Connexion
/ Inscription
Mon espace

Anticiper la rotation sectorielle en faveur des titres « value »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Le point de vue de Nicolas Simar, responsable de la stratégie Equity Value chez NN IP

Dans un contexte de marchés très volatils, sujet à des mouvements erratiques non justifiés par les fondamentaux économiques, les actions « value » restent particulièrement délaissées par les investisseurs. Des opportunités se dessinent dans les secteurs liés à la reprise de la demande domestique européenne.

La dispersion des valorisations au sein des marchés actions est riche d’enseignements : au sein de chaque secteur, les valeurs offrant les price to book (cours sur actif net) les plus élevées ont creusé l’écart avec les valeurs les moins chères. Certains titres « value » subissent une véritable sanction de la part des investisseurs. Il est vrai que le contexte n’est guère favorable à ce style de gestion.
Les taux longs américains sont repartis à la baisse depuis novembre en raison du ralentissement de la conjoncture dans les pays émergents et des doutes sur la croissance américaine. Or, on observe historiquement une corrélation positive entre la hausse des taux américains à long terme et la performance relative du style « value ».

L’écart de performance n’a jamais été aussi élevé depuis 1999
Pour autant, la valorisation actuelle de ces titres « value » indique clairement que les marchés anticipent un ralentissement significatif de l’activité alors que dans le même temps, les valeurs « growth » se négocient à des niveaux élevés. L’écart des performances relatives entre les deux styles « value » et « growth » n’a jamais été aussi élevé depuis 1999. Or, à l’issue de la crise des valeurs technologiques, les actions « value » ont surperformé le marché pendant plusieurs années.
Cette distorsion des valorisations est propice à une rotation en faveur des actions « value » qui pourrait se dessiner en 2016. Depuis le début de l’année, le style « value » s’est comporté en ligne avec l’évolution du marché en Europe. Aux Etats-Unis, il a légèrement surperformé les principaux indices. La stratégie « value » nous paraît donc constituer une réelle opportunité bien qu’elle ne soit pas partagée par le consensus.

Malgré les doutes sur leur solidité financière, les valeurs bancaires offrent des points d’entrée appréciables
L’activité économique est repartie en Europe. Dans ce contexte, les valeurs bancaires constituent des opportunités appréciables par leur exposition directe à la reprise du cycle du crédit en Europe. La déroute boursière observée depuis le début de l’année offre des points d’entrée particulièrement attractifs à partir du moment où le scénario d’un retour d’un scénario récessif en Europe est exclu, ce qui est notre conviction. Afin d’opérer une sélection pertinente, il convient de recenser celles qui disposent des bilans les plus sains. Malgré la sanction boursière récente, les banques ont les moyens financiers d’augmenter leur distribution de dividende. Au sein des valeurs cycliques « value », nous préférons également investir sur les sociétés disposant d’une meilleure exposition à la demande domestique européenne, avec une préférence pour les secteurs de la construction et du transport (concessions d’autoroute, logistique etc.). Ces valeurs offrent un réel potentiel de hausse des dividendes en cas de poursuite de la reprise en Europe.

Rester à l’écart des valeurs trop exposées à la concurrence internationale
A l’inverse, nous redoublons de prudence pour les valeurs plus largement exposées à la conjoncture internationale et à l’activité des pays émergents : producteurs alimentaires, sociétés de tabac, valeurs pharmaceutiques qui ont déjà beaucoup progressé etc. Les perspectives bénéficiaires ne sont guère favorables dans le secteur de la santé, très concurrentiel et prisé par les investisseurs au cours de ces dernières années.
Dans cet environnement chahuté, les investisseurs ne doivent pas céder à la panique. Le marché a déjà anticipé un recul de l’activité en Europe. Pourtant, si le recul de la croissance mondiale se dessine, la récession ne menace pas les économies de la zone euro. En cas de rebond, les valeurs les plus décotées cumulent incontestablement un retard de valorisation à prendre en compte.

https://www.nnip.com/


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....