Connexion
/ Inscription
Mon espace

Marchés financiers : faible probabilité d’une récession à court terme, malgré des risques baissiers

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Les stratèges de Russell Investments s’attendent à un ralentissement du cycle économique mondial. Cet ajustement de la croissance aura des impacts sur les marchés actions internationales et devrait entraîner le maintien des prix élevés sur les emprunts d’État en 2016.

La divergence des politiques monétaires, ferme aux États-Unis et accommodante en Europe et au Japon, entrainera sans aucun doute de la volatilité. 

En ce qui concerne la Chine, l’équipe pense que le ralentissement économique semble toujours amorcer un « atterrissage en douceur ». La transition économique actuellement en marche devrait toutefois générer des trous d’airs, c’est certainement le cas cette année. « Nous préférons désormais prendre nos profits suite à des marchés actions haussiers, plutôt que de renforcer le poids des marchés actions lors des phases de baisses. Nous prévoyons toujours des performances à un chiffre sur les marchés actions à l’échelle mondiale pour 2016, indique Alain Zeitouni, Directeur de la Gestion de Russell Investment France. « Avec des marchés d’actions pour lesquels les risques à la baisse l’emportent sur les scénarios de hausse potentielle, nous prévoyons de rester prudents jusqu’à l’amélioration des conditions économiques. »

Aux États-Unis, les équipes de Russell Investments pensent que les deux hausses de taux de la FED prévues en 2016 devraient permettre de maintenir le rendement des Bons du Trésor à 10 ans autour de 2,3% au cours de l’année à venir. Idem pour les actions américaines, dont la probabilité est plus forte de conserver des performances bien inférieures aux 3 à 5% prévus en début d’année, du fait de valorisations élevées et d’un momentum baissier. La bonne nouvelle est que malgré l’affaiblissement du PIB et des résultats des entreprises, la probabilité d’une récession américaine à court terme demeure faible. « Nous préférons sous-pondérer les actions américaines dans nos portefeuilles mondiaux car la faiblesse des résultats des entreprises et les valorisations élevées annihilent les prévisions de rendement total, proches de zéro sur les 12 prochains mois, déclare Alain Zeitouni. Bien que nous assistions à de fréquents risques de baisse pour le marché américain suite au 1er trimestre 2016, l’absence de déséquilibres majeurs dans l’économie américaine rend une récession peu probable cette année. »

Les actions de la zone euro sont aidées par l’assouplissement quantitatif (QE) et offrent des niveaux de valorisations raisonnables qui remportent la préférence de l’équipe des stratèges. Cependant, les nouvelles annonces d’assouplissement quantitatif n’ont pas eu d’impact important sur l’euro ou sur le yen. De ce fait, l’équipe est convaincue que la hausse du dollar américain devrait s’essouffler cette année.


Conjectures boursières internationales actuelles de l’équipe :

-  Valorisation : la correction du marché d’actions au début du 1er trimestre 2016 a amélioré les valorisations dans les marchés développés. Au 30 mars 2016, le marché américain est toujours considéré comme le plus cher, alors que les actions japonaises et européennes sont légèrement meilleur marché et que les actions des marchés émergents sont plutôt bon marché.
- Cycle économique : le cycle est moins encourageant pour les marchés d’actions. Les stratèges pensent que l’Europe et le Japon bénéficient toujours du contexte de cycle le plus favorable en raison du soutien de leur politique monétaire, de la faiblesse des taux de change et du potentiel de hausse des marges bénéficiaires. Le cycle est aujourd’hui neutre pour les actions américaines étant donné les risques qui entourent la croissance des bénéfices par action (BPA) et la possibilité d’un nouveau resserrement monétaire décidé par la Fed. Le cycle est négatif pour les marchés émergents du fait, entre autres, d’un ralentissement de la croissance, de la faiblesse des exportations et d’une détérioration des perspectives de croissance des BPA.
- Sentiment : le momentum est négatif dans chaque région, ce qui est un indicateur de sentiment négatif. Les indicateurs contrariants soulignent les conditions de survente, compensant le momentum négatif sur les cours. Les stratèges observent que l’Europe et le Japon sont plus survendus que les États-Unis, alors que les marchés émergents sont aujourd’hui proches du sur-achat suite à un rebond important apparu à la fin du premier trimestre 2016.


Perspectives d’exposition par région :

Les stratèges ont également mis à jour pour 2016 leurs perspectives sur la totalité des régions mondiales et des classes d’actifs au 30 mars 2016 :
- Asie-Pacifique : l’équipe s’attend à de faibles performances et à une volatilité élevée des actions de la région. Chères, les obligations de la zone sont à des niveaux de valorisation extrêmes alors que le cycle économique est très contrasté.
- États-Unis : l’équipe préfère sous-pondérer les actions américaines de ses portefeuilles mondiaux et s’attend à des rendements totaux proches de zéro au cours de l’année à venir.
- Zone euro : Russell Investments conserve une surpondération sur les actions de la zone euro et surpondère de nouveau les obligations des pays périphériques. Le ralentissement de  croissance mondiale et des prévisions de résultats des entreprises sont des zones de vigilance mais l’équipe pense que la solidité des fondamentaux de la zone euro l’emporte pour l’instant.
- Devises : l’équipe s’attend au plafonnement du taux de change du dollar américain (USD). La valorisation attractive et les caractéristiques défensives du yen en font la devise préférée des stratèges. L’équipe considère également qu’une correction importante des devises des pays émergents constituerait une opportunité d’achat.
- Marchés de taux : les perspectives pour les emprunts d’État demeurent faibles avec des rendements de bons du Trésor à 10 ans, négatifs au Japon et proches des plus bas historiques aux États-Unis et en Europe. Les perspectives sont toutefois moins négatives en raison de l’affaiblissement du cycle économique.

http://www.russell.com/fr

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...