Connexion
/ Inscription
Mon espace

La baisse des marchés offre des points d’entrée sur les valeurs européennes

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Fabrice Masson, Directeur de la Gestion Actions, BFT Investment Managers

Le repli des marchés actions depuis le début de l’année traduit la fébrilité des investisseurs qui « pricent » désormais un scénario plus dégradé aux Etats-Unis. Le contexte est propice au renforcement, notamment sur les valeurs les plus exposées à la conjoncture européenne.
A la vue de l’environnement macroéconomique, nous prévoyons une hausse de 6 à 7% des bénéfices des entreprises de la zone euro en 2016. Pour autant, les valorisations actuelles comment à « pricer » le risque d’un retour en récession de l’économie américaine, ce qui n’est pas notre scénario central.
Cette réaction excessive des investisseurs offre des opportunités, notamment dans les valeurs de rendement. Si nous renforçons les valeurs exposées à la reprise européenne ou celles pouvant faire l’objet d’une acquisition (M&A), en revanche, nous restons extrêmement prudents sur les valeurs liées aux matières premières.

Concernant la chute des valeurs bancaires, les valorisations actuelles ressortent aux niveaux de 2009 (après la crise des subprimes) et de 2012 (crise de la zone euro). Le marché s’inquiète des répercussions sur le secteur bancaire des faillites prévues aux Etats-Unis dans l’industrie pétrolière. Le risque de contagion du secteur pétrolier américain au secteur bancaire européen semble toutefois davantage circonscrit que dans les cas des subprimes. Les banques européennes n’ayant pas financé massivement le secteur pétrolier américain, la chute des valeurs bancaires nous paraît exagérée. Si la conjoncture économique est décevante en l’absence d’indicateurs très encourageants, les conditions d’une crise systémique ne sont pas réunies. De plus, sous la houlette des autorités de régulation, les niveaux des capitaux propres des banques européennes ont été fortement renforcés ces dernières années.

Nous continuons de privilégier les valeurs de rendement avec une prédilection actuelle pour le secteur immobilier qui a réussi à abaisser ses coûts de financement et offre toujours un rendement annuel compris entre 3 et 5% L’immobilier résidentiel allemand est à privilégier en raison de la visibilité appréciable sur le niveau des cash flows et de ses niveaux de valorisation actuels. Le rebond de l’immobilier en France est également à prendre en compte.

Le secteur des télécoms offre également un rendement attractif. A travers ce secteur, l’investisseur peut également se positionner sur la thématique du M&A. La consolidation européenne est en cours, de nombreux opérateurs gardent des tailles trop réduites pour faire face aux investissements nécessaires. Si le marché américain n’est disputé que par quatre opérateurs, le marché européen n’en compte pas moins de 90 ! Au cours des prochaines années, la tendance au rapprochement des acteurs devrait s’accélérer.

Dans le monde de la santé, l’appétit des grands laboratoires pharmaceutiques créé également des opportunités d’investissement. La rentabilité et la visibilité  du secteur restent particulièrement attractives.

www.bft-im.com

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...