Connexion
/ Inscription
Mon espace

« Tout ce qu’il faudra »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Valentijn van Nieuwenhuijzen, Responsable du Multi-Asset chez NN IP

La semaine passée, la BCE a procédé à un nouvel abaissement de ses taux. Pendant quelque temps, les observateurs de marché ont débattu de façon animée sur la question de savoir si une poursuite de l’abaissement des taux - même en territoire négatif - aurait un impact significatif. Une grande partie des obligations d’État européennes se négocient actuellement à des taux négatifs, ce qui inquiète de nombreux investisseurs.

Ces derniers mois, les banques ont également été à nouveau sous pression, la contraction des marges d’intérêts impliquant une réduction des revenus. Certains redoutent que la reprise naissante du crédit dans la zone euro soit de courte durée. La banque centrale est consciente de ces craintes et a adopté des mesures supplémentaires pour encourager le crédit. Les banques qui augmenteront leur octroi de crédit seront « récompensées » par le biais de nouvelles opérations de refinancement à long terme ciblées (TLTRO).

En encourageant les prêts et en augmentant l’offre de crédit, la BCE s’efforce de relancer l’économie. Néanmoins, la demande reste à la traîne. Les consommateurs ont certes accru leurs dépenses et la reprise économique est jusqu’à présent essentiellement imputable à cette hausse. En revanche, les investissements des entreprises sont à la traîne, en partie parce que les sociétés ne distinguent guère de perspectives de croissance. En outre, il subsiste des capacités excédentaires au sein de l’économie. Pourquoi les entreprises investiraient-elle davantage si les perspectives d’une accélération de la croissance sont si limitées?

Un peu d’aide
Les chiffres de la croissance économique du 4ème trimestre de 2015, qui montrent que la croissance des investissements s’améliore, ont été encourageants. Toutefois, compte tenu du contexte économique incertain, un coup de pouce serait particulièrement bienvenu. Si la BCE ne peut pas intervenir à ce niveau de façon immédiate, les gouvernements le peuvent. Maintenant que les moyens d’action de la BCE commencent à s’épuiser, les gouvernements doivent prendre le relais pour soutenir la croissance. Ils ont pu emprunter à des taux historiquement faibles depuis un certain temps déjà - certains offrent même des taux négatifs -, de sorte qu’il est désormais attrayant pour eux d’investir.

Avec son fameux discours de juillet 2012 dans lequel il s’est engagé à faire tout ce qu’il faudra pour sauver l’euro et les mesures qui ont suivi, Mario Draghi a démontré que la BCE et lui-même étaient fermement résolus à soutenir la zone euro. Néanmoins, il a répété à maintes reprises que les gouvernements avaient également un rôle à jouer, sous la forme de réformes et d’investissements. Jusqu’à présent, ces derniers ont été quasiment invisibles, alors que le contexte de taux extrêmement faibles offre aux pouvoirs publics une opportunité unique d’investir dans la formation, les énergies renouvelables et diverses formes d’infrastructure. Ceci ne manquerait pas de soutenir tant la tendance cyclique à court terme que le potentiel de croissance économique à long terme. Ceci stimulerait également les investissements privés, alors que la charge de la dette augmenterait à peine. Les gouvernements qui peuvent se financer à un taux négatif sont en effet payés pour investir dans leur propre futur!

La question est donc de savoir qui montrera le bon exemple. Un plan d’action coordonné à l’échelle de la zone euro serait de toute évidence préférable. Néanmoins, il n’y a pas si longtemps, une femme politique réputée a déclaré « Wir schaffen das » (nous y arriverons) et nous savons tous où cela nous a mené jusqu’ici…

www.nnip.com

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants s'attendent à un bon millésime boursier 2019 Comme soulagés par le rebond des marchés de début d'année, les gestionnaires d'actifs financiers redoublent d'ardeur dans la diffusion de commentaires de marché et de prises de position. D'où il ressort que la politique et les banques centrales mènent le bal. L'ambiance est plutôt à l'optimisme. Reflation financière La Réserve fédérale américaine a donné un nouveau coup de pouce à l'humeur du marché en annonçant son intention de freiner...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...