Connexion
/ Inscription
Mon espace

Perspectives sur les obligations convertibles internationales en 2013 : des performances solides en vue, mais les risques subsistent.

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

L’équipe de gestion d’Aviva Investors Londres, a identifié trois facteurs de risques spécifiques à la classe d’actifs, qui seront à surveiller en 2013 :

Une offre restreinte : par rapport aux niveaux historiques, la valorisation des obligations convertibles est raisonnable mais l’offre reste limitée à court-terme, ce qui pourrait créer un réel déséquilibre entre l’offre et la demande. Pourtant le marché primaire est attendu à la hausse cette année : émetteurs déjà présents sur le marché qui remplacent leurs émissions arrivant à maturité, ou sociétés à la recherche de capital opportuniste – par exemple, pour financer des acquisitions stratégiques ou toute autre forme de croissance.

Polarisation du marché : les obligations convertibles de qualité « investment grade » restent chère ; en revanche, la valorisation des émissions high yield ou non notées est plus intéressante. Un grand nombre de larges émetteurs « investment grade » devraient voir leurs obligations arriver à maturité dans les 12 prochains mois. Ce facteur, associé à une demande qui reste élevée, devrait encore accentuer la tension sur le marché et faire grimper les valorisations. Si les investisseurs peuvent en tirer un bénéfice à court-terme, ces valorisations ne seront pas soutenables à plus long-terme.

Evolution de la composition du marché : en raison de l’accès restreint au crédit bancaire en Europe, la composition du marché des obligations convertibles devient de plus en plus euro-centrique et le poids des émissions non notées et high yield progresse. A l’échelle mondiale, le volume des nouvelles émissions devrait suffire à compenser les obligations arrivant à échéance cette année ; mais c’est en Europe, selon nous, que la classe d’actifs pourrait offrir les meilleures opportunités de croissance.

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...