Connexion
/ Inscription
Mon espace

« Le service après-vente » de Mario Draghi

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Nicolas Forest, Directeur de la gestion obligataire chez Candriam, commente les annonces de la BCE du 22 avril

Plus d’un mois après avoir agréablement surpris les marchés en annonçant une nouvelle série de mesures extraordinaires (baisse des taux, augmentation du programme d’achat et élargissement de l’univers avec les obligations d’entreprise), Mario Draghi était finalement surtout attendu sur une explication de texte. Le président de la BCE a donc fait « le service après-vente » des nouvelles mesures d’accommodation qui ont soulevé, depuis, toute une série d’interrogations sur le marché.

Ses actions ont-elles un réel impact sur l’économie européenne ?
Le risque économique reste à la baisse selon Mario Draghi et l’inflation pourrait repartir en territoire négatif. Cela justifie des taux bas pour longtemps. Dans le même temps, des signaux encourageants sont perceptibles sur le crédit et les masses monétaires. Ainsi, au premier trimestre, la demande et l’offre de crédit se sont améliorées grâce notamment aux taux monétaires négatifs.

La BCE a-t-elle encore des munitions ?
Après une certaine ambiguïté en mars, Mario Draghi a clairement indiqué que les taux resteraient bas mais qu’ils pourraient même baisser davantage…une manière d’indiquer au marché qu’il reste donc de la marge. Pour autant, le marché n’est pas complétement convaincu de cette possibilité avec des taux à la hausse.

Son action est-elle facilement implémentable ?
C’est la seule réelle annonce de cette réunion. Le site la BCE a publié les détails du programme d’achat des obligations d’entreprise. Avec une limite de 70% par émetteur et la capacité d’acheter du 30 ans, la banque centrale se laisse finalement beaucoup de marge dans son action et pourrait ainsi acheter plus de 12 Mds€ de dette d’entreprise par mois. C’est plus qu’anticipé. La BCE pourrait ainsi détenir plus de 7% du marché de la dette d’entreprise dans 9 mois. C’est beaucoup et cette nouvelle a été bien accueillie par les marchés du crédit. La BCE devient plus que jamais un acteur majeur dans la dette obligataire… au risque de réduire fortement la liquidité de certaines émissions d’entreprise.

www.candriam.com


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....