Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Singapour : pays le plus attractif pour les investisseurs en infrastructures

Selon le rapport Global Infrastructure Investment Index* d’Arcadis**, leader mondial en ingénierie et conseil, les pays qui jouissent de conditions politiques stables, d’environnements économiques sûrs et d'un fort potentiel de croissance tels que Singapour, le Qatar et le Canada, sont les marchés les plus attractifs pour les investisseurs en infrastructures.

Si les infrastructures sont par nature des investissements de long terme, le rapport montre également que les facteurs à plus court terme - tels que les dévaluations monétaires, les prix des matières premières et les problèmes de sécurité - peuvent être un frein aux investissements. Pour ces raisons, des pays comme les Etats-Unis, l’Angleterre et l’Allemagne sont bien positionnés pour attirer potentiellement plus de capitaux de la part du secteur privé, contribuant au financement et au développement de nouvelles infrastructures nécessaires au dynamisme de ces pays.

Principaux résultats du rapport


1/ L’Europe stable, mais face à des enjeux de croissance économique

Pays

2016

2014

2012

Tendance

Norvège

6

5

6

Suède

7

5

5

UK

9

10

13

Pays-Bas

10

11

9

Allemagne

13

14

14

Autriche

14

16

15

Belgique

18

18

19

France

19

19

17

Espagne

24

24

22

Pologne

29

30

29

Portugal

31

31

30

Italie

34

35

33

Fédération Russe

35

34

35

Les pays européens restent parmi les marchés les plus stables, matures et attractifs pour les investisseurs, avec 8 pays qui se classent dans le top 20. Le flux régulier et élevé de projets et les années d’expérience de partenariats public-privé favorisent la confiance des investisseurs dans ces marchés, particulièrement en France, dans les pays Nordiques, les Pays-Bas et l’Allemagne. L’Angleterre est l’un des marchés les plus attractifs, passant de la 13ème place en 2012 à la 9ème place en 2016.

Toutefois, certains challenges économiques ont affecté la région et particulièrement les pays d’Europe continentale, limitant la croissance et incitant l’UE à lancer un vaste programme pour mobiliser l’investissement dans les infrastructures, plus connu sous le nom de « Plan Juncker ». Ce plan de 315 Mds€ vise à créer une base de données européenne de projets et une plateforme ouverte pour les partenariats public-privés (PPP) à travers l’Europe. En accroissant à la fois les opportunités et la transparence sur les investissements privés, le programme permet de lutter contre le financement occulte des infrastructures. Les investisseurs sont incités à investir sur ces marchés, mais le manque de projets rentables limite les opportunités.

La France pénalisée par un manque de continuité politique. Le pays se classe 19ème et recule de deux places par rapport au classement de 2012. Les investissements en infrastructures ont été pénalisés par le manque de continuité politique, et la dépendance vis-à-vis des grands projets qui bénéficient de la participation de l’Etat au cours des 3/5 dernières années n’a pas aidé la confiance à long terme.
Philippe Autuori, Directeur de la division opérationnelle Infrastructure - Europe du Sud chez Arcadis - apporte quelques précisions pour le marché français : « Comme dans les autres pays européens, l’objectif de réduction des déficits fixé par l’Europe a conduit les gouvernements français successifs à s’orienter vers une maitrise de la dépense publique qui s’est entre autres traduit par une réduction des investissements et en particulier dans le domaine des infrastructures. Par ailleurs, à l’échelon régional, l’augmentation des charges liée à une croissance réduite, sans réelle réduction des budgets de fonctionnement a également eu pour conséquence un fort ralentissement des investissements locaux. S’il y a bien eu quelques investissements, au travers, par exemple, du plan de relance autoroutier, il s’agissait principalement d’une mise à niveau ou d’une amélioration du réseau autoroutier concédé existant, plus que de la création de nouvelles autoroutes comme cela était le cas, il y a encore quelques années. Nous avons malgré tout de belles perspectives avec la continuité du plan sur le Grand Paris, le Port de Calais et les projets à venir du canal Seine-Nord et de la traversée transalpine du Lyon-Turin. Pour conclure, je préciserai que l’activité de l’infrastructure se concentre aujourd’hui essentiellement en région parisienne, autour de grands projets au détriment des marchés locaux ou de proximité. »

 

2/ Le classement dans le reste du monde

Classement

Pays

Evolution
v/2014

1

Singapour

=

2

Qatar

=

3

UAE

=

4

Canada

=

5

Malaisie

+2

6

Norvège

=

7

Suède

-2

8

USA

=

9

UK

+1

10

Pays-Bas

+1

Singapour reste en pole position. Le pays maintient sa position de marché le plus attractif dans le monde, avec des notes systématiquement supérieures sur les indicateurs business, risque, infrastructure et finance. De plus, malgré un score légèrement plus bas pour les facteurs économiques, le pays conserve un environnement économique fort. Alors que la plupart des projets sont traditionnellement financés par l’argent public, Singapour cherche à développer des partenariats avec des investisseurs institutionnels privés.
Ailleurs en Asie, la Malaisie et le Japon progressent dans le classement et se hissent respectivement à la 5ème et la 12ème place. La Chine se positionne très bien pour la plupart des indicateurs, mais elle reste en milieu de classement à la 17ème place en raison de ses conditions business moins attractives et de son environnement plus risqué.

Les Etats-Unis offrent de très belles opportunités. Passés de la 11ème place du classement en 2012 à la 8ème place en 2016, les Etats-Unis font l’objet d’une plus grande attention de la part des investisseurs. Cette progression est due à la position économique solide du pays, à son environnement moins risqué et à son secteur financier fort. Dans le seul secteur du transport, il y a une très forte marge de progression, car les Etats sont incités à attirer les investissements privés et de nouveaux modèles ont été développés pour satisfaire les ambitions des investisseurs.

Le Moyen-Orient s’ouvre aux capitaux privés. Comme en Europe, les opportunités ont été limitées dans les pays du Moyen-Orient, malgré leur classement élevé en termes d’attractivité des investissements. Toutefois, la chute des revenus à l’export impacte les dépenses futures. Le Qatar et les Emirats Arabes Unis financent traditionnellement leurs infrastructures au travers du secteur public, mais des changements législatifs récents à Dubaï montrent que les Emirats Arabes Unis s’ouvrent aux financements privés. Le Qatar est bien classé pour son PIB, son environnement business et son secteur financier, et le pays dispose de solides perspectives pour les investissements d’infrastructures. L’Arabie Saoudite a perdu trois places et se classe 15ème en raison du déclin relatif de la taille et du dynamisme de son marché, et de l’impact de son score relativement faible pour les infrastructures.

L’Australie en perte de vitesse. Le pays passe de la 9ème à la 11ème place en raison de scores plus faibles sur le risque business et sur la facilitation des affaires. De manière prospective, le pays offre toutefois de nombreuses opportunités. La dévaluation ayant vraisemblablement atteint son plus bas et le prix des matières premières commençant à remonter, le contexte est favorable pour les investissements dans les infrastructures publiques. Les grandes villes comme Sydney et Melbourne relèvent leurs priorités d’investissement dans les infrastructures et privatisent certains actifs pour financer de nouveaux investissements.

L’Amérique Latine en attente d’un rebond. Beaucoup de pays d’Amérique Latine se classent dans le bas de l’étude en raison de leurs faibles performances économiques, de leur instabilité politique et de leurs environnements business à haut risque. Depuis l’élection du nouveau gouvernement en Argentine en 2015, les conditions sont toutefois favorables à une amélioration du classement du pays dans les futurs rapports.


Les risques à court terme freinent les projets de financement
Le rapport 2016 analyse également l’impact des mesures de court terme sur les projets de financement, telles que les dévaluations monétaires, les prix des matières premières et l’insécurité. Le rapport montre que quatre pays du top 10 - Emirats Arabes Unis, Canada, Malaisie et Norvège - présentent un risque à court terme plus élevé, ce qui tend à indiquer que les opportunités d’investissement les plus intéressantes concernent les opérations et la maintenance, plutôt que la construction des infrastructures.

 

*Le rapport Global Infrastructure Investment Index est publié tous les 2 ans et classe 41 pays en fonction de leur attractivité pour les investisseurs en infrastructures. Afin d’évaluer cet aspect, l’étude analyse différents enjeux dont la facilité de développer les affaires, le taux d’imposition, le PIB par habitant, la politique gouvernementale, la qualité des infrastructures existantes et la disponibilité du financement par la dette. La combinaison de ces facteurs permet d’obtenir une vue d’ensemble fiable sur le profil de risque de chaque marché et sur l’attractivité potentielle de chacun d’entre eux vis-à-vis des investisseurs
Télécharger le rapport complet via : www.arcadis.com/giii2016

**Arcadis est le leader international en conception et conseil de l’environnement naturel et construit. https://www.arcadis.com/fr/france/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation