Connexion
/ Inscription
Mon espace

Espagne : un marché du logement en convalescence

A la Une - Brique par Brique
ABONNÉS

Chaque mois, sous forme de « matchs immobiliers », le Crédit Foncier va confronter la France à 4 autres pays européens au travers d’études comparatives : données économiques, démographiques et immobilières.

Aujourd’hui, cette série s’ouvre avec le match France / Espagne.

Economie : l’Espagne affichait en 2015 une croissance économique de 3,2%, deux fois et demi supérieure à celle de la France. Le PIB espagnol (1 081 Mds€) représente la moitié de celui de la France, et l’Espagne affiche un taux de chômage deux fois supérieur avec 22%. Alors que le secteur de l’immobilier représentait 13,8% de l’emploi en Espagne en 2007, cette part n’est plus que de 6,3% en 2014.

Démographie : 5ème population européenne avec 46 millions d’habitants - soit 70% de la population française -, les Espagnols sont plus nombreux dans un même foyer : 2,5 occupants par logement en moyenne contre 2,2 en France. L’espérance de vie est légèrement supérieure en Espagne (83 ans) et l’âge de départ des jeunes du foyer familial beaucoup plus tardif : 29 ans en Espagne contre 24 ans en France. On note également un plus fort taux d’urbanisation en Espagne (74%) qu’en France (66 %).

Marché du logement espagnol : de la crise immobilière 2008/2013 à la reprise amorcée en 2014
A l’inverse de la France, le marché immobilier espagnol a connu une crise immobilière très forte, sur fond de crise économique et financière mondiale :
- le volume de transactions (neuf et ancien) a été divisé par deux entre 2008 et 2013, alors qu’il a progressé de 2% en France
- les prix (neuf et ancien) ont baissé de près de 30% entre 2008/2013 contre +3% en France
- le nombre de logements construits a été divisé par plus de 7 entre 2008 (264 000 logements) et 2013 (34 000)
- le poids des dépenses de logement dans le revenu disponible a augmenté de 14% entre 2008 et 2013 ; en 2014 les dépenses de logement représentaient 19,1% du revenu disponible en Espagne contre 18,3% en France

Cet effondrement des secteurs de l'immobilier et de la construction en Espagne a laissé place à un fort rebond à partir de 2014, dans un contexte de reprise économique :
- en 2014 et 2015, les prix de l’immobilier ont crû de 7%, alors qu’ils baissaient de 2% en France durant la même période
- toujours sur la même période, le volume de transactions a crû de 33% contre seulement 14% en France.

Le nombre de résidences principales - 18 millions en Espagne - est inférieur à celui affiché par la France - 28 millions. Ces résidences prennent pour les deux tiers la forme d’appartements : 67% contre 40% en moyenne en Europe et 31% en France.

L’aspiration à la propriété des Espagnols est traditionnellement très forte : 79% de ménages propriétaires, en dépit d'une baisse tendancielle ces dernières années. Etre propriétaire est synonyme de réussite sociale et de sécurité. L’accession à la propriété est ainsi une étape importante dans la vie d’un ménage.

Téléchargez l’étude intégrale
http://creditfoncier.com/immobilier-france-espagne/

Prochains matchs disputés :
France / Allemagne en mai
France / Royaume-Uni en juin
France / Italie en juillet

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

BB - Placements immobiliers
ABONNES
Les articles que vous auriez pu manquer sur le site de notre partenaire pierrepapier.fr

LES PLACEMENTS | TOUT SAVOIR | ACTUALITÉS | LES ACTEURS Newsletter du 17 déc. 2018 L'actualité de Pierrepapier.fr L'OPCI, en 3 minutes... Voir la vidéo   Crowdfunding, la fin du début ? Liquidation judiciaire, repositionnement d'acteurs importants et précurseurs : les articles ... Lire la suite -> Denormandie débarque dans le Pinel Dès le 1er janvier 2019, un...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...