Connexion
/ Inscription
Mon espace

Impact majeur des robo-advisors sur la gestion des placements

ER - Patrimoine et placements
ABONNÉS

Les professionnels de l’investissement s’inquiètent des imperfections des services de conseil automatisés, des risques de vente abusive de conseils financiers et de possibles défauts en matière de protection des données.

Une étude réalisée auprès des membres du CFA Institute, l’association mondiale des professionnels de l’investissement, révèle que parmi le nombre toujours croissant d’innovations technologiques dans le secteur de la finance, ce sont les robo-advisors (robots conseillers) qui auront l’impact le plus conséquent à court et moyen terme (respectivement 1 et 5 ans). Les professionnels interrogés estiment en effet que pour 70% d’entre eux cet impact sera positif pour les investisseurs grand public aisés, avec une réduction des coûts, un meilleur accès aux services de conseil et une plus grande variété de produits.

Egalement, l’étude « Fintech », qui a sondé les opinions des membres du CFA Institute à l’échelle mondiale, estime qu’il est improbable que les outils financiers automatisés remplacent le contact avec les conseillers en chair et en os pour les investisseurs institutionnels et les particuliers très fortunés. Le caractère « sur-mesure » du conseil financier pour ces segments de marché particuliers est en effet difficilement compatible avec l’automatisation et la standardisation qui caractérisent des outils tels que les robo-advisors. Ces investisseurs, au portefeuille conséquent et aux besoins d’investissement potentiellement très divers et complexes, continueront sans doute à préférer un conseil personnalisé et à visage humain.

Ce qui divise le plus les participants de l’étude est l’impact des outils de conseil financier sur la fraude et la vente abusive, ainsi que sur la qualité des services de gestion : les avis sont divisés à part presque égale entre, d’un côté, les professionnels persuadés que la prévalence grandissante des outils de conseil financier accentuera la fraude et la vente abusive et, de l’autre, ceux qui sont convaincus du contraire. Cependant, en termes de risques liés aux robo-advisors, ces mêmes professionnels estiment à 46% que le risque le plus élevé concerne des défauts dans les algorithmes de gestion financière, suivis par la vente abusive - un risque élevé pour 30% des personnes interrogées - et un défaut potentiel de protection des données pour 12 % des personnes interrogées.

L’étude s’interroge en outre sur l’impact de la technologie « blockchain », le registre de données décentralisé qui sert de base aux monnaies virtuelles, et qu’utilisent à titre expérimental les sociétés de services financiers. En effet, pour les membres du CFA Institute, ce sont les domaines de la compensation et du règlement, des monnaies alternatives et des services bancaires commerciaux, qui risquent d’être les plus influencés par cette technologie.

Svi Rosov, analyste pour le CFA Institute, déclare ainsi à propos de cette étude : « Les fintechs attirent de plus en plus l’attention des consommateurs, des investisseurs, du secteur de la gestion financière et des régulateurs partout dans le monde. Notre étude confirme l’intuition selon laquelle les innovations technologiques rapides pourraient potentiellement reconfigurer, voire bouleverser le secteur de la gestion d’actifs. Elle révèle également que les professionnels de l’investissement ne sont pas encore convaincus que les investisseurs en profiteront de manière univoque. »

Plus d’informations via  www.cfainstitute.org


Soyez acteur de la finance responsable ! 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Plongée dans l’univers des investissements des entrepreneurs les plus accomplis

La 5ème édition de l'étude « Entrepreneurs BNP Paribas 2019 » de BNP Paribas Wealth Management publie les investissements privés préférés des investisseurs fortunés - les Entrepreneurs « Elite » - et les tendances qui façonnent leurs choix en matière d'allocation de leur portefeuille. Extrait de l'étude 1/ Les actions sont le premier choix de portefeuille des entrepreneurs Élite : en réagissant avec enthousiasme à la hausse des marchés boursiers, ils ont davantage investi en actions...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
« European Sustainable Infrastructure Debt », investir dans la dette infrastructure

Lancé par NN Investment Partners (NN IP), le fonds NN (L) European Sustainable Infrastructure Debt* vient renforcer la gamme durable de NN IP et répond à la demande croissante d'investissement dans des actifs réels. La dette infrastructure est largement perçue par les investisseurs comme particulièrement attractive car elle offre des rendements convaincants, ajustés au risque, et présente par la même occasion des avantages sociaux, environnementaux et économiques, générés par les principaux...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Placements 2019 : l’immobilier et le non coté privilégiés ?

Une analyse d'Olivier Grenon-Andrieu, Président d'Equance L'année 2018 a été marquée par un net repli des marchés actions. Ce phénomène vient rappeler aux investisseurs à quel point il est utile de diversifier ses placements sur d'autres classes d'actifs, en particulier l'immobilier et le non coté, qui peuvent offrir des rendements élevés et décorrélés des marchés financiers.  Beaucoup d'investisseurs ont eu du mal à faire fructifier leur épargne au cours de l'année passée. En cause : le...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Expatriés, les oubliés de Bercy ?

Tribune d'Olivier Grenon-Andrieu, président d'Equance Alors que les débats animent encore les bancs du Parlement en cette fin d'année, l'un des textes emblématiques du dernier trimestre, le projet de loi de finances 2019 (PLF) a été voté au Sénat en première lecture avant son retour devant l'Assemblé nationale actuellement. Les quelques 2 millions de français établis à l'étranger sont rejoints chaque année par 3% de nouveaux expatriés auxquels il convient d'ajouter environ 500 000 français non...