Connexion
/ Inscription
Mon espace

1 fonds d’actions européennes sur 5 est géré très proche de son indice…

ER - Patrimoine et placements
ABONNÉS

… mais la proportion de ce type de fonds diminue

Publié par Morningstar, le rapport de recherche sur l’ « active share » - ou part de gestion active - dans les fonds d'actions européennes de grandes capitalisations, révèle que 20% des fonds étudiés peuvent être qualifiés de « closet indexers », c'est-à-dire des fonds qui se revendiquent être gérés activement mais qui reproduisent largement l’indice tout en facturant des frais de gestion active.

Toutefois, la proportion des fonds « closet indexers » dans les catégories analysées a diminué au cours des dernières années. L’active share permet de quantifier les paris d’un fonds par rapport à un indice en comparant la composition du portefeuille et de l’indice de référence. Dans cette étude, un portefeuille avec une part de gestion active de 100% n'a aucune position en commun avec l’indice de référence de sa catégorie Morningstar, alors qu'un portefeuille avec une part active de 0% sera identique à cet indice. Plus le score est élevé, plus le fonds est géré activement.
Rédigé par Mathieu Caquineau, Matias Möttölä et Jeffrey Schumacher, trois analystes seniors de l’équipe européenne de recherche sur la gestion d’actifs, ce rapport examine comment la part de gestion active a évolué de 2005 à 2015, pour les catégories Morningstar :
- Actions Europe Grandes Capitalisations Value,
- Actions Europe Grandes Capitalisations Mixte et
- Actions Europe Grandes Capitalisations Croissance,
constituées de fonds de grandes capitalisations européennes et regroupant 456 fonds. Il s'agit d'un rapport détaillé qui examine la part de gestion active en Europe sous de nombreux angles, notamment son évolution historique, les relations entre la part de gestion active et la performance d’une part et le risque d’autre part et enfin le rôle que peut jouer cet outil dans la sélection de fonds. L'étude utilise les inventaires de portefeuille des fonds européens collectés par Morningstar depuis le début des années 2000.

« Bien que nous ayons identifié qu’un fonds d’actions européennes sur cinq pouvait être qualifié de « closet indexer », nos recherches montrent que la proportion de ces fonds s'est réduite », déclare Mathieu Caquineau. « L’active share moyen des fonds a considérablement baissé pendant la crise financière de 2008/2009, mais a augmenté à un rythme régulier depuis. En Europe, nous observons une surveillance accrue des régulateurs dans de nombreux pays, ce qui pourrait conduire à un changement structurel et notamment à diminuer la proportion de fonds gérés proches de leur indice sur le marché. »

Pour Mathieu Caquineau : « les investisseurs qui utilisent l’active share comme outil de sélection de fonds doivent être prudents. Plus la part de gestion active augmente, plus la dispersion de performance et le risque augmentent fortement. On retrouve les meilleurs fonds comme les moins performants parmi les fonds les plus actifs. C'est bien l'expertise des gérants dans la prise de paris actifs par rapport à l'indice qui génère la surperformance. Parmi les fonds les moins actifs, nous avons constaté que presque tous les fonds gérés très proches de l’indice sous-performent. Si les frais sont élevés, un tel fonds est rarement un bon choix. Les investisseurs doivent comparer attentivement les coûts car pour un même niveau d’active share, les fonds peuvent avoir des frais très différents. Nous pensons qu’il est préférable de combiner l’utilisation de l’active share à d'autres outils quantitatifs et qualitatifs. »


