Connexion
/ Inscription
Mon espace

L’accroissement du déficit mondial sur le marché du sucre provoque un net rebond des prix

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Sur l’ensemble des matières premières agricoles, le sucre est aujourd’hui l’exception qui confirme la règle. En effet, malgré la tendance baissière de l’ensemble des commodités agricoles ces derniers mois, le sucre affiche un prix à son plus haut niveau depuis novembre 2014 à près de 16 cents/lb.

Quand le 23 février dernier, l’International Sugar Organization a revu à la hausse ses prévisions de déficit global pour 2015/2016 à plus de 5 millions de tonnes, le marché est entré dans un cycle de hausse des prix.
Depuis, les prévisions d’autres analystes ont confirmé la tendance, amplifiant encore les tensions sur le marché sucrier. « En moins d’un mois, les prix mondiaux ont bondi de 25%. Courant février, c’est une hausse de 9% qui a été constatée en l’espace d’une seule journée, du jamais vu depuis 1993 !» lance François Thaury, Directeur soft commodities chez Agritel.

Les effets du phénomène El Nino s’avèrent plus importants qu’initialement attendus et les uns derrière les autres, les grands pays producteurs touchés par des anomalies climatiques révisent leurs perspectives de production à la baisse. La Thaïlande, 2ème exportateur mondial derrière le Brésil annonce une baisse de 20% de ses exportations et verra sa production baisser pour la première fois. De plus, en raison d’une réduction des surfaces et de conditions météorologiques trop sèches l’été dernier, l’UE affichera une production en baisse de près d’un quart par rapport à l’année précédente. Les  tensions sont déjà perceptibles à l’intérieur de l’Union européenne et les prix s’envolent, atteignant parfois des niveaux de 30 à 40% supérieurs aux cours mondiaux.
« Il est vraisemblable que la Commission européenne adopte des mesures exceptionnelles pour soulager le bilan européen » déclare Michel Portier, Directeur général d’Agritel, qui conclut « s’il est d’ores et déjà acquis que, pour la première fois depuis 2013, le Brésil remplira son quota d’export à droits réduits de 350 000 t, une augmentation de ce quota pourrait s’avérer nécessaire. »

www.agritel.fr

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....