Connexion
/ Inscription
Mon espace

Vents contraires

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Selon Eric Lefèvre-Pontalis, Responsable de la Gestion de la banque privée Degroof Petrecam" Les indicateurs de confiance anticipent un ralentissement de l’activité économique mondiale. "

L’incertitude persiste autour d’un grand nombre de facteurs : l’exercice compliqué d’un rééquilibrage de l’économie chinoise, l’évolution future du yuan, la prise de conscience des investisseurs que les banques centrales ont épuisé leur arsenal de mesures pour faire remonter l’inflation, les risques géopolitiques, la volatilité des marchés financiers crée par la chute brutale des cours du pétrole, le risque de Brexit, la crise européenne des réfugiés, les niveaux élevés de la dette publique.

Une crise économique grave en Chine représente toujours un risque majeur. Notre pronostic est que le pays devrait éviter un atterrissage brutal en 2016 même si les craintes de l’échec du rééquilibrage de son économie devraient persister longtemps. Malgré le niveau général très faible du prix des matières premières, les effets de base pousseront l’inflation globale à la hausse vers la fin 2016. Les pressions inflationnistes resteront modestes et impliquent que la politique monétaire mondiale restera conciliante dans un avenir prévisible.

Aux Etats-Unis, la confiance dans le secteur manufacturier souffre du renchérissement du dollar et la faiblesse des cours du pétrole, qui pèsent respectivement sur les exportations et les investissements dans le secteur énergétique. Plus inquiétant, la confiance dans le secteur des services a également baissé depuis quelques mois, atteignant un niveau légèrement inférieur à sa moyenne de long terme. Les attentes des consommateurs sont orientées à la baisse, cependant leurs dépenses devraient rester soutenues par le marché de l’emploi toujours robuste et la faiblesse des prix de l’énergie.

En Zone euro, la reprise économique reste particulièrement décevante au regard du contexte favorable des prix de l’énergie, de l’environnement actuel de taux bas et de la faiblesse de l’euro. L’inflation reste très faible; la BCE connait de grandes difficultés à la ramener à son objectif de 2%. L’effet de base des prix du pétrole devrait la pousser à la hausse au cours du second semestre. La position longtemps défendue, à savoir que la BCE finirait par être forcée à faire davantage s’est concrétisée. Lors de sa réunion de mars, elle a encore augmenté son stimulus monétaire, en réduisant son taux de refinancement et son taux de dépôt respectivement à 0% et -0.4%. Par ailleurs, elle a accentué l’ampleur de son programme de rachat d’actifs de 60 à 80 Mds€, y incluant désormais les obligations d’entreprises.

L’activité économique au Japon est encore faible. Le resserrement du marché du travail indique une accélération de la croissance des salaires bien que d’autres indices décrivent un tableau plus nuancé. L’inflation reste malgré tout bien en deçà de l’objectif d’inflation de 2%.

Plus globalement sur les marchés émergents, la croissance économique se retrouve en deçà de la moyenne des 35 dernières années. Certains pays sont durement touchés comme la Russie et le Brésil. Cependant, la plupart des économies émergentes devraient rester à l’écart d’une crise majeure grâce à leurs importantes réserves de change et de leurs faibles niveaux de dettes extérieures.

Dans ce contexte, même si nous avons réduit notre exposition aux actions, il subsiste malgré tout des opportunités d’achats notamment sur des sociétés aux bons fondamentaux en particulier dans la zone euro qui restent sous valorisée.

https://degroofpetercam.com/

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...