Parmi les autres conclusions de ce rapport de recherche, on note que :
- La part de gestion active moyenne des fonds de grandes capitalisations européennes est de 70% sur trois ans à fin mars 2015, calculée par rapport aux indices de style appropriés.
- Bien que les fonds dans le quartile d’active share le plus élevé affichent des frais moyens supérieurs de 33 points de base à ceux du quartile le moins actif, les investisseurs européens surpayent les fonds peu actifs lorsque les frais sont calculés par unité d’active share.
Les fonds avec la part de gestion active la plus élevée ont des biais de style plus forts que la moyenne de l'échantillon. Par exemple, l’exposition des portefeuilles aux petites et moyennes capitalisations passe d'une moyenne de 8% pour les fonds les moins actifs à 30% pour les plus actifs. Cela complique l'utilisation de l’active share dans la sélection des fonds, car ces biais de style peuvent ne pas être souhaitables du point de vue de l'investisseur.
Historiquement, les fonds appartenant au quartile le plus actif ont dégagé de meilleures performances, en moyenne, que ceux du quartile le moins actif. Sur quatre des cinq périodes de cinq ans étudiées, les fonds les plus actifs ont en moyenne surperformé les fonds des autres quartiles. Cependant, la dispersion de performance est la plus élevée pour les fonds les plus actifs : ce serait donc une erreur de se baser uniquement sur l’active share pour sélectionner des fonds. L'écart de performance entre les fonds les moins actifs et les plus actifs a diminué, revenant à 40 points de base pour la période de juin 2010 à juin 2015.
- Les fonds gérés proches de leur indice, mesurés comme ceux ayant une active share moyenne inférieure à 60 % sur 3 ans, représentent 20% des 456 fonds passés en revue par Morningstar. Le pic de ces fonds « closet indexers » coïncide clairement avec la crise financière mondiale : la proportion de tels fonds approchait 40% en 2008. Mais la majorité de la collecte récente sur les fonds d’actions européennes s'est tournée vers les fonds les plus actifs.

http://www.morningstar.com/


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Plongée dans l’univers des investissements des entrepreneurs les plus accomplis

La 5ème édition de l'étude « Entrepreneurs BNP Paribas 2019 » de BNP Paribas Wealth Management publie les investissements privés préférés des investisseurs fortunés - les Entrepreneurs « Elite » - et les tendances qui façonnent leurs choix en matière d'allocation de leur portefeuille. Extrait de l'étude 1/ Les actions sont le premier choix de portefeuille des entrepreneurs Élite : en réagissant avec enthousiasme à la hausse des marchés boursiers, ils ont davantage investi en actions...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Fonds patrimoniaux : notre sélection limite les dégâts

  Un gérant qui a une très longue expérience vient de déclarer qu'il n'a jamais vu une année comme 2018, avec de telles moins-values dans pratiquement toutes les classes d'actifs, le mouvement s'accélérant en fin d'année. Dans ces conditions, le repli trimestriel de 10,1 % enregistrée par notre liste de fonds patrimoniaux doit être relativisée.   Depuis la mise à jour du 4 octobre 2018, notre sélection patrimoniale a, notamment, été affectée par les reculs d'Amilton Global (particulièrement...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Emergence sélectionne Inocap Gestion pour son 18ème investissement

Le fonds d'accélération de Place Emergence apporte son soutien au monde des PME et ETI innovantes à forte croissance et alloue 50 M€ au fonds Quadrige Europe Midcaps, géré par Inocap Gestion. Lancé en décembre 2015, Quadrige Europe Midcaps a pour objectif de rechercher une performance supérieure à l'indice Stoxx Europe Ex UK Small dividendes réinvestis sur une période recommandée de placement d'au moins 5 ans grâce à une sélection d'entreprises européennes qui placent l'innovation au cœur de...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Placements 2019 : l’immobilier et le non coté privilégiés ?

Une analyse d'Olivier Grenon-Andrieu, Président d'Equance L'année 2018 a été marquée par un net repli des marchés actions. Ce phénomène vient rappeler aux investisseurs à quel point il est utile de diversifier ses placements sur d'autres classes d'actifs, en particulier l'immobilier et le non coté, qui peuvent offrir des rendements élevés et décorrélés des marchés financiers.  Beaucoup d'investisseurs ont eu du mal à faire fructifier leur épargne au cours de l'année passée. En cause : le...