Connexion
/ Inscription
Mon espace

Impact majeur des robo-advisors sur la gestion des placements

ER - Patrimoine et placements
ABONNÉS

Les professionnels de l’investissement s’inquiètent des imperfections des services de conseil automatisés, des risques de vente abusive de conseils financiers et de possibles défauts en matière de protection des données.

Une étude réalisée auprès des membres du CFA Institute, l’association mondiale des professionnels de l’investissement, révèle que parmi le nombre toujours croissant d’innovations technologiques dans le secteur de la finance, ce sont les robo-advisors (robots conseillers) qui auront l’impact le plus conséquent à court et moyen terme (respectivement 1 et 5 ans). Les professionnels interrogés estiment en effet que pour 70% d’entre eux cet impact sera positif pour les investisseurs grand public aisés, avec une réduction des coûts, un meilleur accès aux services de conseil et une plus grande variété de produits.

Egalement, l’étude « Fintech », qui a sondé les opinions des membres du CFA Institute à l’échelle mondiale, estime qu’il est improbable que les outils financiers automatisés remplacent le contact avec les conseillers en chair et en os pour les investisseurs institutionnels et les particuliers très fortunés. Le caractère « sur-mesure » du conseil financier pour ces segments de marché particuliers est en effet difficilement compatible avec l’automatisation et la standardisation qui caractérisent des outils tels que les robo-advisors. Ces investisseurs, au portefeuille conséquent et aux besoins d’investissement potentiellement très divers et complexes, continueront sans doute à préférer un conseil personnalisé et à visage humain.

Ce qui divise le plus les participants de l’étude est l’impact des outils de conseil financier sur la fraude et la vente abusive, ainsi que sur la qualité des services de gestion : les avis sont divisés à part presque égale entre, d’un côté, les professionnels persuadés que la prévalence grandissante des outils de conseil financier accentuera la fraude et la vente abusive et, de l’autre, ceux qui sont convaincus du contraire. Cependant, en termes de risques liés aux robo-advisors, ces mêmes professionnels estiment à 46% que le risque le plus élevé concerne des défauts dans les algorithmes de gestion financière, suivis par la vente abusive - un risque élevé pour 30% des personnes interrogées - et un défaut potentiel de protection des données pour 12 % des personnes interrogées.

L’étude s’interroge en outre sur l’impact de la technologie « blockchain », le registre de données décentralisé qui sert de base aux monnaies virtuelles, et qu’utilisent à titre expérimental les sociétés de services financiers. En effet, pour les membres du CFA Institute, ce sont les domaines de la compensation et du règlement, des monnaies alternatives et des services bancaires commerciaux, qui risquent d’être les plus influencés par cette technologie.

Svi Rosov, analyste pour le CFA Institute, déclare ainsi à propos de cette étude : « Les fintechs attirent de plus en plus l’attention des consommateurs, des investisseurs, du secteur de la gestion financière et des régulateurs partout dans le monde. Notre étude confirme l’intuition selon laquelle les innovations technologiques rapides pourraient potentiellement reconfigurer, voire bouleverser le secteur de la gestion d’actifs. Elle révèle également que les professionnels de l’investissement ne sont pas encore convaincus que les investisseurs en profiteront de manière univoque. »

Plus d’informations via  www.cfainstitute.org


Soyez acteur de la finance responsable ! 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Jean-Claude Chasson, Bacchus Conseil

Bacchus Conseil : Une vision durable et raisonnable de l'investissement « plaisir » Loin des spéculations observées ces dernières années sur les bouteilles de vin, Monsieur Jean-Claude CHASSON s'est spécialisé avec Bacchus Conseil dans le développement durable et harmonieux du patrimoine viticole français. Retour sur une belle aventure entrepreneuriale avec le fondateur de l'entreprise. Quand avez-vous créé votre premier GFV ? C'était en 1989. Dans le cadre de l'expertise comptable et fort de...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Jean-Marc Divoux, Finance SA

Entretien avec Jean-Marc Divoux, gérant du fonds Expert Patrimoine Après avoir réuni certaines expertises de Robeco, de Commodities AM, de KBL Richelieu et AG2R AGICAM, Finance SA a accueilli Jean-Marc Divoux dans l'équipe de gestion en février dernier. Il y déploie désormais son expertise de gestion dont il nous parle avec passion. Quel a été votre parcours ? Après une formation d'ingénieur (avec une option en intelligence artificielle, ce qui, dans les années 80, n'était pas encore à la...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
[Esteval-infos] Les interviews, analyses et sélections de la semaine

  Epargnons Responsable ! La Bulle des Entrepreneurs Brique par brique Au sommaire de nos publications cette semaine, 57 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Le point de marché mensuel de Michel Lemosof ISR et performance M&G obtient le Label ISR français pour 3 de ses fonds  BNP Paribas AM renforce sa politique d'exclusion dans le secteur du charbon Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre sélection de fonds « dynamiques »...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
[Esteval-infos] Nos dernières interviews, analyses et sélections

    Epargnons Responsable ! La Bulle des Entrepreneurs Brique par brique Au sommaire de nos publications cette semaine, 46 articles (accès libre et accès abonnés) dont : [Les entretiens d'Esteval] Serge Harroch, Euclide Financement Gestion d'actifs responsable : l'UBP et l'empreinte écologique du secteur du luxe Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée...