de compromis signés et +20% en termes de recrutement. Ces résultats s'expliquent en grande partie par notre stratégie de diversification : la cession de fonds de commerce et les transactions de murs commerciaux.
Dans les facteurs clés de succès de l'activité commerce et entreprise, il faut reconnaître que le modèle Capifrance basé sur un statut d'agent indépendant correspond parfaitement au secteur de l'immobilier commercial. Il s'adresse d'ailleurs particulièrement aux commerçants ou aux chefs d'entreprise en reconversion. A cela s'ajoute l'alliance entre proximité de notre force de vente et le poids de notre actionnaire Artémis qui est un argument majeur pour tisser des liens d'affaires avec des grandes enseignes nationales. D'autre part, sur le marché  de l'investissement en immobilier d'entreprise, qui à l'inverse du marché du fonds de commerce est marqué par des montants moyens de transactions en forte hausse (plus de 90% par des transactions de plus de  15 M€), notre  groupe Digit RE (et à travers lui, le réseau Capifrance) est en mesure aujourd'hui de leur donner le change notamment grâce à la création d'un département Grands Comptes... Affaires à suivre...

David Messica, Directeur de la filière Commerce et Entreprise du pôle immobilier Digit Re Group, est désormais en charge d'accompagner et de structurer le développement de cette activité pour toutes les marques du groupe et notamment pour Capifrance.

http://www.capifrance.fr/

* BODACC : Bulletin officiel des annonces civiles et commerciales
http://www.bodacc.fr/


Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

BB - Placements immobiliers
ABONNES
Les articles que vous auriez pu manquer sur le site de notre partenaire pierrepapier.fr

LES PLACEMENTS | TOUT SAVOIR | ACTUALITÉS | LES ACTEURS Newsletter du 17 déc. 2018 L'actualité de Pierrepapier.fr L'OPCI, en 3 minutes... Voir la vidéo   Crowdfunding, la fin du début ? Liquidation judiciaire, repositionnement d'acteurs importants et précurseurs : les articles ... Lire la suite -> Denormandie débarque dans le Pinel Dès le 1er janvier 2019, un...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Prise de conscience ESG des entreprises françaises ?

Egamo*, publie les résultats de son étude exclusive conduite par Indefi, auprès de 23 émetteurs large et mid caps de la place financière de Paris, répartis sur une dizaine de secteurs d'activité, comme la construction, la distribution ou encore les utilities. 5 experts (agences de notation, enseignants, chercheurs, etc…) ont également été sollicités pour étendre à l'échelle européenne la portée des messages de cette enquête.* Egamo, société de gestion, filiale du Groupe MGEN, spécialisée dans la...