Connexion
/ Inscription
Mon espace

Où sont passés les investisseurs de long terme ?

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Pour Mandarine Gestion, le constat est cuisant, les investisseurs de long terme sur les marchés actions ont disparu ou sont en voie de le faire au même titre que certaines espèces. Le délai de détention moyen est passé de quelques années à quelques mois, tout cela en à peine une décennie. En particulier, depuis la crise de 2008, le manque d’actionnaire à long terme capable d’investir sur les marchés actions n’a cessé de croitre, notamment en France avec l’absence de fonds de pensions.

Les raisons de cette désaffection ?
- Tout d’abord, la mise en place de réglementations de plus en plus contraignantes pour les investisseurs institutionnels de long terme afin de respecter leurs ratios prudentiels à la suite de l’adoption de nouvelles normes de solvabilité.
- Ensuite, le manque d’appétit des investisseurs particuliers sur les placements à risque et qui ont fui les marchés il y a maintenant quelques années, laissant la place aux algorithmes de toutes sortes.
Dans le vacarme de la tempête boursière qui a bousculé les marchés en ce début d’année, des voix appelant à la raison ont tout de même réussi à se faire entendre. Certains papys ont décidé de faire de la résistance !

Larry Fink, PDG de Blackrock, plus gros gestionnaire d’actifs mondial avec 4 600 Mds$ d’encours, a cette année encore appelé à mettre fin au diktat du court-terme. En envoyant sa traditionnelle lettre annuelle aux dirigeants des plus grandes entreprises américaines et européennes, dont Blackrock est actionnaire, Larry Fink les invite à se détacher des revendications immédiates des investisseurs et à concentrer leurs efforts de communication sur les éléments stratégiques qui garantissent la création de valeur de long terme. Warren Buffet et Jamie Dimon se sont joints à sa réflexion.
Une récente étude sur la comptabilité dite créative ou agressive des sociétés cotées conclut que si la plupart des entreprises cherchent à mettre en avant les points positifs de leur gestion et minimiser leurs lacunes, l’exercice devient dramatique quand cette manipulation comptable sert seulement à satisfaire les attentes d’un consensus financier trimestriel ou annuel. Et de souligner que pour déceler les ajustements excessifs dans les comptes des entreprises, le meilleur moyen est de s’intéresser aux critères utilisés dans la définition des rémunérations variables de leurs dirigeants.

La situation doit nous pousser à prendre chacun nos responsabilités d’investisseurs, d’agir à notre échelle dans l’intérêt de nos clients, des entreprises, de la société dans son ensemble. Et d’appliquer, sans relâche, notre principe de conviction.

www.mandarine-gestion.com

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...