Connexion
/ Inscription
Mon espace

La Suède meilleure élève parmi les économies nordiques

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

La plupart des économies développées sont confrontées à une stagnation séculaire. Dans ces conditions, la croissance mondiale devrait rester modeste en 2016 et 2017, malgré la faiblesse des cours pétroliers (profitable aux pays importateurs de matières premières et exportateurs de biens manufacturés), les taux d’intérêt bas et la stabilisation économique des marchés émergents. Dans les pays nordiques, la Suède continue de surperformer.

Dans ses nouvelles prévisions, Nordea anticipe une croissance du PIB mondial de 3,1% en 2016 et de 3,2% en en 2017.

La croissance économique mondiale ne sera que légèrement supérieure à celle de 2015 et bien en dessous de la moyenne de 3,75% des 10 dernières années. « Au début de l’année 2016, l’économie mondiale a été plus fébrile qu’attendu » explique Helge J. Pedersen, Chef économiste du groupe Nordea. De leur côté, les économies nordiques suivent des trajectoires de croissance différentes. Pour l’ensemble de la région nordique, Nordea attend une croissance de 2% en 2016, puis une décélération à 1,7% en 2017. L’économie suédoise continue de se distinguer par sa bonne santé.

Dans un environnement économique international fragile, la Suède a été capable de maintenir un rythme de croissance du PIB remarquablement élevé, proche de 4%. Tous les secteurs sont en croissance, même les exportations, par conséquent la situation du marché de l’emploi s’améliore rapidement. « Cependant, nous anticipons une modération de la croissance en fin d’année », affirme Helge J. Pedersen.

En Norvège, l’économie continentale est restée au point mort au second semestre de l’année passée, pénalisée par le déclin de l’activité dans les industries liées au pétrole. Ce ralentissement devrait continuer, toutefois la croissance de la demande dans d’autres secteurs de l’économie et la faiblesse de la couronne norvégienne vont permettre d’amortir la chute de ce secteur.
Au Danemark, 2015 a été une nouvelle année de croissance économique décente, mais pas très soutenue. Les dépenses des consommateurs représentent encore le catalyseur clé de la reprise, tandis que les exportations sont impactées par la faiblesse du commerce mondial. Si l’économie finlandaise est parvenue à quitter le territoire de croissance négative qu’elle occupait en 2015, Nordea s’attend à une croissance modeste dans les prochaines années. Ainsi, l’économie finlandaise devrait faire moins bien que ses homologues scandinaves et la lenteur des réformes  essentielles entretient les incertitudes économiques du pays.

Croissance réelle du PIB, en %

2014

2015*

2016*

2017*

Monde

3.4

3.0

3.1

3.2

G3

1.9

2.0

1.8

1.9

BRIC

5.8

4.9

5.2

5.6

Pays nordiques

1.6

2.0

2.0

1.7

- Suède

2.4

3.8

3.8

2.2

- Norvège

2.3

1.1

0.9

1.6

- Danemark

1.3

1.2

1.3

1.8

- Finlande

0.7

0.4

0.5

0.7

http://www.nordea.fr/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...